Actualités :: Politique : Les intellectuels patriotes et progressistes africains créent le (...)

A l’occasion du troisième anniversaire de la disparition de Salif Diallo, homme politique et ancien président de l’Assemblée nationale du Burkina, les intellectuels patriotes et progressistes africains et du monde ont créé le « Mouvement Salif Diallo ». C’est une initiative qui se veut d’immortaliser les idées et idéaux politiques progressistes et panafricanistes du défunt.

Appel du 19 août 2020

Ce jour 19 août 2020, date anniversaire de la disparition du Docteur Salif DIALLO, précédemment Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Membre fondateur du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), nous intellectuels patriotes et progressistes africains avons décidé de créer le Mouvement Salif DIALLO/Mouvement des intellectuels pour la démocratisation intégrale et irréversible de l’Afrique en abrégé MSD-MDIA.

Pourquoi un « Mouvement Salif Diallo » ?

Le docteur Salif DIALLO est un intellectuel africain, né le 09 Mai 1957 à Ouahigouya Région Nord du Burkina Faso (ex Haute Volta) et décédé le 19 Août 2017 à Paris (France).

Dès son jeune âge, il s’est engagé dans les mouvements scolaires et estudiantins de son époque. Très vite il s’est illustré comme un des dirigeants les plus emblématiques des mouvements de jeunesse de son temps.

A l’université de Ouagadougou en particulier, il fut un des dirigeants les plus recherchés, réprimés et emprisonnés par les pouvoirs néocoloniaux de son pays. Il est expulsé de l’Université de Ouagadougou en 1979 suite à une grève historique de l’Association des Etudiants Voltaïques de Ouagadougou (AEVO), branche nationale de l’Union Générale des Etudiants Voltaïques (UGEV).

Salif DIALLO a dû s’exiler à Dakar où il s’inscrit à l’Université de Dakar à la faculté de droit et de sciences économiques.

Docteur Salif DIALLO très vite s’intègre naturellement au mouvement des Etudiants Voltaïques de Dakar.

L’Association des scolaires voltaïques (ASV) de Dakar va être aussitôt un tremplin pour exprimer son leadership dans la lutte patriotique, anti néo- coloniale et anti-impérialiste que menait l’Union Générale des Etudiants Voltaïques (UGEV).

C’est à l’Université de Dakar que son engagement patriotique africain sera révélé aux yeux du monde. Dakar était, il faut le rappeler le terroir de formation de nombreux cadres des Etats d’Afrique francophone et par voie de conséquence le terroir fertile de foisonnement des mouvements estudiantins d’obédience anti-impérialiste et panafricaniste.

Avec d’autres camarades voltaïques, maliens, sénégalais, nigériens, togolais, guinéens, mauritaniens, rwandais, tchadiens, congolais, etc., Docteur Salif DIALLO va entreprendre une véritable tâche de fédération des mouvements estudiantins en vue de faire valoir leur voix sur le campus de l’Université de Dakar.

Sous son leadership et dans une unité panafricaniste, les Etudiants de Dakar ont engagé des luttes victorieuses pour l’amélioration de leurs conditions de vie et d’études, celles-ci au risque d’une seconde expulsion de l’Université.

Docteur Salif DIALLO rentre dans son pays en 1985, en pleine Révolution Démocratique dirigée par le capitaine Thomas SANKARA.

Il va subir la « foudre » des dirigeants de la révolution pour ses positions politiques et idéologiques d’alors.

En 1986, il entre dans les arcades du pouvoir et y reste jusqu’en 2014, année à laquelle il démissionne avec d’autres camarades du Parti au pouvoir d’alors, le Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), pour créer un nouveau parti d’obédience de gauche social-démocrate dénommé le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP).

Sous son orientation politique et idéologique, ce parti s’engage à « écrire une nouvelle page de l’histoire du peuple burkinabè ».

Sous sa vision politique, ce parti adopte une stratégie et une tactique politique qui vont le conduire à la prise du pouvoir en moins de deux ans d’existence.

En rappel, durant ses trente (30) ans de participation au pouvoir d’Etat dans son pays, le Burkina Faso, Docteur Salif DIALLO a toujours gardé « sa foi, son idéal révolutionnaire », son esprit panafricaniste et progressiste.

Convaincu que l’indépendance politique des pays africains acquise à la fin des années 50 et au début des années 60, ne restera que formelle si elle n’est pas accompagnée d’une indépendance économique, il s’est toujours engagé sans retenue à une véritable indépendance de l’esprit.

Docteur Salif DIALLO était aussi animé de l’idée forte selon laquelle seule la gauche africaine est capable de faire aboutir la lutte pour l’indépendance économique des pays africains à travers la réalisation des « Etats-Unis d’Afrique » (EUA) ; Idée déjà soutenue par ses devanciers politiques de gauche notamment le Docteur Kwamé Nkrumah, les Présidents Modibo KEÏTA, Sékou TOURE, le professeur Joseph KI-ZERBO, le Président Thomas SANKARA etc.

Il était aussi convaincu que l’Unité africaine vraie n’est possible que si la gauche africaine accède au pouvoir dans la plupart des pays.

C’est fort de ces idées que le Docteur Salif DIALLO a durant « ses années au pouvoir » soutenu politiquement, matériellement et financièrement les partis de gauche africains en vue de leur accession au pouvoir d’Etat.

Le 19 Août 2017, le Docteur Salif DIALLO, appelé affectueusement par ses amis Gorba a tiré sa révérence à Paris en France. Ce fut un tonnerre de tristesse dans son pays, sur le continent africain et à l’international.

Des différents commentaires de la presse de son pays, du continent africain et du monde il ressort que l’Afrique venait de perdre un de ses dignes fils engagé et déterminé pour la cause des peuples africains.

De même, la participation à ses obsèques de chefs d’Etats dont le Président de l’Union Africaine, de Présidents d’Assemblée Africaine dont le Président du parlement africain, de Ministres africains, de Partis Politiques venus des quatre coins de l’Afrique, de l’International Socialiste, a fini par convaincre les plus sceptiques sur la dimension africaine et internationale de l’homme.

Le Président Rock Marc Christian KABORE du Burkina Faso « a salué son action en faveur du Burkina Faso … mais aussi du continent africain et du reste du monde où il compte de nombreux amis et compagnons de lutte » il a aussi fait « une mention spéciale pour son engagement sur la scène internationale, afin de défendre et de servir, sans relâche, les intérêts du Burkina Faso et de l’Afrique ».

Le premier Vice-Président de l’Assemblée du Burkina maitre B Stanislas SANKARA par ailleurs président du parti sankariste Unir/PS disait dans son message aux obsèques « qu’à l’unanimité la classe politique dans son ensemble et les observateurs reconnaissent en lui l’homme politique exceptionnel et hors pair ».
Le chef de file de l’opposition du Burkina en hommage au Docteur Salif DIALLO écrit « tu avais du génie et du caractère au sens où l’entendait Victor Hugo. Le génie s’était ton flambeau du dehors, le caractère ta lampe du dedans ».

Le Président Mahamadou Issoufou du Niger au nom de l’union africaine, disait dans son message d’hommage que « certains diront que Salif était un fin tacticien, d’autres diront qu’il était un grand stratège. Salif était tout cela. Mais par-dessus tout, il était un fin politique dont l’engagement dépasse les frontières du Burkina Faso ».

Monsieur Mohamed Bazoum ministre d’Etat, ministre de l’intérieur du Niger, Président du PNDS parti au pouvoir, au nom des amis africains de Salif DIALLO écrit dans son message « cher ami Salif, tes amis, tes camarades, tes frères africains qui aimaient tant ta compagnie et que tu aimais tant à inviter à Ouagadougou sont tous là aujourd’hui pour te dire adieu… tu as fait de Ouagadougou dans les années 90 un pays de grand carrefour africain…tu étais le ciment de cette grande toile de réseau d’amitié et de combat ».

Emmanuel GOULOU président Afrique de l’international socialiste représentant de l’international socialiste, Adrien HOUNGBEDJI représentant les présidents des parlements africains ont salués la dimension d’homme d’Etat africain engagé du Docteur Salif DIALLO.

Docteur Salif DIALLO est donc un grand continuateur de l’œuvre de construction de l’Union des peuples africains de notre époque, l’époque de la moitié du 21 siècle.

Cette œuvre titanesque qu’il a laissé inachevée doit se poursuivre. Mais se poursuivre par qui et comment ?

C’est en réponse à ces deux questions fondamentales que nous, intellectuels africains progressistes avons décidé de mettre sur les fonds baptismaux un Mouvement Salif DIALLO (MSD) pour la démocratisation intégrale et irréversible de l’Afrique (MDIA) un vœu cher au Docteur Salif DIALLO, en ce jour anniversaire de sa disparition sur la terre des hommes.

Intellectuels patriotes et progressistes africains et du monde le comité d’initiative vous lance un appel :

- Pour immortaliser les idées et idéaux politiques progressistes et panafricanistes du Docteur Salif DIALLO ;

- Pour assumer en cette moitié du 21 siècle notre rôle historique de lutte engagée et déterminée pour le renforcement de l’indépendance politique de nos pays respectifs par la lutte pour une indépendance économique véritable ;

- Pour l’accélération du processus d’intégration des peuples africains par la réalisation de la fédération des Etats africains (FEA) condition sine qua non d’une vie meilleure pour les populations africaines.

Intellectuels patriotes et progressistes africains adhérons au Mouvement Salif DIALLO- Mouvement pour la démocratisation intégrale et irréversible de l’Afrique : MSD/MDIA ;

Intellectuels, patriotes et progressistes africains, unissons-nous pour une Afrique libre, Indépendante et unie.

POUR UNE PATRIE AFRICAINE FORTE ET PROGRESSISTE UNISSONS-NOUS !

Pour le comité d’initiative

1-Professeur Pierre NACOULMA philosophe
2-Professeur MILLOGO Inous Chimiste des matériaux
3-Professeur TOE Patrice Socio-anthropologue
4-Docteur Ibrahim SANOGO Médecin
5-Docteur Ali OUEDRAOGO Historien
6-NADEMBEGA Gervais Ingenieur
7-Docteur Emile PARE Médecin
8-Rosine COULIBALY Economiste planificateur
9- Ramata DIALLO psychologue
10- Felix KAMBIRE Communicateur
11-Docteur TAPSOBA Ludovic Hydrologue

Dori : Le Premier ministre échange avec les forces vives (...)
Liberté provisoire de Jean Claude Bouda : "Cela nous (...)
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur (...)
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 (...)
Réconciliation nationale : « Pourquoi avoir une haine au (...)
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement (...)
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à (...)
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de (...)
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les (...)
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide (...)
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut (...)
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « (...)
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en (...)
Volonté du président Roch Kabore à aller à la réconciliation :
Législatives de 2020 au Burkina : Le tribunal (...)
Elections législatives 2020 au Burkina : Le NDI coache (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : L’UPC forme ses (...)
Recours contre des articles modificatifs du code (...)
Elections de 2020 au Burkina : Des journalistes à (...)
Réconciliation nationale : « Nous allons régler la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10668

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés