Actualités :: Projet IPDCA-BF : 1800 PDI de Boussouma et Nagreongo seront tirées du (...)

30 mois durant, le projet du Programme des nations-unies pour les établissements humains (ONU-HABITAT) intitulé "Inclusion sociale et économique des personnes déplacées et des communautés d’accueil dans les zones urbaines au Burkina Faso (IPDCA-BF), sera déroulé dans les communes de Boussouma et Nagreongo, ciblant principalement les femmes et les filles. Ce vendredi 24 mars 2023, s’est tenue la cérémonie de lancement des activités du projet à Ouagadougou, en présence du ministre de l’urbanisme, des affaires foncières et de l’habitat (MUAFH) Mikaïlou Sidibé. Cette cérémonie s’inscrit dans une démarche d’appropriation dudit projet par les autorités centrales, locales et les populations autochtones.

"Plus d’un million de personnes déplacées internes, accroissement des besoins humanitaires de plus de 4,65 millions de personnes dont 25% de femmes, 55% d’enfants et 15% de personnes vivant avec un handicap" voilà succinctement rappelé par Abdouraouf Gnon-Kondé, représentant du Haut-commissariat des nations-unies pour les réfugiés, le tableau sombre illustrant la situation des Burkinabè, frappés de plein fouet par l’hydre terroriste. Pour soulager un tant soit peu ces populations qui souffrent le martyr, l’IPDCA-BF touchera environ 1800 personnes directes issues de 300 ménages, avec un accent particulier sur les femmes et les filles, déplacées internes.

"La finalité de ce projet est de contribuer au renforcement de la cohésion sociale et du vivre ensemble à travers une fourniture accrue de services sociaux essentiels (eau, assainissement, santé)

Concrètement, le projet propose une phase intégrée qui permet aux personnes vulnérables de bénéficier d’une protection et d’une stabilité accrues, grâce à l’accès au logement et aux droits d’occupation. Aussi, il favorisera l’opportunité et les compétences de ces populations à devenir beaucoup plus autonomes sur le plan alimentaire, en leur permettant de cultiver des aliments pour leurs familles sur les parcelles urbaines de tailles limitées qui leurs seront allouées.

Pour finir, une formation à l’utilisation des méthodologies innovantes pour la production et la transformation des aliments générant des revenus par la création des petites entreprises leur sera octroyée. Selon le chargé de programme Yombi Ouédraogo, cette vision des choses vient du fait "qu’au regard de la durée de la crise, de nombreuses personnes déplacées internes ont développé des solutions endogènes pour leur installation durable sinon définitive dans les villes d’accueil. Malheureusement, ces solutions d’habitat informel ne s’inscrivant pas dans un développement cohérent de la ville en phase avec les outils de planification urbaine, sont des prémisses de développement urbain chaotique si rien n’est fait."

"Au niveau du Japon, on a développé des initiatives innovantes en matière d’agriculture hors-sol qui pourrait être dans le cadre de la pression foncière" Yombi Ouédraogo

Le coût total de réalisation de ce projet s’élève à 2 946 249 USD et son opérationnalisation se fera grâce à la main tendue du pays du soleil levant. "Ce projet fait suite à l’engagement pris par le Japon, lors de la TICAD 8 tenue en Tunisie en 2022, qui promettait de travailler en faveur de l’aide humanitaire et de l’autonomisation des populations hôtes. Au Burkina Faso, il est évident que la réponse à la crise sécuritaire ne saurait être exclusivement militaire et le gouvernement du Japon est très sensible à cette préoccupation. C’est pourquoi il est engagé avec le Burkina Faso dans la mise en œuvre des mesures visant à mitiger l’impact des crises humanitaire et sécuritaire" a relevé l’ambassadeur du Japon au Burkina, Massaki Kato.

"Le peuple japonais réitère sa solidarité envers le peuple burkinabè qu’il a toujours soutenu depuis plus de 60 ans" Massaki Kato

Une initiative saluée à sa juste valeur dans son ensemble par le ministre de l’urbanisme, des affaires foncières et de l’habitat (MUAFH) Mikaïlou Sidibé, qui appréciera la saine et fructueuse coopération entre le Burkina Faso et le Japon. Aussi soulignera-t-il que le choix de ces deux communes n’est qu’un phasage et que d’autres projets sont en cours pour venir à la rescousse des autres régions fortement atteintes par les crises sécuritaire et humanitaire.

"Nous saluons les efforts de nos partenaires techniques impliqués dans la mise en œuvre de ce projet, en étroite collaboration avec le MUAFH" Mikaïlou Sidibé

Erwan Compaoré
Lefaso.net

Balé : Les populations invitées à ne pas consommer les (...)
BEPC session 2024 au Nayala : 412 admis au premier (...)
Burkina : Deux réseaux de cyber-délinquants démantelés (...)
Burkina/Education : Le calvaire des élèves atteints (...)
Ouagadougou / Commerce ambulant : De plus en plus (...)
Burkina Faso : Environ 63,9% des enfants travaillent (...)
Employabilité et entrepreneuriat au Burkina : L’OIM lance (...)
Ouagadougou : Le siège de la télévision nationale victime (...)
Rémunération des prestations spécifiques : Le gouvernement (...)
Kémi Séba à Ouagadougou : « Je suis venu aussi dire que le (...)
Burkina : Sahadatou Maïga, une étudiante aux multiples (...)
Burkina/Contre les pires formes du travail d’enfants : (...)
Projet PPACI-BF : Deux produits pour accompagner les (...)
Burkina/Santé : Le gouvernement lance officiellement la (...)
Burkina/Décentralisation : Des acteurs des collectivités (...)
Gestion de la flambée des cas de dengue en 2023 : Les (...)
Lutte contre la torture et autres peines : Le Burkina (...)
Utilisation de la peinture au plomb : « Environ 9 (...)
Rasmata Konfo : Vaincre le handicap pour se rendre (...)
BEPC/Résultats du 1er tour : 94 admis sur 351 candidats (...)
Fête de l’Aid-el-kebir 2024 : La journée du lundi 17 juin (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36897



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés