Actualités :: Gouverneurs : Un flic sur la « colline du pouvoir »

Le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Moumouni Fabré, a procédé le mercredi 22 et le jeudi 23 décembre à l’installation des gouverneurs des régions du Sud-Ouest et des Cascades. Rasmané Ouangraoua s’installe sur la "colline du pouvoir" de Gaoua tandis qu’Issouf Rouamba veillera sur la clairière de Banfora.

Depuis le 10 décembre dernier, le ministre Moumouni Fabré de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, conformément à la mission à lui confiée par le président du Faso et le Premier ministre, est allé installer les gouverneurs du Sud-Ouest et des Cascades. Ces installations surviennent après la création des régions et la nomination de leurs chefs en septembre 2004. Cela dans le but de rapprocher l’administration des administrés.

A Gaoua, première étape de l’installation dans l’Ouest, la population a pris d’assaut la colline du pouvoir (là où se trouvent le gouvernorat et toutes les autorités politiques et administratives) pour non seulement souhaiter la bienvenue à Rasmané Ouangraoua, mais aussi lui manifester leur soutien dans sa mission. Désormais, c’est lui qui a le devoir de faire des provinces du Noumbiel, de la Bougouriba, du Poni et du Ioba un pôle de développement.

Après la remise de sa lettre de mission (voir encadré), qui doit lui servir de boussole, le commissaire de police Ouangraoua n’avait que le mot merci à la bouche. Pour lui, c’est une marque de la confiance placée en lui dans cette nouvelle expérience, même s’il mesure l’ampleur et la complexité de la fonction qui l’attend. Il s’est dit prêt à relever le défi et a affirmé qu’il fera de la sécurité du Sud-Ouest (qui partage la frontière avec le Ghana et la Côte d’Ivoire) sa préoccupation première.

Rasmané Ouangraoua logera dans l’ex-résidence du haut-commissaire du Poni et travaillera dans des locaux entièrement réhabilités à hauteur de 10 millions de francs par l’entreprise EZAF et la coordination du PDRSO. Avant sa nomination, Ouang, le commissaire de police, a été successivement commissaire du corps urbain de Ouaga, commissaire central de police de la capitale et directeur régional de police du centre.

Issouf Rouamba dans la clairière des Cascades

A Banfora, c’est à pas de danses gouin, turka, karaboro et... sénoufo qu’on a accueilli le ministre et sa suite en cette matinée du jeudi 23 décembre. Dans cette région, Issouf Rouamba a été porté sur les "fonts baptismaux" de la clairière de Banfora. Il est juriste de formation et inspecteur du travail et des lois sociales. Là-bas, Moumouni Fabré a affirmé que certaines langues avaient qualifié les gouverneurs de souris. "Aujourd’hui, les souris ont grandi et sont devenus des fauves, prêts pour le combat", a-t-il ajouté. Dans le même cérémonial protocolaire, Issouf Rouamba a reçu sa lettre de mission devant les autorités locales et des fils de la région vivant à Ouaga. Il gouvernera les provinces de la Comoé et de la Léraba. Il a pleine conscience de l’immensité du boulot qui l’attend.

Ses appréhensions devront vite être dissipées par l’engouement des populations des régions, prêtes à l’épauler pour le développement des Cascades. Comme priorité, le gouverneur Rouamba n’en a qu’une : "la lutte contre la pauvreté afin de parvenir au mieux-être des populations". De par le passé, Issouf Rouamba fut haut-commissaire, chef de personnel et préfet. A Banfora, comme à Gaoua, tous les corps paramilitaires ont assuré l’ouverture et la fermeture des bans ; sauf la police municipale, qui a décliné l’offre, invoquant, dit-on, l’usure de leurs uniformes.


Les missions du gouverneur

Il est le dépositaire de l’autorité dans la région qu’il gouverne. Il est chargé d’assurer la représentation de l’Etat sur toute l’étendue du territoire régional, de représenter le chef de l’Etat, le chef du gouvernement, le gouvernement dans son ensemble et chaque ministre en particulier. Il assure la mise en place des politiques de l’Etat en matière économique, de planification et d’aménagement du territoire.

Il coordonne l’activité des services déconcentrés de l’administration de l’Etat et des établissements publics. Il veille également au respect des libertés et de l’ordre public en assurant la sécurité des personnes, des biens et des institutions. Il assure en outre la coordination des opérations et des mesures de défense civiles à l’exclusion des opérations entrant dans le cadre du secret défense.

Kader Traoré
L’Observateur Paalga

Burkina : Le conseil des ministres dissout le Haut (...)
Insécurité dans le Centre-Nord : Entre préoccupations et (...)
Burkina : Le MPC d’Idrissa Nogo souhaite que le coup (...)
Dépolitisation de l’administration publique : Les députés (...)
Audit de l’Assemblée nationale : "Une manigance politique (...)
Révolution démocratique et populaire : Un ex-CDR plaide (...)
Burkina : Toute utilisation de l’image du président de la (...)
Burkina : Et si on mettait fin aux coups d’Etat (...)
Assemblée législative de transition : La restructuration (...)
Assurance maladie universelle au Burkina : La mise en (...)
Burkina : Le ministère de la Fonction publique passe en (...)
Paul Henri Sandaogo Damiba : « Nous avons eu beaucoup de (...)
Secteur agro-sylvo-pastoral : Le président décline sa (...)
Burkina Faso : « Il faut bouter hors de nos palais, les (...)
Front patriotique : Déclaration sur la situation (...)
Me B. Stanislas Sankara : « Quand je prends un dossier, (...)
Chronogramme de la transition : Les chefs de partis (...)
Affaire Bala Alassane Sakande contre l’ASCE-LC : Le (...)
Procès UPC contre MATDS : Le juge administratif se (...)
Affaire suspension activités politiques : « L’UPC n’a pas (...)
Burkina Faso : Le Faso autrement solidaire de l’Union (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12180

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés