Actualités :: Application de l’UITS : L’Alternative Patriotique Panafricaine/BURKINDI (...)

L’Alternative Patriotique Panafricaine/BURKINDI, un parti politique d’opposition à travers cette déclaration dénonce l’attitude du gouvernement qui « tend à fragiliser davantage la paix sociale dans notre pays. L’Alternative Patriotique Panafricaine/BURKINDI soutient les travailleurs en lutte pour de meilleures conditions de vie »

Le Burkina Faso est empêtré dans une dramatique crise sécuritaire meurtrière depuis 2016. La profondeur de ce drame et sa durée inquiétante sont sans nul doute le fruit de décennies de mauvaise gouvernance dont sont largement comptables le pouvoir MPP actuel et une partie substantielle de l’opposition regroupée autour du CFOP. Pourtant, le pouvoir ne tarit pas d’incohérences en matière de gouvernance : révélations incessantes de faits de détournements et de corruption y compris dans l’acquisition d’équipements pour nos FDS, gabegie, lenteurs coupables sur des dossiers judiciaires à l’exemple de Yirgou.

Qu’à cela ne tienne, le pouvoir MPP qui est en campagne pour les élections de 2020, décide de crisper davantage le climat social déjà délétère avec des centaines de familles endeuillées, des centaines de milliers de déplacés internes, une fronde syndicale incessante depuis 2016 : il en est ainsi de la décision de la retenue de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs du public, alors même que le gouvernement lui-même est le meilleur défenseur de multinationales soupçonnées du vol de 338 milliards au titre de l’affaire du charbon fin, pour ne parler que de ce seul cas parmi tant d’autres.

L’argument du souci de justice sociale et de l’application stricte de la loi brandit par le gouvernement est à géométrie variable dès lors que lui-même n’applique pas la loi en matière de rémunération des membres de son gouvernement et ne recouvre pas les centaines de milliards dus à l’État par des entreprises nationales et multinationales et par des fraudeurs patentés de parcelles et autres délits majeurs révélés par des enquêtes parlementaires, de l’ASCE/LC et de journalistes d’investigation.

Certes, la discipline fiscale est un devoir citoyen et patriotique. La mobilisation de toutes les ressources et de toutes les énergies nationales est un impératif, surtout en temps de guerre. Mais l’exemple et la cohérence doivent venir des dirigeants, ce qui n’est pas le cas avec le pouvoir MPP et ses alliés qui sont constamment dans le dilatoire et les tentatives de division des travailleurs. Le pouvoir se fait complice d’une évasion fiscale qui saigne dangereusement le budget national de plus de 1598 milliards toutes fraudes confondues.

La prise en otage des salaires des travailleurs dénote non seulement d’un manque de vision mais traduit aussi l’incapacité du gouvernement à trouver des solutions durables aux problèmes vécus par les populations au quotidien.

En tout état de cause, l’APP/Burkindi dénonce cette attitude du gouvernement qui tend à fragiliser davantage la paix sociale dans notre pays. Notre Parti soutien la lutte des travailleurs en lutte pour de meilleures conditions de vie. Pour éviter l’approfondissement de cette nouvelle crise aux graves conséquences pour le pays dans un contexte de chaos sécuritaire, nous exhortons le gouvernement à :

- Agir dans la transparence et recouvrer toutes les dettes dues à l’État au titre de l’évasion fiscale et de la fraude ; - Engager un dialogue franc avec les syndicats autour de cette loi qui précarise davantage les travailleurs, ainsi que sur le sujet de la remise à plat des rémunérations des agents de la fonction publique et le règlement des actes de carrière, avancements, bonifications de nombreux travailleurs ; - Une gestion plus vertueuse et exemplaire des finances publiques.

Par le Peuple, Pour le Peuple ! Le Bureau Exécutif National

Conseil des ministres : La convocation du corps (...)
Arrestation de Jean-Claude Bouda : Le RENLAC exprime sa (...)
Journée mondiale de l’Afrique : « Personne ne viendra unir (...)
Situation sécuritaire dans le Centre-Nord : L’UPC tire la (...)
Burkina : L’ex- ministre de l’énergie, Alfa Oumar Dissa, (...)
Politique : La création d’un parti politique par le Dima (...)
Politique : Le parti « Notre cause commune » déclare son (...)
Situation nationale : « La tension est à son comble », (...)
Situation de la nation : Tous face à la réalité de (...)
Politisation de l’administration : L’opposition exige le (...)
Burkina : Voici l’intégralité du discours du Premier (...)
Situation nationale : « Le peuple a remporté des (...)
Assemblée nationale : Le Premier ministre Christophe (...)
Eddie Komboïgo et le CDP à l’épreuve de la démocratie
Candidature du CDP à la présidentielle : Mahamadi Kouanda (...)
Législatives de 2020 : « Nous inviterons les jeunes à (...)
Education : Si rien n’est fait, « nous allons droit vers (...)
Burkina Faso : Pourquoi ces tâtonnements au sommet de (...)
Présidentielle de 2020 : Des Ouagalais se prononcent sur (...)
CDP : Eddie Komboïgo élu candidat du parti à la (...)
Ministère de l’intégration : Le CASEM dresse le bilan du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10374



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés