Actualités :: Journées parlementaires CDP :" On est inquiet, on a peur pour les élections", (...)

La commune de Boussé, province du Kourweogo abrite du 1 er au 03 mars 2020, les 1ères journées parlementaires du groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Elles se tiennent autour du thème : " impact de la gouvernance actuelle sur les élections de 2020".

C’est en présence du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, des représentants des autres groupes parlementaires que le président du groupe parlementaire CDP, le député Wendyélé Sawadogo a procédé à l’ouverture desdites journées.

Ces premières journées ont débuté dans une ambiance festive, entre prestations d’artistes et ovations ; ponctuées par des interventions de plusieurs représentants des groupes parlementaires présents à cette occasion. Tout d’abord, c’est le président du groupe parlementaire du CDP, Wendyélé Sawadogo qui a ouvert les travaux en en appelant à la conscience générale face à l’épidémie mondiale du CORONA-VIRUS qui entraîne des milliers de morts. Wendyélé Sawadogo a également fait cas de la crise humanitaire et sécuritaire qui sévit au Burkina Faso.

Une situation qui a obligé son parti à réfléchir sur les enjeux de l’heure et à proposer des recommandations, afin que la paix revienne. Abordant la tenue des élections, Wendyélé Sawadogo dit être préoccupé au regard de la situation sécuritaire actuelle :" on est inquiet, on a peur pour les élections du 22 décembre 2020. On nous attaque partout, il y a des attaques des agents d’enrôlement des électeurs, nous sommes préoccupés par la situation, personne ne peut nous garantir que les élections se tiendront dans la paix".

wendyélé Sawadogo, président du groupe parlementaire CDP

Le président de l’Assemblée nationale a donné le départ de ces journées par son discours d’ouverture, tout en déclarant ne pas être :"venu d’interférer dans les affaires du groupe CDP (...). Les journées parlementaires sont financées par l’Assemblée nationale sur le plan administratif, même si c’est les partis politiques qui s’organisent." dira-t-il.

Député-maire de Boussé, représentant du groupe parlementaire Burkindlim, Karim Ouédraogo a déclaré dans son allocution :" notre groupe attend une sainte appréciation de la gouvernance actuelle (...) S’agissant des élections couplées de 2020, le groupe parlementaire burkindlim souhaite des élections apaisées". Aussi, a-t-il saisi l’occasion pour demander l’enrôlement massif de la population de Boussé, durant l’opération d’établissement des cartes d’électeurs qui se profile.

Le député Kayaba Sandwidi du groupe parlementaire Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN) pour sa part a expliqué que la thématique permet de se pencher sur les questions d’intérêt national. Toutefois, il a dénoncé la corruption au sommet de l’État relayée par certains médias ; tout comme la situation sécuritaire et humanitaire.

Aussi, il a dénoncé la distribution des cartes nationales d’identité (CNIB) a des fins politiques et de précampagne, avant d’inviter le CDP à faire usage de son expérience pour la transparence des futures élections. Ichaga Ouédraogo, représentant le groupe parlementaire, Renouveau démocratique (RD) a déclaré que "le Burkina Faso n’a pas besoin d’une autre crise au sortir des élections, au regard du contexte difficile actuel".

Parmi les diverses interventions figurait celle de l’Union pour le progrès et le changement (UPC). C’est le député Justin Compaoré (Poé Naaba) qui a pris la parole en ces termes : "Je félicite le groupe CDP pour la pertinence du thème choisi, à l’heure où le Burkina Faso prépare les élections présidentielles". Puis d’ajouter : " Alassane Bala Sakandé est un monsieur doté de l’esprit de cohésion et d’unité qui a voulu marquer sa présence en ces journées". Entre autres, celui-ci a expliqué que " L’heure n’est plus au discours, mais aux actes, car la situation sécuritaire ne se prête pas".

Dans la foulée, le député membre du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), Raphael Koama a rappelé que "les journées parlementaires permettent d’aller à la rencontre de nos populations à la base". Pour lui, ces journées parlementaires sont à saluer ; avant ajouter : " Nous affirmons que le pouvoir se trouve dans les urnes et condamnons ceux qui s’attaquent aux institutions de la République"

E.K.S.

Lefaso.net

Élections 2020 au Burkina : L’UCAP-Burkina invite les (...)
Débats autour des élections : Attention à la banalisation (...)
CDP : Mahamadi Kouanda bientôt poursuivi pour « faux en (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : L’ancien patron de la (...)
Élections de novembre 2020 au Burkina : L’opposition (...)
Élections de 2020 au Burkina : Une coordination d’OSC (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : L’opposition dénonce (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Le Faso autrement (...)
Code électoral du Burkina : L’UNDD exhorte les députés à (...)
Burkina : Un nouveau site pour la construction de (...)
Législatives du 22 novembre 2020 : Les formulaires de (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Cérémonie de mise en (...)
Burkina Faso : L’Opposition non-affiliée exige une « (...)
Burkina Faso : La CENI s’entoure de toutes les (...)
Affaire Jean-Claude Bouda : L’ex ministre de la Défense (...)
Cadre sectoriel « gouvernance administrative et locale » (...)
Vie politique : L’UPC outille une quinzaine de (...)
Périple à l’intérieur du Burkina : Le Premier ministre en (...)
Modification du code électoral au Burkina : L’ Opposition (...)
Élections de 2020 au Burkina : 2 376 100 nouveaux (...)
Siaka Coulibaly, analyste politique : « La situation de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10626



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés