Actualités :: Présidentielle 2020 au Burkina : Le MPC quitte la majorité et apporte son (...)

Le Mouvement pour le Progrès et le Changement (MPC) a, ce jeudi 10 septembre 2020 à Ouagadougou, annoncé sa démission de l’Alliance des partis et formations politiques de la Majorité présidentielle (APMP). C’était via une conférence de presse au cours de laquelle, les responsables du parti ont déclaré leur soutien au candidat Zéphirin Diabré, chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso, président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). 

« Dès sa création, notre parti s’est affilié au Chef de file de l’Opposition. Un an après son affiliation, le combat contre l’instauration du sénat et la révision de l’article 37 a commencé. Le MPC a été au rendez-vous de la lutte ayant abouti à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Son premier responsable que je suis, a été président du Comité contre le référendum (CCR). Cette insurrection portait l’espoir d’un changement dans la manière de gérer le pays, de gouverner les hommes et d’administrer les biens publics. C’est parce qu’ils croyaient en un Burkina meilleur, et parce qu’ils voulaient que plus rien ne soit comme avant, que nombre de nos camarades de lutte ont donné de leur vie. En 2015, sur les marches de l’Insurrection, le MPP a accédé au pouvoir. Le 21 octobre 2015, nous avons soutenu le candidat Roch Marc Christian KABORE, parce que nous croyions que, fort de ses 26 ans d’expérience, il réussirait à mobiliser toutes les énergies et les ressources pour bâtir un Burkina de paix, de prospérité, d’unité nationale et d’espérance », a situé le président du MPC, Claude W. Ouédraogo.

Malheureusement, se ravise M. Ouédraogo, durant les cinq années de mandat du président Kaboré, le Burkina a perdu le contrôle d’un tiers de son territoire. « Environ 4 000 Burkinabè et amis du Burkina ont été tués, plus d’un million de nos concitoyens sont déplacés internes, tandis que plus de trois millions d’autres concitoyens sont touchés par une crise alimentaire. Plus de 4 000 écoles fermées, des centaines de centres de santé non-fonctionnels, une fronde sociale en perpétuelle ébullition, une nation profondément divisée, des massacres communautaires : le bilan du président Kaboré est plus que catastrophique », illustre l’ancien allié du pouvoir, Claude W. Ouédraogo, pour qui, le Burkina est passé d’havre de paix et terre d’espoir à un épicentre d’horreurs. 

Claude W. Ouédraogo (au micro.), encadré de membres de la direction politique du parti

Soutien à Zéphirin Diabré

Pire, les responsables de ce parti regrettent que les espoirs de l’insurrection populaire aient été « écrasés dans la pire gouvernance » que le Burkina ait connue.

« Ne voulant plus être comptable de cette descente aux enfers, notre parti a décidé courageusement de prendre ses responsabilités devant l’histoire, en démissionnant de la Majorité présidentielle. Nous ne voulons pas avalisé un faux bilan que produira l’APMP. Après avoir adressé une lettre de démission à l’APMP, nous avons demandé à adhérer au Cadre de concertation du Chef de file de l’Opposition (CFOP). Nous vous informons également que nous soutenons le candidat Zéphirin Diabré pour l’élection présidentielle du 22 novembre 2020. Notre choix est porté sur M. Diabré, au regard de ses capacités à rassembler les Burkinabè de tous les bords pour un sursaut national, à un moment où le pouvoir du MPP a réussi le triste exploit de diviser le peuple, les travailleurs, les autorités religieuses et la classe politique  », ont annoncé les responsables du MPC.

Ils informent d’ailleurs que le parti va incessamment signer l’Accord Politique de l’Opposition et investir son candidat (Zéphirin Diabré) à la présidentielle du 22 novembre 2020. Selon eux, la vision politique et la qualité du programme de Zéphirin Diabré sont convaincants. 

« De par son expérience internationale et nationale, dans le privé et le public, dans les affaires et la politique, M. Diabré a la réputation d’un homme compétent qui peut changer radicalement la gouvernance du pays, pour le bonheur des Burkinabè. M. Diabré est par ailleurs un homme intègre, et même ses adversaires l’admettent », justifient Claude W. Ouédraogo et ses camarades.

O.L
Lefaso.net

Politique : « Les femmes du Burkina sont engagées pour un (...)
Burkina Faso : Les démissionnaires de l’UPC créent le (...)
Dori : Le Premier ministre échange avec les forces vives (...)
Liberté provisoire de Jean Claude Bouda : "Cela nous (...)
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur (...)
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 (...)
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au (...)
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement (...)
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à (...)
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de (...)
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les (...)
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide (...)
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut (...)
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « (...)
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en (...)
Volonté du président Roch Kabore à aller à la réconciliation :
Législatives de 2020 au Burkina : Le tribunal (...)
Elections législatives 2020 au Burkina : Le NDI coache (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : L’UPC forme ses (...)
Recours contre des articles modificatifs du code (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10668

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés