Actualités :: Etablissement de la CNIB : L’UPC suggère de fixer le coût à 500 (...)

Face aux difficultés de tous ordres auxquelles font face les Burkinabè, l’Union pour le progrès et le changement (UPC) propose dans la déclaration suivante que le coût de l’établissement de la Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) soit fixé à 500 FCFA au de 2500 FCFA comme c’est le cas actuellement.

La crise sécuritaire qui secoue notre pays depuis quatre ans, entraine des défis de type nouveau. Sont de ceux-là, la mise en place d’un état civil moderne à même d’identifier nos citoyens pour une meilleure protection civile.

En outre, au regard des enjeux et défis sécuritaires du moment, il est urgent et important que chaque citoyen puisse être identifié afin de circuler librement et de vaquer à ses occupations.

Les années 2018 et 2019 sont marquées par la recrudescence des attaques terroristes dans plusieurs régions du pays (Sahel, Est, Centre-nord, Boucle du Mouhoun), ainsi que des conflits communautaires (Yirgou et Arbinda).

Ces conflits d’un genre nouveau ont obligé les populations à abandonner leurs domiciles souvent sans rien prendre, car le temps n’a suffi que pour sauver leur vie.

Ainsi, un nombre important de déplacés se retrouvent dans des grands centres où la sécurité est plus ou moins garantie.
Cette situation inattendue provoque un déséquilibre économique et social à tous les niveaux, car les familles d’accueil, elles-mêmes peinent à subvenir à leurs besoins. D’où le nombre élevé d’indigents (déplacés et familles hôtes des déplacés).

C’est pourquoi l’UPC lance un appel à tous les Burkinabé pour un élan de solidarité agissante. Qui pour des vivres, qui pour des vêtements, qui pour des divers, et ensemble nous vaincrons.

L’UPC appelle le Gouvernement qui, dans ses prérogatives de recherche des solutions idoines, doit tout mettre en œuvre pour alléger les peines des citoyens dont le niveau de vie est sans cesse en baisse.

Il s’agit de veiller par exemple à mettre en place un fichier fiable d’état-civil pour l’identification de nos citoyens en ces temps dits modernes.
Pour ce faire, et tenant compte du contexte sécuritaire actuel, le Gouvernement doit subventionner l’établissement des cartes nationales d’identité (CNIB), outil essentiel et fondamental pour circuler librement et exécuter les tâches y afférentes.

En effet, le montant actuel de 2.500 Francs CFA pour établir une CNIB est loin d’être supportable par beaucoup de ménages pour qui s’assurer un plat journalier est un véritable combat.

C’est pourquoi l’UPC suggère une contribution de 500 Francs CFA par personne voulant établir ce précieux document.
En tout état de cause, si rien n’est fait, même les élections qui se préparent à grande pompe connaîtront un faible engouement pour ne pas dire qu’elles risquent d’être sans intérêt.

Le Gouvernement, en rendant la CNIB accessible et disponible pour toutes et tous, met les citoyens sur le même pied d’égalité ; riches comme pauvres peuvent s’en prévaloir et boire à la même table.

Ouagadougou, le 24 septembre 2019
Pour le Bureau exécutif central de l’UPC,
Le 4ème Vice-Président
Amadou Diemdioda DICKO
Commandeur de l’Ordre national

Coronavirus : PDIS-LAAFIA transforme ses activités (...)
Pandémie de coronavirus : Des partis politiques confinés (...)
Burkina : Le conseiller spécial du président du Faso, (...)
Processus électoral au Burkina : Une formation pour (...)
CDP : Trois prétendants pour la présidentielle de (...)
Nécrologie : L’UPC annonce le décès de la députée Rose (...)
Exclusion sociale des femmes : Les députés du Bazèga s’en (...)
Politique : « Le président Blaise Compaoré est notre (...)
Massacre de Barga et de Dinguila : Le MPP appelle les (...)
Politique : Sitôt lancée, La Marche pour la patrie (LMP) (...)
Processus électoral : Les partis politiques de (...)
Journées parlementaires : Le groupe Burkindlim se penche (...)
Consultation électorale au Burkina Faso : Il est temps (...)
Massacre de 43 civils au nord : L’opposition exige une (...)
Région du Sud-Ouest : La campagne d’enrôlement sur les (...)
IUTS : L’UPC appelle le gouvernement à un dialogue (...)
CDP : L’appel à candidatures à la présidentielle est ouvert (...)
Présidentielle de 2020 : Les militants MPP de la (...)
Marche contre l’application de l’IUTS : l’ADF-RDA félicite (...)
Burkina : Un collectif de partis politiques appelle à un (...)
MPP : Voici la composition du Bureau exécutif national (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10311


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés