Actualités :: Élections de 2020 au Burkina : Engager les organisations de la société civile (...)

De l’insurrection populaire à ce jour, en passant par la transition politique et le putsch manqué, le Burkina vit une grave crise multi-dimensionnelle. Malgré les efforts consentis, la situation reste préoccupante. C’est dans ce contexte que se préparent les élections de 2020, avec tout ce que cela comporte comme enjeu en matière de stabilité socio-politique. Dans l’optique d’œuvrer à des élections apaisées, le Réseau Ouest-africain pour l’Édification de la Paix (WANEP) a réuni, les 23 et 24 octobre 2019 à Ouagadougou, une trentaine d’organisations de la société civile (OSC) pour échanger sur leurs rôle et responsabilité dans la promotion de la cohésion sociale au Burkina.

« Défis de coordination des efforts en faveur de la cohésion sociale : quelles responsabilités pour les OSC ? ». C’est sous ce thème que s’est déroulée cette concertation nationale, dont l’objectif global est de contribuer à promouvoir la contribution des organisations de la société civile à la coordination des initiatives visant une cohésion sociale renforcée d’ici aux élections de 2020. Il s’agit, de façon spécifique, de contribuer à améliorer la compréhension du contexte, des acteurs, des approches et motivations des initiatives de consolidation de la cohésion sociale ; de mobiliser ces acteurs à assumer leurs responsabilités face aux défis de la coordination des efforts en faveur de la cohésion sociale d’ici à 2020.

Pour plus d’efficience, la démarche adoptée par le cadre a consisté en l’analyse des acteurs de la société civile du Burkina et ce, de façon interactive et participative. Ainsi, la première journée a été consacrée à des communications et à un panel qui ont permis aux participants de comprendre les défis. Le panel a réuni des acteurs gouvernementaux, politiques, des leaders de la société civile, des leaders coutumiers et religieux, des institutions académiques, des partenaires au développement et des organisations sous-régionales. L’activité s’est également déployée en des travaux en groupes et en plénières.

La deuxième journée a servi à doter ces organisations de la société civile d’orientations stratégiques, de lignes d’actions et d’un comité de suivi.

Pour le ministre délégué auprès du ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, chargé de la Décentralisation et de la cohésion sociale, la société civile est plus que jamais invitée à accompagner les autorités dans leurs efforts quotidiens de promotion de communautés conviviales au Burkina.

« Pour réussir la cohésion sociale au Burkina Faso, rien ne servira de partir en solitaire ; la pierre de chaque Burkinabè, l’idée de chaque ami du Burkina Faso est nécessaire. (…). Nous sommes d’avis qu’il faut tout mettre en œuvre pour que les élections de 2020 soient apaisées et que la cohésion sociale soit au rendez-vous. Nous sommes donc venus leur apporter notre soutien et leur dire que nous sommes disposés à les accompagner pour que les actions envisagées puissent aboutir », exhorte le ministre délégué, représenté à l‘ouverture des travaux par son directeur de cabinet, Vincent Sawadogo.

« Nous sommes partis d’un constat que beaucoup de choses se font au niveau du gouvernement, des partenaires au développement et des acteurs de la société civile, mais qu’une coordination fait défaut. (…). Quand on analyse la situation actuelle du Burkina Faso, on se pose la question de savoir s’il y aura des élections sécurisées, notamment dans le Sahel, le Nord, l’Est et même la Boucle du Mouhoun. C’est pourquoi, il faut réfléchir à une synergie d’action entre les organisations de la société civile et le gouvernement pour avoir un cadre de coordination », a indiqué le coordonnateur national de WANEP-Burkina, Boris Somé, précisant que la sélection des participants a été faite avec minutie, eu égard aux résultats escomptés.

WANEP-Burkina regroupe une dizaine d’organisations de la société civile et a pour vision un Burkina Faso exemplaire par sa stabilité politique, son équité économique et sa justice sociale. L’organisation est accompagnée dans cette initiative par l’agence autrichienne pour le développement et l’agence suédoise pour le développement international. Elle œuvre à donner une réponse aux crises que traverse la sous-région.

« Un Burkina Faso exemplaire par sa stabilité politique, son équité économique et sa justice sociale ; un Faso où la bonne gouvernance, la démocratie et le développement partagé sont une réalité », c’est la vision du Réseau ouest-africain pour l’Edification de la paix.

OL
Lefaso.net

Gestion du COVID-19 : L’opposition soupçonne de (...)
Suspension des salaires d’agents de la fonction publique (...)
Lutte contre le COVID-19 : L’Union pour la République (...)
Mesures du président du Faso : Le Parti socialiste du (...)
Mesures du président du Faso : La Marche pour la Patrie (...)
Mesures d’accompagnement : Et le secteur primaire (...)
Covid-19 : Le CDP propose des mesures sociales pour (...)
Lutte contre le COVID-19 : Le soutien de l’Alternative (...)
Gouvernance en Afrique : Quand les forces « invisibles » (...)
Politique : L’UPC en deuil
Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités (...)
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés (...)
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, (...)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour (...)
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de (...)
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose (...)
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en (...)
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre (...)
Massacre de Barga et de Dinguila : Le MPP appelle les (...)
Politique : Sitôt lancée, La Marche pour la patrie (LMP) (...)
Processus électoral : Les partis politiques de (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10332


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés