Actualités :: Combat pour le développement : Le Burkina n’acceptera aucune fatalité

"Il n’y a de fatalité que celle que l’on accepte de subir. En votre nom à tous, je puis affirmer que le Burkina Faso n’acceptera aucune fatalité. Debout et mobilisé, le peuple burkinabè continuera d’inscrire ses notes de succès sur le chemin de l’espérance et de l’émergence".

Ces notes d’espoir qui parachèvent le message de Nouvel an du chef de l’Etat, traduisent bien sa ferme volonté d’assurer au Burkina, un meilleur devenir. Au-delà de cet espoir légitime, c’est aussi une invite à tous les Burkinabè à plus d’engagement et de travail. Rien d’autre que le travail ne peut nous garantir le développement et le bonheur souhaités. Peuple travailleur, l’histoire l’atteste et des exemples concrets dans la sous-région le confirment, les Burkinabè ont toujours su braver les difficultés pour leur développement et la sauvegarde de leurs intérêts.

Ce ne sont pas les voisins qui nous diront le contraire même si d’aucuns aujourd’hui, pour des intérêts purement politiques et égoïstes, tentent de tordre le cou à l’histoire.

Certains nous ont promis le feu, mais en lieu et place, nous avons récolté des cerises. Tout simplement parce que nous n’avons pas cru à la force de frappe de la rampe de lancement du feu, mais plutôt à notre capacité de surmonter les difficultés. La crise ivoirienne nous a certes secoués, mais ne nous jamais anéantis. Face à la situation, le peuple burkinabè a su prendre son destin en main en développant des initiatives salutaires qui ont étonné ceux qui avaient prédit notre "mort".

Que ce soit l’opération Bayiri pour le retour volontaire de nos compatriotes au bercail ou que ce soit le redéploiement de nos opérateurs économiques vers d’autres corridors, les Burkinabè ont banni le fatalisme pour gérer la "crise" avec beaucoup de courage et d’intelligence.

Sur bien d’autres fronts, les Burkinabè ont également montré leur engagement et leur détermination à réussir leur combat. C’est le cas par exemple de l’agriculture où cette année, on enregistre pour une des rares fois, un excédent de production. Certes, la pluviométrie a été assez bonne, nous dira-t-on, mais il faut reconnaître aussi la volonté affichée de plus en plus de ne plus subir les caprices de la nature dans ce domaine. La petite irrigation qui nous vaut des émules, n’est pas une invention d’aujourd’hui ; mais il a fallu qu’on y croit et qu’on développe des initiatives pour la valoriser auprès de nos agriculteurs. Les résultats sont là, à la grande satisfaction de tous et on peut s’en réjouir. Ces résultats viennent contredire certaines thèses selon lesquelles nous avons des terres pauvres. Ils confirment par ailleurs que l’autosuffisance alimentaire peut être bien une réalité pourvu qu’on y croit et qu’on se mette au travail.

Les Burkinabè se sont également engagés résolument à lutter contre la pandémie du Sida. Toutes les couches, toutes les communautés se sentent aujourd’hui concernées et interpellées par ce combat. Les initiatives ne manquent pas dans ce sens, car convaincues toutes que le Sida est une maladie redoutable dont on n’a pas encore trouvé de médicament certes, mais qu’on peut éviter et pourquoi pas soigner à la longue.

Les Burkinabè ne pourront continuer d’engranger ces succès et poursuivre harmonieusement leur développement que dans la mobilisation et le travail. Sur le chemin de la gloire, il reste encore beaucoup de défis à relever dans un élan de solidarité et de patriotisme.

Zakaria YEYE
Sidwaya

Contentieux électoral de novembre 2020 : La CODEL (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : L’Assemblée (...)
Concertations communales sur le processus de Réconciliation
Ministère de la Fonction publique : Le Chef de file de (...)
Burkina Faso : La CENI veut se doter d’une stratégie de (...)
Programmation budgétaire 2022-2024 au Burkina : Vers un (...)
Burkina : L’Assemblée nationale se délocalise à (...)
Vie constitutionnelle : « Toutes les crises au Burkina (...)
Burkina : L’opposition maintient sa demande de (...)
Commune de Houndé : Le deuxième adjoint au maire n’est (...)
Burkina Faso : Le dialogue politique s’ouvre dans un (...)
18 juin 1940 : Sankara Zouli et d’autres soldats (...)
Burkina : Le Cadre de dialogue politique, un sectarisme (...)
An II de l’Appel de Manéga : C’est aussi "un pas vers la (...)
Nouvelle-Calédonie : Le Pr Augustin Loada conduit une (...)
MPP-France : La sous-section de Bordeaux fait peau (...)
Burkina : Le président Roch Kaboré et Jacques Ouédraogo (...)
Assemblée nationale : La commission CJEEC réunie à (...)
Assemblée Nationale : Les députés membres de la CAGIDH (...)
Réconciliation nationale : Les capacités des autorités (...)
30e anniversaire de la Constitution du Burkina Faso : (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11046



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés