Actualités :: Election présidentielle : Les préparatifs de l’investiture du candidat du CDP (...)

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) va investir son candidat à l’élection présidentielle du 22 novembre 2020, le 26 juillet prochain. Déjà, le comité d’organisation est à pied d’œuvre pour réussir l’organisation de l’événement. C’est du moins l’assurance donnée par Boubacar Sanou, président du comité national d’organisation matérielle du congrès extraordinaire de désignation et d’investiture du candidat du CDP. Il nous a accordé une interview le mercredi 22 juillet 2020. Entretien !

Lefaso.net : Vous êtes président du comité national d’organisation matérielle du congrès extraordinaire. Quel point faites-vous aujourd’hui des préparatifs ?

Boubacar Sanou : Nous sommes en pleine organisation. Nous avons les différentes sous-commissions qui ont été mises en place. Elles sont au nombre de neuf. Elles sont en train de s’activer pour la réussite de l’activité. La commission « hébergement » est à pied d’œuvre pour accueillir les différents congressistes qui seront hébergés. La commission « mobilisation » est également à pied d’œuvre.

La commission « presse » est en train de faire son travail. Il y a des commissions qui ne vont entrer en action que le jour du congrès. Il s’agit notamment de la commission « sécurité », la commission « santé ». Elles sont en train de s’activer. Nous sommes actuellement en pleine préparation du congrès. Pour le moment, il n’y a pas de couac. Tout se déroule bien.

Cet entretien se tient au moment où Mahamadi Kouanda a introduit un référé pour la suspension du congrès. Quel est l’impact de cette action judiciaire sur les préparatifs ?

Je vous rappelle que ces camarades ont fait l’objet d’une suspension lors de la réunion du bureau politique national, le 18 juillet 2020. Ils n’ont plus le statut de militants du CDP. Il y a une action qui a été introduite en justice, demandant à sursoir à la tenue du congrès. Ces mêmes camarades ont introduit un recours au niveau de la justice, et le procès se tiendra le 12 août 2020, demandant l’annulation du procès-verbal du collège de désignation du candidat.

C’est vrai que cela peut gêner d’une manière l’organisation. En ce moment, vous êtes dans une histoire d’expectative. Vous ne savez pas comment les choses vont fondamentalement se terminer. Mais nous avons déjà l’habitude. Nous avons déjà fait l’objet de plusieurs assignations avant la tenue de congrès. Nous avons pu tenir les congrès à bonne date et dans de bonnes conditions.

Nous sommes en train de nous préparer avec le même état d’esprit, la même détermination, comme si de rien n’était. S’il se trouve que le congrès est suspendu, cela va nous occasionner des pertes financières. Mais nous nous préparons comme si le congrès va se tenir, de telle sorte qu’il puisse se tenir dans de très bonnes conditions. C’est vrai que ça nous dérange un peu. Comme ce n’est une première, nous avons déjà l’expérience de telles situations. Nous essayons de faire avec.

Dans quel état d’esprit abordez-vous ce congrès, quand on sait que l’actualité au sein de votre parti n’est pas à l’unité d’action ? Vous avez des démissions.

Je vous rappelle que le CDP est né de la fusion de treize partis et formations politiques en 1996. Je vous rappelle aussi que la première force politique de l’époque était l’ODP/MT. Du CDP, beaucoup d’autres partis sont nés dont le MPP, le Faso Autrement, l’UPR et même quelque part l’UPC. Qu’on le veuille ou pas, cela a amené une recomposition de la scène politique. Effectivement, nous sommes face à certaines démissions de certains anciens cadres du parti. Ils ont eu aussi à animer la vie politique nationale. Toute formation politique doit avoir cette capacité de se reconstituer, de se recomposer, quel que soit ce qui arrive.

Dans la vie, il faut savoir que certains départs peuvent provoquer certaines arrivées. Loin d’affaiblir le parti, nous pensons que ces départs constituent une force pour les militants pour aller davantage au combat. Nous pourrons avoir d’autres personnes qui, peut-être, attendaient certains départs pour venir au parti. Nous ne doutons pas de la qualité de ceux qui partent. Mais nous pensons qu’avec l’expérience que le parti a, il est en train de faire face à cette situation. Nous pensons que cela n’impactera pas très négativement la vie de notre parti.

Quelles sont les principales articulations du congrès et combien de participants sont attendus ?

Nous attendons environ, pour les congressistes de l’intérieur du pays, 4 300 à 4 500 participants. Pour ceux du Centre, Ouagadougou et environnants, nous attendons environ 5 000 personnes. Le congrès doit s’articuler en deux phases. Il y a la phase de désignation du candidat selon nos textes. Elle ne réunira que les congressistes statutaires. Après la désignation, maintenant nous aurons la phase d’investiture, qui est la phase un peu festive. Elle donnera lieu à l’accès à la salle au maximum de personnes. C’est vrai que nous sommes dans un contexte où des dispositions doivent être prises en termes de lutte contre le coronavirus. A défaut de pouvoir respecter fondamentalement les mesures barrières, nous avons pris des dispositions pour que tous les participants puissent porter le masque. Le gel hydroalcoolique sera disponible, de même que les dispositifs de lavage de mains.

Vous tenez votre événement juste au lendemain de celui de l’UPC, au même endroit ; faut-il comprendre cela comme une co-organisation ? Si non, comment se gère la salle, quand on sait que la désorganisation et la décoration ne se font pas en un clin d’œil ?

Pour ce qui est de l’organisation matérielle, nous travaillons concomitamment avec le comité d’organisation de l’UPC. Nous accompagnons l’UPC pour l’organisation de son congrès du 25 juillet 2020. Il nous accompagne également. Pour ce qui concerne l’aspect organisationnel, c’est une gestion commune qui sera faite de telle sorte que le matériel qui sera utilisé par l’UPC pour son congrès d’investiture sera le même qui sera utilisé par le CDP. Probablement, nous allons procéder à quelques retouches au niveau de la décoration, du fait que les deux formations politiques n’ont pas les mêmes couleurs et les mêmes emblèmes. Certains acteurs que vous verrez dans l’organisation de l’UPC, vous les verrez également au CDP.

Le candidat du CDP aura-t-il un accompagnement de la part d’autres mouvements politiques et/ou associatifs ?

En allant à ces élections, il y a l’accord politique que certaines formations politiques au niveau du Chef de file de l’opposition politique qui a été élaboré. Il sera signé incessamment. Le CDP est partie prenante de cet accord politique. Il y a également des accords que nous sommes en train de signer avec d’autres partis et formations politiques en dehors de l’accord politique.

Vous aurez l’occasion de découvrir ces formations politiques le jour de l’investiture de notre candidat. Certains seront appelés à intervenir. Pour ce qui concerne les OSC, de prime abord, vous savez qu’elles sont apolitiques. Nous pouvons avoir des sympathisants. Mais de manière formelle, nous n’avons pas d’OSC qui nous soutient. Cela relève de la loi qui interdit aux organisations de la société civile de mener des activités politiques.

Quel est le coût de l’organisation ? Est-ce que les moyens sont disponibles ?

Nous sommes un parti d’opposition. Nous faisons avec les moyens de bord. Vous voyez que nous sommes en train de gérer concomitamment les moyens avec l’UPC. Tout ça, pour réduire les coûts. Nous aurons un congrès à la portée de nos moyens. Pour le moment, je ne peux pas formellement vous donner un montant. Je pense que le montant sera à la hauteur de nos moyens.

Quelle va être la suite après l’investiture ?

Immédiatement après l’investiture de tous les candidats, c’est la phase de précampagne. Elle s’étale déjà à partir du mois d’août. Le candidat va mettre en place son équipe de campagne qui va dérouler son programme de campagne. Au niveau du bureau exécutif national et du comité national d’organisation, à l’étape actuelle, notre responsabilité c’est de réussir le congrès.

Il appartiendra au candidat, une fois investi, de prendre les dispositions pour que son équipe de campagne puisse commencer à se mettre en place et lui proposer un programme de campagne. Mais au niveau de la direction du parti, après l’investiture, nous avons déjà publié la directive portant critère et modalité de choix de nos candidats pour les législatives. Après, nous allons-nous attaquer à cela.

Votre mot de la fin.

Le mot que j’ai à ajouter, c’est d’appeler l’ensemble de nos militants particulièrement, et ceux de l’opposition, à se mobiliser massivement pour que l’investiture de notre candidat puisse réussir le 26 juillet 2020. C’est un appel à mobilisation de l’ensemble des militants du CDP.

Propos recueillis par Dimitri Ouédraogo
Lefaso.net

Initiative Suisse pour des multinationales responsables (...)
Burkina : « La réconciliation nationale reste d’une (...)
Roch Kaboré : « Nous ne négocierons pas avec ceux qui ont (...)
Laurent Bado : « Quand l’Africain se tournera vers une (...)
Attaque de Tin-Akoff : Pour le parti APP/Burkindi, « (...)
Burkina : « La réconciliation nationale reste d’une (...)
John Jerry Rawlings : L’Afrique perd un panafricaniste, (...)
Sondage en ligne sur le bilan du MPP et les candidats à (...)
Burkina : « On a les gouvernants qu’on mérite. C’est la (...)
Yacouba Isaac Zida, dossier Sankara, pouvoir Kaboré : (...)
Commémoration du 11-décembre à Banfora : Des fils et (...)
Politique : « Les femmes du Burkina sont engagées pour un (...)
Burkina Faso : Les démissionnaires de l’UPC créent le (...)
Dori : Le Premier ministre échange avec les forces vives (...)
Liberté provisoire de Jean Claude Bouda : "Cela nous (...)
Burkina : Pascal Zaida et Marcel Tankoano alertent sur (...)
Justice : Jean Claude Bouda en liberté provisoire, 5 (...)
Roch Kaboré et la Réconciliation nationale : Le Mouvement (...)
UPC : Le Poé Naaba a démissionné
Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à (...)
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10689

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés