Actualités :: Bonne gouvernance : Des organisations de la société civile en conclave pour (...)

Le Conseil national des organisations de la société civile du Burkina Faso (CNOSC-BF) tient, les 19 et 20 décembre 2019 à Ouagadougou, sa deuxième conférence nationale sur la redevabilité sociale au Burkina Faso autour du thème : « Culture de la transparence et de la redevabilité pour une cohésion sociale au Burkina Faso ».

Ce cadre qui réunit environ 200 participants issus de structures de l’Etat, de la société civile, du secteur privé, de syndicats, de partenaires de coopération, vise à approfondir la réflexion sur les questions d’engagements citoyens, en vue de la demande d’amélioration de la qualité du service public offert aux citoyens. Cette conférence s’inscrit dans la dynamique de la première qui s’est tenue en décembre 2018 sur le rôle de la redevabilité sociale dans la promotion de la bonne gouvernance et l’amélioration de la qualité du service public et devra donc permettre de poursuivre les échanges sur les voies et moyens pour consolider les acquis de développement et ouvrir de meilleures perspectives pour le Burkina.

Cette initiative se tient avec l’appui du Projet de gouvernance économique et de participation citoyenne, dont l’ambition est de renforcer les mécanismes de redevabilité, de transparence, de participation citoyenne, bref, instaurer une culture de bonne gouvernance au sein des structures publiques bénéficiaires. Une ambition qui se matérialise par des « appuis conséquents » aux régies des finances publiques, aux structures de lutte contre le faux, la fraude et la corruption ainsi qu’aux organisations de la société civile. Il est mis en œuvre à travers trois composantes.

La première vise à renforcer la participation citoyenne et la redevabilité, la seconde à améliorer la mobilisation des recettes intérieures et la gestion de la dépense publique tandis que la troisième, le fonds d’intervention rapide, vise à soutenir au niveau des associations et organisations non-gouvernementales, des micro-projets. L’action du CNOSC-BF s’inscrit donc dans la dernière composante.

« En effet, la participation citoyenne est devenue pour tous les pays soucieux d’un développement participatif et inclusif, un levier de bonne gouvernance », justifie le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, Pierre Bicaba, représentant à la cérémonie d’ouverture, le Premier ministre, Christophe Dabiré, et le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, Siméon Sawadogo, respectivement président et parrain de l’activité.

Pour Pierre Bicaba, cette conférence est une traduction manifeste de la volonté des organisations de la société civile, de répondre à l’appel du président du Faso aux forces vives en faveur de la cohésion sociale. « Ce thème est parfaitement en phase avec les défis majeurs du mandat du président du Faso, qui sont entre autres, la culture de la transparence et de la redevabilité », affirme-t-il.

Le président du CNOSC-BF, Jonas Hien, fait ressortir qu’à un moment où le pays fait face à des forces du mal, toute frustration, tout mécontentement, tout dysfonctionnement dans l’administration publique peut être exploité pour favoriser la mise à mal de la cohésion sociale et de l’unité nationale.

« Depuis la situation difficile que traverse notre pays, le président du Faso et le gouvernement ne cessent d’appeler et d’interpeller toutes les force vives de la nation pour jouer leur partition afin de venir à bout à toute tentative de division des Burkinabè. Répondant à ces appels, le Conseil national des organisations de la société civile voudrait apporter sa part de contribution à la construction d’un peuple solidaire, uni et conscient que l’union et la cohésion sociale constituent une arme de sécurité du pays », fait connaître Jonas Hien.

Ces deux jours de travaux seront articulés autour de communications sur des thématiques en lien avec le thème central. La clôture qui est attendue en début d’après-midi de ce vendredi, 20 décembre 2019, devra accoucher d’actes allant dans le sens de la poursuite de l’objectif poursuivi. Elle verra également, et c’est l’innovation majeure de cette édition, la reconnaissance du mérite de structures de l’Etat et d’organisations de la société qui se sont distinguées dans l’offre de leurs services.


OL
Lefaso.net

Politique : Les partis de la majorité à la rencontre de (...)
Dori : La problématique de la radicalisation passée au (...)
Création de l’UNIR/PS et 70 ans de Thomas Sankara : « Un (...)
Burkina Faso : Le Rassemblement patriotique pour (...)
Politique : Le Parti socialiste (PS) du Burkina rejoint (...)
Vie politique : Des transfuges de partis politiques (...)
Velléités de non-tenue des élections de 2020 : L’opposition
Bonne gouvernance : Des organisations de la société (...)
Assemblée nationale : La suppléante du député-maire de (...)
Bobo-Dioulasso : Des jeunes de l’ADF/RDA remettent « la (...)
Rentrée politique de la NAFA : Les militants invités à (...)
Centre de formation du MPP : « Le Parti communiste (...)
Crise sécuritaire : Les "lionnes" de l’UPC s’outillent (...)
Extradition de François Compaoré : Des OSC burkinabè (...)
Sécurité : Le président du Faso annonce un sommet avec ses (...)
Burkina : Le Front Progressiste-FP annonce sa rentrée (...)
Invitation du président Macron à Pau : Un signe de mépris (...)
59e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : « (...)
Attaques terroristes au Burkina : Djibrill Bassolé (...)
Levée des sanctions au CDP : Mahamadi Kouanda invité à (...)
Congrès pour la démocratie et le progrès : Décès de (...)

Pages : 0 | ... | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | 210 | 231 | ... | 10311


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés