Actualités :: Présidentielle de 2020 : Ça trépigne au CDP…, rupture entre Eddie Komboïgo et (...)

Annoncées pour au plus tard le 31 janvier 2020, les observations de Blaise Compaoré sur la directive portant désignation du candidat du parti, CDP, à la présidentielle de novembre 2020 sont finalement attendues ce jour, 26 février 2020.

A la veille de cette date butoir, la sérénité n’était pas de tous les rangs au sein de l’ex-parti, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP). Les bruits de bottes indiquaient déjà que la réponse de Blaise Compaoré était même déjà dans les circuits de la direction politique nationale (ou était du moins déjà connue d’elle).

Et des confidents sont clairs, Blaise Compaoré demande au président du parti, Eddie Komboïgo, au cas où il souhaiterait se présenter à la présidentielle, de démissionner à la tête du parti pour organiser une élection (sorte de primaires) entre les prétendants pour retenir le candidat officiel du CDP. Une ‘’offre’’ qui apparaîtrait plus un piège pour le camp Komboïgo.

« Ce qui ne semble pas du tout arranger le président Eddie Komboïgo, dont les partisans s’apprêtent, au cas échéant, à exiger aussi que tous ceux qui souhaiteraient se porter candidats aux législatives démissionnent aussi de leur responsabilité au sein du parti », explique un cacique du parti. Celui-ci croit savoir que c’est sentant le roussi qu’un plan B est en train de se mettre en place du côté d’Eddie Komboïgo.

C’est dans ce schéma qu’il inscrit cette sortie, le samedi 22 février 2020 à Ouagadougou, de quatre partis politiques qui, par une assemblée générale, ont appelé à la candidature du président du CDP, Eddie Komboïgo. Ces organisations politiques sont : le Faso en Démocratie (FADEM), le Mouvement des Jeunes Républicains (MJR), le Parti Patriotique Jeunes Républicains (PPJR) et la FDR.

Bien avant cette sortie, c’est l’Alliance des nouvelles consciences (ANC) qui tenait, le 15 février 2020 à Ouagadougou également, son assemblée générale avec « pour objectif de remobiliser les troupes pour les élections à venir ».

Si cette organisation se veut de la société civile, la réalité est aussi que son dirigeant, Marc Bonogo, est du cabinet d’Eddie Komboïgo et considéré comme un des « hommes de main » de l’homme d’affaires et homme politique.

Pour nombre d’indiscrétions venant du cercle dirigeant, la rupture entre Blaise Compaoré et Eddie Komboïgo est quasiment inévitable. « Eddie Komboïgo ira certainement avec ses hommes », prédit simplement ce militant du bureau exécutif national du parti. Ces heures pourraient donc paraître cruciales pour l’ex-parti au pouvoir, le CDP.

Lefaso.net

Education au BUrkina : les revendications du (...)
"Au Burkina, on fait bien avec peu",Francis Blondet, (...)
Tentative présumée de coup d’Etat : sommes-nous encore ces (...)
"Le lieutenant Minoungou présentait le même tableau (...)
On murmure
"Le juge militaire m’a surpris positivement"
CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL : de Juliette Bonkoungou à (...)
Conseil économique et social : nouvelle présidence, (...)
Tentative présumée de putsch : le lieutenant Minoungou (...)
VIE DES PARTIS : l’UDPI après Dongo Longo
Tentative de coup d’Etat : Le MBDHP a rendu visite au (...)
Cérémonie d’investiture du président du CES du Burkina
Rencontre des anciens et nouveaux parlementaires : pour (...)
De la Haute-Volta au Burkina : les parlementaires (...)
Tentative présumée de putsch : Le MBDHP satisafit des (...)
Pot-pourri
L’ambassadeur de France au Conseil d’Etat
Arrestation de Norbert Tiendrébéogo : "La couleuvre est (...)
Tentative présumée de putsch : "Ce que j’ai vu et entendu (...)
Bonne gouvernance : échange d’expériences démocratiques en (...)
Déclaration : la situation nationale toujours préoccupante

Pages : 0 | ... | 10185 | 10206 | 10227 | 10248 | 10269 | 10290 | 10311 | 10332 | 10353 | 10374



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés