Actualités :: Coopération Burkina-Libye : Blaise Compaoré ficèle des accords à (...)

Le président du

Faso, Blaise Compaoré, a séjourné du 20 au 22 décembre dernier, à Tripoli, dans la Jamahiria arabe libyenne socialiste. Pendant

les trois jours, les présidents Compaoré et Kadhafi ont passé en revue les relations bilatérales et les questions liées aux

relations internationales.

C’est autour de 16 heures 30 TU (18h30 heure libyenne) que le président Blaise Compaoré,

accompagné d’une forte délégation, a été accueilli sur le tamarc de l’aéroport international de Tripoli sous la pluie. Après

des échanges protocolaires avec les officiels libyens et l’ambassadeur du Burkina en Libye, Youssouf Sangaré, Blaise Compaoré

et ses hôtes se sont rendus à Darha, dans la résidence du guide de la Jamahiria arabe libyenne. C’est un cordon sécuritaire qui

a accompagné le président Blaise Compaoré tout au long du trajet et jusque dans la résidence du guide. Comme à l’accoutumée,

c’est dans une tente installée dans l’enceinte du palais que Blaise Compaoré a eu des échanges d’environ une trentaine de

minutes avec son homologue libyen.

A l’issue de ces échanges où rien n’a filtré, le président du Faso a rejoint son

hôtel El Khaber situé en plein cœur de Tripoli. Les échanges "croustillants" entre les parties libyenne et burkinabè ont

commencé dans la matinée du dimanche 21 décembre et se sont achevés très tard dans la nuit. La partie burkinabè était dirigée

par les ministres Salif Diallo de l’Agriculture, de l’Hydraulique et des Ressources halieutiques et Jean Baptiste Compaoré,

des Finances et du Budget. Ces deux membres du gouvernement étaient appuyés par la directrice de la dette publique, Lucie

Kompaoré et l’ambassadeur du Burkina à Tripoli. Les travaux se sont tenus à huis clos dans l’enceinte du ministère libyen

chargé des Finances.

Aucun message n’a filtré de cette entrevue au niveau ministériel. Mais la partie burkinabè de

retour dans son hôtel d’accueil, a passé une nuit blanche pour, semble-t-il, ficeler des termes d’accord. Certains membres de

la délégation présidentielle sont restés en contact avec Ouagadougou pour le réajustement des termes de ces accords non encore

élucidés. Des indiscrétions font état de la volonté du Burkina, de contracter des prêts relatifs à la création d’une banque et

des réalisations d’infrastructures de transport.

D’ailleurs, le président du Faso a dit que cette rencontre était une

occasion pour évaluer la coopération bilatérale notamment en ce qui concerne la réalisation d’un certain nombre

d’infrastructures dont un complexe hôtelier, la nouvelle banque d’investissement, de commerce de la CENSAD.

Nul doute

que les concertations entre Libyens et Burkinabè avaient pour but de finaliser des termes de projets longtemps concoctés et qui

sont maintenant en phase de réalisation. Même si le concret tarde à venir, la délégation burkinabè se dit satisfaite des

résultats des échanges.

Des accords de principe acquis...

La nouvelle banque d’investissement, de commerce devra

connaître son démarrage en 2004 avec un capital de 250 millions de dollars. Les membres fondateurs dont le Burkina Faso doivent

avoir 5% des actions. La banque de la CENSAD aura son siège en Libye. Le président Blaise Compaoré s’est attelé au cours de son

séjour libyen, à accorder les violons avec le guide sur cette question économique. Un second tête-à-tête a eu lieu dans le

palais de Darha entre les deux hommes d’Etat, dimanche dans la soirée. Pendant environ une trentaine de minutes, Blaise

Compaoré et Mouammar Kadhafi ont pu écouter les résultats des travaux ministériels. A l’issue de cette entrevue, le guide de la

Jamahiria arabe libyenne a offert un dîner au président du Faso et à sa délégation. D’autres invités du guide dont Jean Pierre

Bemba du RCD N’Goma, le président ukrainien ont pris part à ce sympathique dîner agrémenté par des prestations de troupes

musicales libyennes.

Auparavant, le chef de l’Etat, à son hôtel El Khaber Hôtel, a reçu en audience des personnalités

libyennes et des représentants de la communauté burkinabè.

Des sources dignes de foi ont laissé entendre que le colonel

Mouammar Kadhafi gratifiera le président du Faso d’un autre avion. Cet appareil arrivera dans la capitale burkinabè début

janvier 2004. Quant à Faso airways, le patron qui était du voyage doit se frotter les mains, car son appareil qui était en

réparation depuis plus d’un mois en Libye, sera entièrement rénové. On estime à plus d’un milliard de nos francs, la somme à

injecter dans la réparation de cet appareil.

Le voyage du président Blaise Compaoré s’est achevé sur une note d’espoir,

au plan du renforcement des liens de coopération et d’amitié entre les deux pays. En prélude aux grands événements à venir,

dans le domaine de l’emploi, de l’agriculture, de la défense, de l’eau, les deux chefs d’Etat ont balisé le terrain en

procédant à des échanges de vue. Blaise Compaoré s’est particulièrement réjoui de la volonté du pouvoir libyen à renouer les

liens avec les puissances étrangères.

Emmanuel BOUDA
Envoyé spécial à Tripoli


Blaise

Compaoré apprécie son séjour libyen

Pendant ces trois jours de visite d’amitié et de travail en Libye, Blaise

Compaoré a eu un carnet d’activités très chargé. Dans cette interview qu’il nous a accordé à la fin du voyage, il revient sur

les temps forts de son séjour en terre libyenne.

Sidwaya : Excellence, vous avez séjourné du 20 au 22 décembre en Libye.

De quoi a-t-il été question ?

Cette visite s’inscrit dans le cadre des traditions de concertation que nous avons avec la

Libye au plus haut niveau, lorsqu’il s’agit de questions essentiellement continentales. Nous avons des grandes rencontres au

niveau du continent africain, sur l’agriculture, l’eau, la défense... sur l’emploi en Afrique. C’est sur ces questions que

nous avons voulu avec le président Kadhafi avoir des échanges sur la manière de conduire ces grandes discussions qui sont d’une

préoccupation pour le continent africain.

Nous avons aussi profité de cette occasion pour évaluer la coopération

bilatérale notamment, en ce qui concerne la réalisation d’un certain nombre d’infrastructures dont le complexe hôtelier, les

infrastructures routières. En début d’année 2004, nous verrons le démarrage des activités de la nouvelle banque

d’investissement, de commerce de la CENSAD. Tout cela pour souligner la qualité et l’excellence des relations entre nos deux

pays.

S. : Au plan international, le guide libyen a dit qu’il était ouvert à une venue des inspecteurs en désarmement

dans son pays. Quel est exactement sa position ?

B.C. : Nous avons surtout saluer la disponibilité de la Libye à

s’inscrire dans la mouvance internationale surtout à l’égard des réalités pour la Libye qui sont d’abord la Méditerranée. Il

faut créer un environnement de bon voisinage avec tous les pays de la Méditerranée. La Libye, en raison de son implication de

plus en plus grande dans les affaires africaines, dans la construction de l’unité du continent, mais aussi de ses capacités à

contribuer pour la paix et la sécurité internationale, nous nous sommes réjouis de voir qu’il y a des pas significatifs qui

sont faits, et reconnus par des grands pays du monde. Pour nous qui suivions la politique étrangère de la Libye depuis un

certain temps, ces résultats ne nous étonnent pas. De par le passé, le pays a eu des positions sur les faits comme l’apartheid,

la lutte anti-coloniale qui n’ont pas été convenables pour certains pays.

Il reste que depuis ces dernières années,

c’est un pays qui fait beaucoup d’efforts pour consolider l’amitié, la paix entre des nations.

Nous saluons la

disponibilité de la Libye et des grands pays à l’associer de plus en plus dans le traitement des questions

internationales.

S. : Vous avez parrainé les négociations entre les protagonistes tchadiens. Cependant, l’aile dure de

la rébellion a refusé ces accords. Est-ce que ce sujet a été abordé avec la Libye qui a de bons rapports avec ce pays

 ?

Nous en avons parlé, surtout pour avoir le soutien de la Libye, pour la mise en œuvre de ces accords dont la signature

a été réalisée à Ouagadougou. Une des dispositions indique que le Burkina Faso, pays médiateur doit être saisi lorsqu’il y aura

des difficultés d’application de cet accord. Au regard de la position géographique de la Libye et de ses liens avec le Tchad,

nous avons sollicité son concours pour que progressivement on amène toutes les parties à s’associer dans la mise en œuvre de

cet accord.

Propos recueillis par
Emmanuel BOUDA à Tripoli


Environ 400 Burkinabè en

Libye

La Libye est un centre de convergence pour les populations de pays sahéliens comme le Burkina. Les bassins

agricoles de Bengazi et autres régions agricoles accueillent nos compatriotes. On compte environ 400 Burkinabè disséminés en

Libye à la recherche de l’eldorado. Malheureusement, ceux que nous avons rencontré à Tripoli ont la nostalgie de la patrie. Les

conditions d’adaptation seraient difficiles. A en croire Sékou Ouédraogo du Bureau de la communauté burkinabè, il est difficile

de se déplacer d’une région à une autre tellement le racket policier est très intense.

Il serait difficile d’obtenir

des sous et pouvoir repartir avec cet argent dans son pays. Le constat dans cette partie de l’Afrique est que les "sales

boulots" sont réservés aux Nègres.

E.B.
Sidwaya

Burkina Faso : Fatimata Sanou/Touré nommée médiateur du (...)
Message du président du Faso : « A partir de ce discours, (...)
Burkina : Le président essaie de reprendre la main face (...)
Burkina : L’opposition invite les forces de l’ordre à (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Oui, j’ai compris (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RPI préconise la (...)
Situation sécuritaire au Burkina : « Les moments ne sont (...)
Burkina : Une démisson du président du Faso plongera le (...)
Lutte contre le terrorisme : Le RPD appelle à plus de (...)
Burkina : Trois partis politiques demandent à Roch (...)
Politique au Burkina : Le mouvement "C’est le moment" (...)
Inata ! : La grande honte de la grande muette (...)
Burkina : « Personne n’est indispensable…, pourvu que (...)
Assemblée nationale : Report de la séance plénière (...)
Conseil supérieur de la magistrature : Prendre des (...)
Dégradation de la situation sécuritaire au Burkina : La (...)
Drame d’Inata : Déclaration du président du Faso au sortir (...)
Burkina - Élections municipales de 2022 : Le conseil des (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Le RDN invite les (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des Bobolais invitent (...)
Situation sécuritaire au Burkina : Des manifestants (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés