Actualités :: Invitation du président Macron à Pau : Un signe de mépris à l’égard des peuples (...)

L’opposition politique a abordé ce mardi 10 décembre 2019 plusieurs points au cours son traditionnel point de presse. L’affaire Yirgou, l’organisation du 11 décembre, la décoration des leaders du CFOP , l’invitation des présidents du G5 Sahel en France et la perturbation des cours par des jeunes cagoulés sont entre autres les sujets abordés par le CFOP dont les principaux animateurs étaient Yumanli Lompo et Adama Séré.

343 jours après le drame de Yirgou, l’opposition politique déplore l’impunité contre " la communauté peule", jusque-là, sans justice, preuve du manque de volonté politique du MPP, parti au pouvoir.

Parlant du 11 décembre 2019, l’opposition politique a déclaré qu’il n’est plus utile de construire des cités à l’occasion des 11 décembre qui ne sont ni habitées, ni achevées, au lendemain des célébrations. Pour elle, en lieu et place des cités, il faut construire des petites et moyennes entreprises au bénéfice des populations locales.

Sur la question de la décoration des leaders du CFOP, dont Zéphirin Diabré, les conférenciers ont signalé que le CFOP n’a nullement sollicité ces décorations. Elle a affirmé que ces distinctions n’entacheront en rien sa fermeté, contre ce qui ne va pas dans le pays.

Les perturbations scolaires enregistrées depuis le début du mois de décembre par des jeunes cagoulés, a attiré l’attention du CFOP qui estime que l’interpellation du maire de Ouagadougou est juste et opportun, en ce sens qu’en cette situation de crise sécuritaire, il faut éviter de permettre aux ennemis de s’infiltrer dans les mouvements incontrôlés pour commettre l’irréparable.

Sur la question des bases militaires françaises au Burkina Faso, l’opposition politique a demandé au gouvernement de clarifier l’accord de coopération militaire qui lie le Burkina Faso à la France.

Abordant l’actualité internationale relative à l’invitation des chefs d’État des pays du G5 Sahel à Pau, en France, l’opposition politique souligne que le contexte, la forme et surtout le ton utilisé par le président Macron est un signe de mépris à l’égard des peuples des cinq pays concernés.

Macron a prouvé par sa manière d’inviter les chefs d’État du G5 Sahel, qu’il n’a aucune considération à leur égard, a souligné l’opposition politique qui croit que malgré cet « irrespect », le président du Faso se rendra à Pau pour s’excuser.

Lefaso.net

Pour ou contre la peine de mort : Les Ouagalais (...)
Politique : Un nouveau parti dans l’arène
Politique : Recentrer le débat sur la laïcité
Candidature unique de l"opposition : Hermann ? Oui, (...)
Atelier sur la chefferie traditionnelle : Les "bonnets (...)
Burkina : Des opposants porte-gamelles
Gouvernance démocratique : Clarifier le statut de la (...)
Situation nationale : "Ainsi donc, sans pudeur, se sont (...)
Simon Compaoré : "A moins d’être apatride, on ne peut (...)
Promotion de la femme : Le département dresse son (...)
Halidou Ouédraogo : "La vraie question devrait être (...)
Burkina-Ghana : La voie ferrée Ouaga-Kumassi à (...)
Meeting del’opposition :la quête de l’alternance en (...)
Meeting de l’opposition vraie : "La Constitution n’est (...)
L’opposition burkinabè et la présidentielle de 2005 : Où (...)
Meeting de l’opposition : La "compaorose" vilipendée
Présidentielle 2005 : L’opposition donne un spectacle (...)
Discours politique au Burkina : Les bons pas du (...)
Assemblée nationale : "Le Burkina peut tirer profit de (...)
Le Burkina Faso s’affirme plus que jamais comme la (...)
"Coups d’Etat et démocratie" : Regards croisés sur un (...)

Pages : 0 | ... | 10416 | 10437 | 10458 | 10479 | 10500 | 10521 | 10542 | 10563 | 10584 | ... | 10920


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés