Actualités :: Massacre à Silgadji dans le Sahel : « Pourtant, l’alerte avait été donnée sur (...)

La dégradation de la situation sécuritaire, le vote de lois à la dernière plénière de l’Assemblée nationale, l’enrôlement de la diaspora sur le fichier électoral, la santé du Général Djibrill Bassolé et le classement du Burkina Faso dans le rapport 2019 de Transparency International ont constitué le menu du Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF), dans son hebdomadaire conférence de presse de ce mardi, 28 janvier 2020.

Pour cette semaine, c’est le président du Mouvement patriotique pour le salut (MPS), Pr Augustin Loada, ministre de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale sous la transition et le 4e vice-président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), Amadou Diemdioda Dicko, ministre délégué en charge de l’alphabétisation sous le pouvoir Compaoré, qui ont été mandatés par l’institution le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso.

Les conférenciers, abordant le premier point de leur ordre du jour, observent que la crise sécuritaire que connaît le Burkina depuis quatre ans, est malheureusement en train de prendre de l’ampleur. « Hier également, nous apprenons qu’un nombre indéfini de nos compatriotes, des dizaines selon certains, ont été encore massacrés à Silgadji dans le Soum par des hommes non identifiés  », lit-on dans la déclaration liminaire livrée par le président du Mouvement patriotique pour le salut (MPS), Pr Augustin Loada.

« Pourtant, l’alerte avait été donnée sur le danger imminent que couraient les populations du village de Silgadji  », révèle le chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF).

L’institution, qui dit noter avec amertume que, de plus en plus, les ennemis de la Nation s’en prennent aux populations civiles en masse, entraînant un grand flux de déplacés internes, pense que les ambitions de ceux-ci, c’est d’installer la terreur sur le territoire burkinabè.

L’opposition salue l’idée de recrutement de 2 000 militaires de rang

« Il appartient au gouvernement de donner des moyens de combat nécessaires à nos Forces de défense et de sécurité, et d’organiser les renseignements et les relais locaux pour contrer ce projet macabre. Déjà, l’Opposition burkinabè se réjouit du lancement d’un recrutement de 2 000 militaires de rang. Il faudra non seulement poursuivre ces efforts de recrutement, mais aussi s’assurer que leur formation répond aux défis vitaux de l’heure, et qu’ils seront dans des conditions optimales qui leur permettront de défendre vaillamment la patrie comme leurs devanciers », interpelle l’opposition.

Les conférenciers sont ensuite revenus sur la dernière session extraordinaire de l’Assemblée nationale, au cours de laquelle ont été adoptées les lois relatives à la sécurité et aux élections.

« Ainsi, la loi sur les volontaires de la défense pour la patrie a été votée à l’unanimité. Les députés de l’Opposition ont voté pour, par patriotisme. Il convient de noter que plusieurs préoccupations de nos députés ont été prises en compte : la clarification du contrat des volontaires, leur formation, équipement et rémunération, leur démobilisation-désarmement-réinsertion (DDR). Ceux qui reprochent à l’Opposition de ne pas proposer des solutions devraient noter, une fois de plus, que l’Opposition donne ses idées et sait taire sa désapprobation quand l’intérêt supérieur de la Nation est en jeu. C’est d’ailleurs dans ce même élan patriotique que l’Opposition contribue à enrichir toutes les lois visant de meilleures conditions de vie et de travail de nos Forces de défense et de sécurité », a développé Pr Loada à travers la déclaration liminaire.

Pr Augustin Loada (micro) et Amadou Diemdioda Dicko

Diaspora : seulement 22 858 enrôlés sur un potentiel d’environ deux millions

Lors de cette session, la modification du Code électoral a été également actée à l’unanimité des députés, conformément aux conclusions du Dialogue politique. Il en est de
même pour la loi portant fixation de quota et modalités de positionnement des candidates ou des candidats aux élections législatives et municipales au Burkina Faso.

« Nous félicitons l’ensemble des acteurs politiques pour le vote de ces lois qui traduit une maturité politique. Cependant, la révision du Code électoral aurait dû intervenir plus tôt, pour permettre au plus grand nombre de Burkinabè de l’extérieur de se faire enrôler sur le fichier électoral. (…). Au 26 janvier 2020, date de la clôture de l’enrôlement des Burkinabè de l’extérieur sur le fichier électoral, seulement 22 858 de ces compatriotes ont pu effectivement prendre leurs cartes d’électeur. Comme nous le disions à la conférence de presse dédiée à la question, il s’agit d’un échec programmé par le pouvoir en place. Le MPP a posé plusieurs barrières pour empêcher un vote massif de nos concitoyens de la diaspora. Des pièces de votations aux lieux de votes en passant par le cafouillage entre l’ONI (Office national d’identification) et la CENI (Commission électorale nationale indépendante), tout a été savamment orchestré pour en arriver à ce résultat squelettique. L’Opposition demande que, conformément aux nouvelles dispositions du Code électoral, notamment concernant la décentralisation des lieux de vote à l’étranger, la période d’enrôlement puisse être prorogée. Il appartient à nos autorités de négocier avec les pays hôte, afin d’amener les kits vers les lieux de concentration de nos compatriotes  », dénonce l’opposition.

Selon Amadou Diemdioda Dicko, lorsque la CENI a annoncé le lancement de l’enrôlement à l’extérieur, le Premier ministre a écrit à son président pour lui demander d’obtempérer. Ce que n’a pas suivi le président de la CENI, affirme-t-il. Pourtant, poursuit-il, au lancement à Abidjan, des membres du gouvernement y ont effectué le déplacement. Toute chose qui pourrait, à son avis, impliquer que le gouvernement a donné son quitus. D’où son interrogation : « Est-ce que le gouvernement, lui-même, veut-il que les Burkinabè de l’étranger votent ? ».

Quant au cas Djibrill Bassolé, le CFOP-BF est revenu sur la dégradation de son état de santé, ces derniers jours, révélant que le Chef de file de l’opposition a adressé une lettre au président du Faso, pour lui rappeler l’urgence du cas, et le fait que le Dialogue politique avait pris une résolution à ce propos.

« L’Opposition politique s’apprêtait à nouveau à lancer un appel au président du Faso, et à l’institution judiciaire pour qu’ils puissent, par humanisme, permettre à M. Bassolé d’aller soigner son mal et revenir purger le restant de sa peine, lorsqu’elle a appris hier qu’il venait d’obtenir son visa pour la France en vue d’une évacuation imminente. L’Opposition s’en réjouit et souhaite à M. Bassolé, un prompt rétablissement », s’est prononcé le co-animateur de la conférence, Pr Augustin Loada.

OLO
Lefaso.net

Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » (...)
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités (...)
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés (...)
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, (...)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour (...)
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de (...)
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose (...)
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en (...)
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre (...)
Massacre de Barga et de Dinguila : Le MPP appelle les (...)
Politique : Sitôt lancée, La Marche pour la patrie (LMP) (...)
Processus électoral : Les partis politiques de (...)
Journées parlementaires : Le groupe Burkindlim se penche (...)
Consultation électorale au Burkina Faso : Il est temps (...)
Massacre de 43 civils au nord : L’opposition exige une (...)
Région du Sud-Ouest : La campagne d’enrôlement sur les (...)
IUTS : L’UPC appelle le gouvernement à un dialogue (...)
CDP : L’appel à candidatures à la présidentielle est ouvert (...)
Présidentielle de 2020 : Les militants MPP de la (...)
Marche contre l’application de l’IUTS : l’ADF-RDA félicite (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10332


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés