Actualités :: Burkina : « Redonnons une place de choix à la probité, au respect de la parole (...)

Le candidat des « bleu et blanc », Kadré Désiré Ouédraogo, multiplie les échanges avec les couches sociales du pays. Ce dimanche, 9 février 2020 à Ouagadougou, il était à la rencontre des acteurs du secteur informel de la capitale. Après avoir écouté ses interlocuteurs et décliné sa vision, Kadré Désiré Ouédraogo les a invités à œuvrer à un changement réel et positif en 2020.

Le Palais de la Jeunesse et de la Culture Jean-Pierre Guingané a, pour l’occasion, refusé du monde. Parmi ces mobilisés, des inconditionnels vêtus des couleurs du candidat (bleu et blanc), dans une salle où trônent de toutes parts, posters et autres effigies de l’ancien Premier ministre, Kadré Désiré Ouédraogo.

Pour ses partisans du secteur informel, Kadré Désiré Ouédraogo dégage des valeurs positives du vivre-ensemble, de tolérance, de paix, etc. « 2020, c’est l’année de Kadré Désiré Ouédraogo », convainc-t-on ici également.

Cette assemblée générale qui, selon les organisateurs, regroupe les acteurs des douze arrondissements de Ouagadougou, a été une occasion pour poser le regard sur le secteur. Convaincus que le secteur informel occupe une place importante dans la vision de Kadré Désiré Ouédraogo, les participants à la rencontre ont, par leurs porte-paroles, identifié des difficultés liées aux financements, à l’organisation-terrain des activités du secteur, sa restructuration (que grossistes et détaillants ne soient pas confondus), etc. Ils appellent à un retour à la transparence, à une gestion vertueuse du secteur pour le bien de toute la société.

« Je vois à travers vous, tous les acteurs du secteur informel de l’ensemble du pays », étend Kadré Désiré Ouédraogo, rendant hommage à tous ceux qui œuvrent dans l’anonymat du secteur informel pour que vive l’économie nationale et, partant, toute la société.

L’ancien Premier ministre est également revenu sur « l’importante contribution » de ce secteur au développement économique du pays. C’est pourquoi il a réitéré le sens de son combat de voir le Burkina redevenir un pays de paix, de cohésion et de bonne gouvernance et où règne la justice afin que prospère également cet ensemble de monde des affaires.

« Que le Burkina Faso soit un pays où la discipline règne et un pays où la solidarité n’est pas un vain mot », invoque l’ancien président de la Commission de la CEDEAO, qui entend apporter le changement positif au Burkina.

« Nous avons, ensemble, beaucoup de défis communs à relever et le premier défi, c’est de vous aider, vous les membres du secteur informel, à grandir. En effet, nul n’est né pour être petit, nous sommes nés tous pour grandir. Et c’est notre ambition de vous aider à grandir pour que vous deveniez de grands opérateurs économiques ; que vous quittiez le secteur informel pour intégrer le secteur formel », s’est adressé le candidat à ses partisans de ce secteur d’activités, proposant des pistes d’organisation qui devront, à son avis, permettre à l’Etat de mieux aider ce volet de la vie économique. D’où son appel à la mobilisation pour un changement véritable au Burkina Faso.

Arnaud Nanaba

« Nous ne sommes pas un nouveau venu sur la scène politique burkinabè. Vous nous avez vus à l’œuvre ici au Burkina Faso et ailleurs en Afrique. Je voudrais vous assurer que c’est la même énergie, la même volonté, la même rigueur que nous observerons dans tout ce que nous ferons, si vous nous accordez votre confiance en 2020 », rassure le candidat, exhortant à une fédération des actions pour un changement de mentalité au Burkina Faso.

« Nous devons ensemble changer la façon dont nous faisons la politique au Burkina Faso. Redonnons une place de choix à l’intégrité, redonnons une place de choix à la probité, à la solidarité entre nous Burkinabè et surtout, redonnons une place de choix au respect de la parole donnée, à la fidélité envers nos engagements et envers les objectifs que nous poursuivons », prône Kadré Désiré Ouédraogo.

Il les invite à s’engager à faire du Burkina, une terre de dignité, de sécurité, de solidarité, de paix, de justice, une terre de confiance.

Arnaud Nanaba, membre du comité d’organisation, dit constater que le secteur informel est délaissé ; chacun se débrouille comme il peut. « Pourtant, le potentiel est-là, mais l’accompagnement n’y est pas. Si certaines structures avaient juste un minimum d’accompagnement, elles auraient pu quitter l’informel pour le formel, comme l’a dit le président Kadré Désiré Ouédraogo et nous nous inscrivons dans cette logique. (…). Il y a des Fonds d’appui au secteur qui existent certes, mais le suivi et l’accompagnement réel restent la question fondamentale. On met en place des structures qui ne fonctionnent pas du tout ; soit la volonté politique n’y est pas soit les acteurs ne travaillent pas sérieusement à sortir l’informel de sa situation pour tendre vers le formel », scrute Arnaud Nanaba. Il apprécie la « vision claire » de Kadré Désiré Ouédraogo pour le secteur. « Nous adhérons entièrement à sa vision et nous pensons qu’en 2020, quand il prendra le pouvoir, ça permettra de donner une autre direction au secteur informel », confie-t-il.

Pour l’équipe du candidat, le travail de mobilisation est un élan continu à travers l’ensemble des couches sociales du pays. Ainsi, après avoir donné à ses partisans, des instructions pour une issue victorieuse au soir du 22 novembre 2020 (date officielle du scrutin couplé présidentiel/législatifs), Kadré Désiré Ouédraogo poursuit les échanges avec d’autres citoyens à travers le pays.

O.L
Lefaso.net

AG des établissements publics de l’Etat 2019 : 16,801 (...)
Message de Son Excellence le Premier ministre (...)
Bonne gouvernance : L’Autorité de contrôle d’Etat lance (...)
Servir et non se servir (SENS) : Le mouvement pour « (...)
MPP : La direction politique a échangé avec les (...)
Vie politique burkinabè : « Il faut arrêter de percevoir (...)
Élections de 2020 au Burkina : Alpha Barry va à la (...)
Province du Mouhoun : Le député Tini Bonzi à l’exercice de (...)
Aid El Kebir 2020 : Le Faso Autrement souhaite une (...)
Election présidentielle : Zéphirin Diabré et Kadré Désiré (...)
UNIR/PS : « L’espoir né de l’insurrection populaire semble (...)
Affaire Jean-Claude Bouda : La Cour d’appel rejette (...)
Tabaski : L’UPC souhaite une bonne fête à tous les (...)
CDP : « Aujourd’hui, un parti tout seul ne peut pas (...)
Elections de 2020 au Burkina : « Plus de 2 300 000 (...)
Présidentielle 2020 : « Je veux un pays de prospérité (...)
MPP/Gourma : Une assemblée générale pour dresser le bilan (...)
Présidentielle 2020 au Burkina : « Ensemble, osons le (...)
Présidentielle de 2020 au Burkina : Le Professeur (...)
Université Ouaga II rebaptisée université Thomas Sankara : (...)
Parti pour la démocratie et la jeunesse : L’avenir du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10542



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés