Actualités :: Politisation de l’administration : L’opposition exige le démantèlement de (...)

Des partis membres du Chef de file de l’opposition étaient face aux journalistes pour l’hebdomadaire conférence de presse de l’institution. Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF/RDA et Abdoulaye Arba du PMP se sont pliés à l’exercice. Les questions d’actualité comme les « exécutions sommaires » de Tanwalbougou, la crise de la chefferie à Fada et la gestion de la lutte contre le Covid-19 ont été abordées. Les conférenciers n’ont pas manqué d’exiger le démantèlement de toutes les cellules MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) illégalement installées dans les ministères et autres structures étatiques.

Les premiers responsables de l’Alliance pour la démocratie et la fédération/Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), Gilbert Noël Ouédraogo, et du Parti des militants pour le peuple (PMP) ont animé ce rendez-vous hebdomadaire avec la presse. Abordant le premier sujet lié à la mort de douze présumés terroristes dans les locaux de la gendarmerie de Tanwalbougou, dans la province du Gourma, les conférenciers ont dit attendre que la justice fasse la lumière sur cette énième épineuse question.

En effet, le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) est convaincu que les douze personnes ont simplement été victimes d’exécution sommaire. Lors d’une conférence de presse tenue le 18 mai 2020, l’association avait même demandé la démission du ministre de la Défense, au regard de la multiplication de ces actes.

« En exécutant des présumés terroristes qui devraient être jugés, nous prenons inévitablement le risque de tuer des innocents. Des gens pourraient en profiter pour accuser et faire éliminer leurs ennemis, leurs rivaux, leurs adversaires politiques », a dit le président de l’ADF/RDA, qui a introduit les échanges en lisant la déclaration liminaire. Pour lui, si des innocents sont tués, l’on crée de nouvelles vagues d’ennemis internes assoiffés de vengeance qui travailleront contre l’Etat, donc en faveur des ennemis.

Me Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF RDA

En revanche, ont poursuivi les conférenciers, en jugeant les présumés terroristes, on dévoile aussi des informations qui peuvent être utiles au grand public.
« L’armée et les institutions sécuritaires regroupant les enfants de toutes les communautés et de toutes les régions, elles peuvent connaître des divisions internes si certaines de leurs composantes se sentent victimes d’exécutions sommaires », ont poursuivi les animateurs, qui préviennent que ceux qui se rendent coupables de ces actes pourraient être « harcelés par des procès pour crimes de guerre ou pour crimes contre l’humanité ».

L’opposition exige donc que justice soit faite sur la mort de ces douze personnes, et que les éventuels coupables soient punis conformément à la loi.

Deux rois pour un trône

Le royaume du Gulmu vit une situation exceptionnelle depuis quelque temps, avec l’intronisation de deux rois. Le sujet est sensible. Par mesure de prudence donc, l’opposition politique a juste souhaité que la paix et la cohésion reviennent dans la famille royale du Gulmu. Par ailleurs, les conférenciers ont encouragé les parties en conflit à trouver une issue pacifique à la crise, grâce au dialogue.

« L’opposition demande à l’autorité administrative de jouer pleinement son rôle, dans un esprit neutre et non-partisan, pour éviter que ces tensions aboutissent à des violences. Comme le dit un adage bien connu, ‘‘si la pluie vous bat, ne vous battez pas entre vous’’. Déjà que le Gulmu vit les affres du terrorisme, cette crise de succession n’est pas une bonne nouvelle », ont dit les conférenciers.

Un couvre-feu devenu inutile

Tout le Burkina Faso vit sous couvre-feu depuis le 21 mars 2020, instauré pour freiner la propagation du Covid-19. Mais le bien-fondé de cette mesure est de plus en plus remis en cause. Et pour cause : les transports de personnes ont repris, et certains longs trajets sont perturbés par le couvre-feu ; des sociétés qui continuent de fonctionner la nuit subissent des préjudices ; les débits de boissons et les restaurants ont rouvert, et la plupart de ces établissements rentabilisent la nuit ; de nouvelles mesures comme le port obligatoire du masque ont été instaurées ; la tendance est à une amélioration de la situation.

Abdoulaye Arba du Parti des militants pour le peuple (PMP)

« De ce fait, l’opposition propose la levée du couvre-feu, pour permettre non seulement aux entreprises de se refaire une santé après la crise, mais aussi aux citoyens de souffler après que leur liberté a été exceptionnellement réduite pour endiguer la propagation de la pandémie », ont clamé les orateurs du jour.

Toujours au chapitre du Covid-19, la cellule MPP du ministère de l’Eau et de l’Assainissement a fait don de matériel de lutte contre la pandémie à leur ministère. Pour l’opposition politique, cela est aux antipodes de la loi. Elle a, de ce fait, dénoncé la politisation à outrance de l’administration publique par le MPP. Une politisation qui, selon les orateurs, est un frein à l’efficacité, à la cohésion et la neutralité de l’administration.

Se fondant sur la loi N°081-2015/CNT portant statut général de la Fonction publique d’Etat, qui interdit d’organiser des activités politiques ou d’installer dans l’administration publique, de manière formelle ou informelle, des cellules ou toutes formes de représentation à caractère politique, Gilbert Noël Ouédraogo de l’ADF/RDA, et Abdoulaye Arba du PMP ont purement et simplement demandé « le démantèlement de toutes les cellules MPP illégalement installées dans les ministères et autres structures étatiques ». Pour ce faire, ils ont souhaité que les syndicats des différents ministères et institutions dénoncent ces cellules.

T.C.S.
Lefaso.net

Proposition de report des législatives : Les députés (...)
Présidentielle de 2020 : Le CDP Section USA félicite (...)
Vie des partis : HAWRE installe les membres du bureau (...)
Politique : Roch Marc Christian Kaboré investi pour la (...)
Politique : Salia Sanou démissionne du Congrès pour la (...)
Investiture du candidat du MPP à la présidentielle : « (...)
Candidature à l’élection présidentielle : Blaise Compaoré (...)
Échéances électorales 2020 au Burkina Faso : La classe (...)
Politique : L’Opposition non affiliée contre la (...)
Prorogation du mandat législatif : Eddie Komboïgo « met (...)
Application de la loi 081 : La coordination régionale (...)
Rapport de Human Right Watch sur les exactions des FDS (...)
Investiture du candidat MPP à la présidentielle : Dans (...)
Budget de l’Etat gestion 2020 : Les députés adoptent la (...)
Elections couplées 2020 : L’ADF RDA s’insurge contre une (...)
Découplage des élections de 2020 : L’UNIR-PS rejette la (...)
Politique : Non au report des élections !
Proposition de report des élections : Le NTD se (...)
Accrochage entre forces de défense et de sécurité et (...)
Enrôlement biométrique à Ouagadougou : L’opération se (...)
Burkina : Adama Kanazoé démissionne de son poste de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10479

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés