Actualités :: Infrastructures routières sur la RN4 au Burkina : Le ministre s’assure de (...)

Le ministre des infrastructures et du désenclavement a effectué une visite de terrain dans la matinée de ce lundi 13 mars 2023 pour voir l’état d’avancement des travaux d’élargissement de la route nationale n°4 et de la voie d’accès à l’université Thomas Sankara, situées à la sortie est de la capitale. Il était accompagné de son collègue de l’enseignement supérieur, le Pr Adjima Thiombiano.

Les travaux d’élargissement en doubles voies avec des pistes cyclables de la Route nationale N°4 (RN4) et de la voie d’accès à l’université Thomas Sankara ont débuté, il y a à peine deux semaines. Pour s’assurer du bon déroulement des travaux, le ministre en charge des infrastructures s’est rendu sur les lieux. Ce projet d’élargissement commence entre le croisement de la RN4 et la route de Saaba jusqu’à l’intersection de la RN4 et la route de Ziniaré, après la voie de contournement et le poste de péage de Boudtenga. Il est prévu des passages supérieurs au niveau de la voie de contournement.

Le ministre et ses collaborateurs lors de la visite de terrain

D’un coût de 89 milliards de FCFA, le projet vise l’élargissement en double voie de la route existante sur une distance totale d’environ 22km, ainsi que l’élargissement de la voie d’accès à l’université Thomas Sankara, sur une distance d’environ 3km. Les travaux devraient être exécutés dans un délai de 36 mois (trois ans).

L’objectif de ces aménagements est de désencombrer et assurer la sécurité sur la RN4 qui enregistre un important trafic s’élevant à plus de 3 millions de véhicules légers par an pour les particuliers et plus de 700 000 véhicules poids lourds par an pour le transport des marchandises en provenance et à destination des pays limitrophes.

Le poste de péage moderne de Boudtenga en construction

Il s’agit aussi d’assurer une liaison rapide et directe entre le centre-ville et les quartiers de la banlieue est de la capitale et l’université Thomas Sankara, fluidifier la circulation et minimiser les pertes de temps engendrées par les embouteillages de l’ordre de trente minutes, contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des populations environnantes, réduire les nuisances sonores et atmosphériques, etc.
Le ministre des infrastructures Adama Luc Sorgho et ses collaborateurs ont également visité le poste de péage moderne de Boudtenga, toujours à la sortie Est de Ouagadougou. Sur ce site, le taux d’exécution des travaux se situe entre 84 et 90%. Selon les responsables du chantier, l’infrastructure pourrait être réceptionnée en fin juin 2023.

Adama Luc Sorgho, ministre des infrastructures et du désenclavement

La construction de ce poste de péage moderne vise à améliorer le cadre de travail des péagistes, contribuer à la mobilisation des recettes et réduire le temps d’attente des passagers. Ce nouveau poste de péage permettra également de contrôler les flux des passagers grâce aux caméras de surveillance, etc. Il sera alimenté par trois sources d’énergie à savoir l’énergie solaire qui sera la principale source d’électricité, l’énergie de la SONABEL et un groupe électrogène.

Selon Hervé Tamalgo de la mission de contrôle des travaux du péage, « c’est un péage type V13 (13 voies) dont 6 voies pour les poids lourds, 6 voies pour les véhicules légers et une voie express pour les cortèges présidentiels, funèbres et autres ». « Ce qui diffère ce péage des autres, ici le temps d’attente est considérablement réduit parce que tout le système est automatisé. Et quand on arrive, on a plus besoin de s’aligner, il y a de boucles de barrière, des capteurs qui permettent d’évaluer les montants à payer et les gens passent facilement », explique-t-il.

Hervé Tamalgo de la mission de contrôle du péage de Boudtenga

Pour le ministre des infrastructures Adama Luc Sorgo, cette visite de chantiers se veut une occasion pour s’assurer du démarrage effectif et avoir des informations sur l’exécution des travaux. Satisfait de cette sortie de terrain, le ministre des infrastructures reconnaît l’existence de certaines contraintes. Il s’agit entre autres des contraintes par rapport aux installations de certains concessionnaires comme la SONABEL, l’ONEA, les entreprises de téléphonies mobiles au niveau de la ville. Pour s’assurer de la bonne qualité des travaux, le ministre rappelle l’existence d’une mission de contrôle et de supervision.

Pr Adjima Thiombiano, ministre de l’enseignement supérieur lors de cette sortie de terrain

Interrogé sur l’ordonnance de reprise des travaux de la voie Sakoinsé-Koudougou par l’entreprise SORUBAT à ses frais, Adama Luc Sorgho déclare : « C’est une dégradation précoce qu’on a constatée et nous avons mis en place une équipe conduite par un bureau d’études pour déterminer les causes exactes de cette dégradation. Toutes les composantes ont participé dont l’entreprise, la mission de contrôle, la direction générale de l’entretien routier. Selon les conclusions, les travaux ont été mal exécutés, des matériaux à la mise en œuvre, il y avait un problème. Sur les 10 points, l’entreprise n’a respecté que deux points. On a alors demandé à l’entreprise de reprendre les travaux conformément aux textes en vigueur »
Il soutient que cette décision est un « signal fort lancé aux entrepreneurs » afin d’éviter la mauvaise exécution des travaux car dit-il « nous tenons à la qualité ».
Après la RN4, toutes les voies de sortie de la ville de Ouagadougou seront élargies en des voies 2×2 (doubles voies).

Mamadou ZONGO
Lefaso.net

Soutenance de mémoire : Anselme Kiemtoré explore « Le (...)
Burkina/Justice : Procès pour abus de fonction, (...)
Crise à Air Burkina : Les collèges des délégués du (...)
Burkina : Le CNOSC/BF recommande au gouvernement de (...)
Burkina/École nationale de police : La promotion « (...)
Commerce illégal de pesticides : La DPVC sévit au grand (...)
Soins dentaires : « Tout ce qui se passe dans la cavité (...)
Burkina Faso : Le collège Notre Dame de Kologh-Naba (...)
Consommation d’eau en période de chaleur : « En principe, (...)
Ouagadougou : Au lendemain du lancement d’une campagne (...)
Burkina/Campagne cotonnière 2024-2025 : Le prix du coton (...)
Agriculture : Le plan d’investissement du secteur (...)
Burkina/Paix et cohésion sociale dans la région du Nord : (...)
Gestion intégrée des ressources en eau : L’ONG Eau vive (...)
Burkina/Santé : Des médicaments de rhume déconseillés, (...)
Effondrement d’une dalle à l’aéroport de Donsin : « On (...)
Lutte contre le terrorisme : Le Chef suprême des Armées (...)
Filière anacarde : Le projet USDA Food for Progress West (...)
Lycée Marien N’Gouabi : 132 élèves primés pour leurs (...)
Burkina Faso : La CASCA-BF fait des propositions pour (...)
Burkina : La tuberculose demeure un problème de santé (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 36750


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés