Actualités :: UNIR/MS : "2005 révélera les démagogues"

Dans le message de nouvel an ci-dessous, l’UNIR/MS de Me Bénéwendé Sankara dépeint un tableau sombre du Burkina social et politique et annonce les couleurs pour les enjeux électoraux de 2005.

Camarades militantes, camarades militants,
Chers compatriotes,
Peuple du Burkina Faso,

A l’orée de la nouvelle année qui s’annonce, il me plaît particulièrement de m’adresser à vous au nom de l’Union pour la Renaissance/Mouvement Sankariste (UNIR/MS), au nom de tous les sankaristes du monde et au nom des hommes et femmes qui préfèrent la mort dans l’honneur et la dignité que l’opulence dans l’opprobre et le déshonneur.

Peuple du Burkina Faso,

La raison d’être du pays des Hommes intègres tire ses fondements dans l’intarissable source d’intégrité qui a fait, jadis, la fierté de notre cher pays, qualifié à juste titre de terre des Hommes ou pays des Hommes intègres.

Peuple du Burkina Faso,

Tu as su, par ton courage légendaire et ton abnégation au travail, faire les sillons de ton bonheur en refusant le bâillonnement et l’injustice.
Aussi, le 03 janvier 1966, à l’appel de l’inter- syndicat, tu t’es soulevé pour dire non à la gestion chaotique de la chose publique et dénier formellement aux autorités de la Première République, leur pouvoir de diriger le pays dans la gabégie et la corruption.

De même, en plusieurs occasions tu t’es mobilisé pour dire non à l’arbitraire, de la même manière, l’UNIR/MS, en tant que parti du peuple reste solidaire avec toi pour commémorer en particulier le 03 janvier qui est le symbole de l’expression de la volonté populaire comme ce fut aussi le cas le 04 août 1983 et celui du 13 décembre 1998.
C’est pourquoi les députés de l’UNIR/MS, pour immortaliser la mort du journaliste Norbert Zongo et faire pyrograver dans la mémoire collective nationale les luttes pour la démocratie, la liberté et le progrès, ont proposé une relecture de la loi n°019/2000/AN du 27 juin 2000 portant institution de fêtes légales au Burkina Faso.

La réaction, du reste, attendue a été que le CDP et ses acolytes ont rejeté notre proposition de loi, préférant aujourd’hui une politique d’aveuglement et de corruption basée sur l’ignorance et la misère de nos populations réduites de plus en plus à une mendicité organisationnelle dont le chef d’orchestre est bien le CDP qui a vidé la solidarité de tout contenu.

"Un luxe insultant et révoltant"

En effet, avec sa politique liquidatrice de l’emploi et le bradage des ressources et biens de l’Etat à des privés nationaux et non nationaux, le pouvoir de la IVe République a créé une paupérisation sans précédent avec pour conséquence, la naissance d’une catégorie de Burkinabè hyper-riche et une autre hyper-pauvre. Malheureusement, la première catégorie qui ne représente que moins de 10% de la population, accapare plus de 90% des richesses nationales. Ce sont les mêmes qui organisent ça et là des dons de matériels, de nourriture, etc. alors qu’en toute impunité, ils mettent toute l’économie de notre pays en péril et hypothèquent notre avenir. La preuve est faite par la cherté de plus en plus aiguë de la vie avec des coûts insupportables pour notre peuple.

C’est en cela que l’UNIR/MS félicite et soutient l’initiative des centrales syndicales et syndicats autonomes de maintenir la pression pour exiger une augmentation de salaire subséquente à l’inflation. L’UNIR/MS ne peut que stigmatiser la dérision du pouvoir de la IVe République qui, pour la pré-campagne se moque des travailleurs et du peuple burkinabè par une prétendue augmentation de salaire qui n’a aucun impact sur le revenu, au regard de la dureté de la vie rendue plus chère par les multiples taxes et impôts.

C’est également le lieu pour l’UNIR/MS de dénoncer avec véhémence le comportement [...] du président Blaise Compaoré et de son gouvernement qui viennent de démontrer qu’il n’ont aucune politique en direction du peuple, leurs vraies préoccupations étant de se maintenir au pouvoir par tous moyens dans un luxe insultant et révoltant.

"Lorsque le peuple se met debout..."

Les téléspectateurs à cet effet ont remarqué le 31 décembre dernier, le contraste qui existe entre Blaise Compaoré et son peuple : en effet, perché sur sa nouvelle présidence de Ouaga 2000 pétillante d’or, Blaise Compaoré était loin des réalités quotidiennes des femmes et hommes et de ce pays, traqués par le fisc, la douane, la police, les bandits, la faim et la soif. A cela, s’ajoute une crise ivoirienne qui perdure au grand bonheur des marchands d’armes (suivez mon regard !).

Comment peut-on donc accélérer en 2005 l’avancée du Burkina Faso vers la pleine réalisation de son développement avec Blaise Compaoré au pouvoir, lui qui, en 17 ans de règne sans partage, n’a jamais eu de politique d’épanouissement de la femme et de la jeunesse ?
Comment peut-il relever le défi d’une insertion sociale des plus déshérités quand il est lui-même l’auteur de cette situation ?

Assurément, 2005, en tant qu’année électorale majeure révélera les démagogies les plus criardes d’hommes politiques sans scrupule qui veulent tromper leur peuple !

Camarades militantes, camarades militants,
Peuple du Burkina Faso,

L’UNIR/MS te sait vigilant. Mais ta vigilance doit être redoublée en cette année 2005. Pour cela, l’UNIR/MS t’invite à une mobilisation consciente et conséquente qui pérennise le socle démocratique que tu as toujours su consolider par tes luttes multiformes. Ce sera à ce prix que nos sacrifices porteront fruit.
En te souhaitant bonne et heureuse année 2005, l’UNIR/MS reste convaincue que lorsque le peuple se met débout, ses ennemis tremblent.

Avec le peuple, Victoire !

Ouagadougou, le 03 janvier 2005

Pour l’UNIR/MS
Le président

Ouagadougou : Le Mouvement burkinabè pour la démocratie (...)
Adoption de la loi sur les conditions d’entrée et de (...)
Gestion du foncier au Burkina : le gouvernement met en (...)
Sanctions contre le Niger : Le président du CDP en (...)
Burkina / Évaluation des membres du gouvernement : Nandy (...)
Burkina / Évaluation des membres du gouvernement : (...)
Burkina / Crise sécuritaire : « La résolution passe aussi (...)
Burkina : « Il faut réviser la charte pour permettre à la (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré échange avec (...)
Enlèvement de Me Guy Hervé Kam : L’opposant sénégalais (...)
Hommage à Bongnessan Arsène Yé, metteur en scène des (...)
Burkina : Une semaine après l’enlèvement de Hervé KAM, (...)
Burkina / Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : Des (...)
Retrait des Etats de l’AES de la CEDEAO : « Nous partons (...)
Sécurité du président : « Pour ma personne, je n’ai pas (...)
Burkina : « On va organiser les élections comment à (...)
Pr Hamidou Sawadogo : « Le retrait du Burkina, du Mali (...)
Retrait des pays de l’AES de la CEDEAO : L’Union (...)
Les Etats du Liptako Gourma quittent la CEDEAO : La (...)
Burkina : Le chef de l’Etat, Capitaine Ibrahim Traoré, (...)
Burkina/Politique : Eddie Komboïgo demeure le « seul et (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12453


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés