Actualités :: Meeting de l’UNDD : Un coup d’épée dans l’eau

Protégé par le mince rempart de certains partis d’opposition, et blotti dernière le rideau de l’immunité parlementaire, Me Hermann YAMEOGO s’est aventuré dans un meeting donné le 17 octobre à la Maison du peuple de Ouagadougou en « cabri mort n’ayant plus peur du couteau », le chantre du « tékré » se plonge tout entier dans la bassine de la subvertion et des déclarations mensongères. Stratégie ou désespoir, l’avenir nous éclairera.

Arès les preuves irréfutables réunies à l’encontre de Noël YAMEOGO et incriminant Me Hermann YAMEOGO, certains partis d’opposition prêts à « hérisser les poils » à la seule appellation de la 4e République se sont érigés en barrière de soutien à l’infamie et à la traîtrise. Mais que ne versions-nous pas sous ces cieux torides d’Afrique avec ces politiciens d’un genre nouveau qui se jettent dans la mêlée, en distribuant les coups les plus bas et en foulant la morale au pied comme de vulgaires chiffons. Hermann est loin d’être « blanc comme neige », et aucun avocat, fusse t-il du diable, ne saurait faire admettre cela à des gens avisés.

Il ne faut pas dénaturer les faits

Les « apprentis criminologues » de l’opposition se sont exercés sur les preuves produites par la justice et ayant abouti à l’inculpation de Noël YAMEOGO. Ces experts occasionnels et circonstanciels n’ont eu de mieux à faire, que de prétendre que ces preuves étaient fausses. A entendre le son de cloche et regardant sa provenance, on ne saurait s’en étonner. Les fausse informations monnayées par Hermann auprès des autorités mauritaniennes et ivoiriennes ne sont pas des inventions.

On ne saurait revenir indéfiniment sur les éléments de preuves corroborés par la lettre adressée à John KUOFFUR par GBAGBO relayant les faux renseignements d’Hermann. Les éléments de preuve saisis sur la personne de Noël YAMEOGO sont édifiants à plus d’un titre. La démagogie aidant et avec elle certaines frustrations, on comprend aisément la position de certains au sein de l’opposition. En outre, les antécédents d’Hermann jouent en sa défaveur. Ses « caprices politiques » et ses fréquentations douteuses ne peuvent que conforter l’opinion publique de sa vocation révélée de commerçant de faux renseignements.

Meeting d’Hermann : des accusations gratuites et une flopée d’injures

La tenue du meeting d’Hermann à la Maison du peuple de Ouagadougou le dimanche 17 octobre, loin de convaincre le monde sur son innocence, n’a fait que conforter l’opinion sur son implication et sa culpabilité. Caché derrière ses « amis » de l’opposition qui refusent qu’il soit extrait de sa couverture de l’immunité pour les besoins de l’enquête, le 1e personnage de l’UNDD à travers son meeting à la Maison du peuple n’a fait qu’invectiver les autorités au lieu d’argumenter dans le sens d’une défense prouvant son innocence.

Précisant qu’il n’y a rien à trouver sur lui, et certainement pas convaincu de ce qu’il dit lui-même, Me Hermann qui contre tout bon sens défie les autorités de faire sauter son immunité parce qu’elles ne trouveront rien, ne trompe personne. Il serait mieux inspiré de demander à ses fervents protecteurs de ne pas hurler au loup et de laisser travailler la justice. Nul n’étant au-dessus des lois, la justice est donc applicable à tous, sans dérogation aucune.

La démesure était au rendez-vous lors du meeting

Avec des banderoles « libérez Noël YAMEOGO » et autres du genre « non à la persécution de l’opposition », assortis de cris « le pouvoir à l’opposition », on se serait cru dans une manifestation de rue. Le chemin de la maturité politique semble encore loin pour certains. Cependant, il faut retenir qu’en démocratie, la force du clan ne saurait avoir raison de celle du droit. Les manœuvres subversives du genre, « les rebelles dehors » ne font que confirmer les « attaches réelles » du chantre du « tékré » avec les régimes mauritaniens et ivoiriens.

Le doute n’est plus permis en ce qui concerne l’implication d’Hermann Se sachant découvert, ce dernier adopte la stratégie de se « ruer dans le tas », à corps perdu. Plus de retenue car les carottes sont cuites. Comme un « cabri mort qui n’a plus peur de couteau », Me Hermann ne se dérobe plus aux faits qui parlent contre lui. Au contraire après avoir tenté de faire avaler aux gens un itinéraire controversé, car malgré ses explications le flou qui demeure entre Conakry-Nouakchott intrigue toujours Hermann YAMEOGO indexe le pouvoir en accusations gratuites.

Hermann et Norbert ; qui se ressemble, s’assemble !

Parmi les plus fervents défenseurs de l’avocat politiciens et président de l’UNDD, figure en premier plan Norbert TIENDREBEOGO du FFS ( Front des Forces Sociales). On se souvient des démêlés de ce dernier avec la justice lors de la tentative avortée de putsch de ..? Il n’est donc pas étonnant de voir Norbert TIENDREBEOGO soutenir, voire même encourager Hermann.

Dans ses allocutions pendant le meeting, le président du FFS n’a pas hésité à fustiger le pouvoir et la Justice . On le comprend dès lors où il en a écopé des sanctions même minimes soient-elles . En soutenant Hermann de toutes ses forces, il trouve enfin un exutoire à son aversion du régime et à cette haine qui trouble l’intelligence et la maison. Lui qui n’a pas été au-dessus de la loi, on voit mal pourquoi Hermann échappera à la Justice de son pays.

----------------
BIDIMA : C’est scandaleux !

Depuis ses déboires politiques, le docteur Pierre BIDIMA s’est taillé un manteau de défenseur des droits de l’homme, pardon, des droits de l’opposition. Sa reconversion est douloureuse au regard de ses agissements, ceux-ci cachant mal son appartenance politique et son incapacité à s’élever au-dessus pour aller à la rencontre des idéaux qu’il dit défendre. Se proclamant médecin traitant de tel ou tel opposant en délicatesse avec la loi et interpellé, M. BIDIMA a fini par convaincre plus d’un que son sacerdoce tout comme son fameux « mouvement pour la paix » ne sont rien d’autres que des moyens pour poursuivre son action politique. Il en est d’ailleurs de même du « cercle d’éveil » que dirige M. KONSIMBO qui, pour n’avoir même pas pu réveiller ses dirigeants est trop prétentieux de se vouloir un mouvement d’éveil de la conscience des citoyens. Aujourd’hui, tout le monde sait que « le cercle d’éveil », c’est Hermann YAMEOGO et vice-versa .

Pour en revenir au cas BIDIMA, parce que c’est un cas, disons que sa dernière sortie lors du meeting de l’UNDD, pardon du R17 a sidéré plus d’un. En effet, selon lui, il a mené une enquête qui lui a permis d’identifier la femme de M. Moustapha Ould Chaffi et trois de leurs enfants lesquels seraient scolarisés dans une école primaire d’un secteur de Ouagadougou. Ridicule et inacceptable !

D’abord, il convient de préciser que les autorités n’ont jamais nié la présence de M. Chaffi dans notre pays. Ce qui veut dire que BIDIMA ne nous apprend rien. Ensuite, la question que l’on se pose est ce qu’il veut en donnant des « précisions » sur la famille Chaffi (sa femme et ses enfants) ? A supposer que quelque chose arrive aujourd’hui à Madame Chaffi et surtout à ses enfants, qui doit-on tenir pour responsable ? Que doit-on penser d’un mouvement des droits de l’homme qui indexe des enfants comme pour les rendre responsables des actes de leurs parents ! C’est proprement scandaleux ! Que veut prouver BIDIMA ou plutôt son maître en faisant de telles déclarations ?

Si la famille Chaffi est victime d’une quelconque agression, le responsable ne pourrait être que Pierre BIDIMA. N’est-ce pas d’ailleurs son objectif !? De quoi le « Bidus » n’est-il pas capable ? Dans tous les cas, dans cette affaire Hermann YAMEOGO où certains opposants ont opté pour une solidarité aveugle et mafieuse, il importe que personne ne vienne dire demain qu’il ne savait pas.
Quant à M.BIDIMA, il devrait avoir honte de se « pavaner » encore dans la sphère sociopolitique, lui qui a fini par « tuer » le peu de crédit qui lui restait au sein de l’opinion publique.

Ben Alex Beogo
L’Opinion

Burkina /Politique : Le Front patriotique demande la (...)
39e anniversaire de la révolution burkinabè : Le (...)
62e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : (...)
Conduite de la Transition : Le Président du Faso échange (...)
Situation nationale : La « Mobilisation des intelligences
Burkina : Un Front patriotique est lancé pour « oeuvrer (...)
Burkina Faso : L’ALT définit le rôle du Conseil (...)
Rumeurs sur l’enterrement des restes de Sankara et (...)
Burkina : L’UNIR/MPS en congrès extraordinaire, (...)
Montée des couleurs à la Primature : Pas de vacances pour (...)
Burkina : Le mouvement BUTS appelle à la mobilisation (...)
Café politique de l’ARGA : La première édition se penche (...)
Burkina : Une activité demandant le départ de l’ambassadeur
Elections législatives au Sénégal :Kadré Désiré Ouédraogo à (...)
Situation nationale : L’ancien ministre, Rosine (...)
Burkina : Le mouvement BUTS au chevet d’un pays en quête (...)
Burkina : L’Etat joue au grand prêtre de la réconciliation en
Demande de pardon de Blaise Compaoré : « J’aimerais que le (...)
Burkina Faso : Blaise Compaoré demande pardon à la (...)
Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se (...)
Demande de pardon de Blaise Compaoré : « Ils sont en (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11781

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés