Actualités :: Lauréate du prix Nobel de la paix 2004

La distinction d’une éminente personnalité de la famille africaine de l’écologie comme lauréate du prix Nobel de la paix 2004, récompense la détermination, la combativité et l’ardeur de Mme Wangari Maathai, mère fondatrice de l’Association Ceinture Verte du Kenya, présentement secrétaire d’Etat Kenyane à l’Environnement, et au-delà de sa personne, constitue le symbole le plus éloquent de la prise de conscience et du rôle majeur de la femme dans le développement de l’Afrique.

En tant que femme et écologiste, je mesure encore plus l’importance de l’acte ainsi posé.

De nos jours, de plus en plus de personnes se préoccupent des conséquences du mode de production, de consommation et de vie actuel au regard des dommages irréversibles sur l’être humain et la planète. L’avancée inexorable de la désertification et ses effets qui privent nos populations laborieuses de leur potentiel de travail et précarisent leur existence, les sécheresses récurrentes, la faible pluviométrie, les famines et les guerres, les menaces en matière de pollutions, d’ hygiène, les maladies, Sida notamment. ..interpellent nos consciences sur nos responsabilités individuelles et collectives et nous amènent à poser la question fondamentale suivante : dans quel monde voulons-nous vivre et laisser à nos enfants et aux enfants de nos enfants ?

Aujourd’hui, la question de développement durable, alliant les objectifs sociaux, économiques et écologiques, est incontournable dans toutes les politiques de développement et devient la vision dominante du monde de ce nouveau millénaire. Une illustration nous est encore donnée
par le thème du Xè Sommet de la Francophonie de Ouagadougou en novembre prochain qui traduit la préoccupation au plus haut niveau des décideurs politiques de cette communauté ayant en partage le français .On ne peut par conséquent, que se réjouir de l’intériorisation, de
la conscientisation et l’appropriation grandissantes des problèmes écologiques liés à la survie de l’espèce humaine.

C’est donc dire que la présente distinction, qui établit un lien indissoluble entre écologie et paix, est assurément un signal très fort pour un engagement volontariste et résolu pour la
défense et la préservation d’un monde de solidarité, de respect de la dignité humaine et de l’environnement, gage d’un développement durable du monde, particulièrement de l’Afrique.

Madame TRAORE Assita
Militante du Parti Ecologiste pour
le Développement du Burkina (PEDB)

Le Burkina à co-construire de nos têtes, de nos cœurs, de (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : Vous voulez nier l’histoire (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : Encore les journalistes (...)
Situation nationale : Parole d’espérance pour le Burkina (...)
Burkina : « La situation sécuritaire n’a fait qu’empirer, (...)
Politique : La pensée unique est-elle une solution de (...)
Burkina - France : « Seuls les citoyens organisés en (...)
Départ des militaires français du Burkina : Yacouba Isaac (...)
Insécurité au Burkina : « A quel jeu joue l’Etat dans le (...)
Supposée arrivée de Wagner au Burkina : ‘’Il est (...)
Burkina Faso : « Le tableau de la crise est beaucoup (...)
Newton Ahmed Barry : Une tribune privée de sens (...)
Nouvelle année 2023 : Vœux d’un utopiste à ses concitoyens (...)
Sayouba Traoré sur la laïcité : Puisque vous le prenez (...)
Burkina : IB, religion et ethnie
Lettre ouverte au président Traoré : Mon capitaine, les (...)
Maintien probable des forces françaises au Burkina Faso (...)
Education nationale : Un citoyen interpelle le (...)
Propos Moussa Kouanda à l’AG des arabophones : ”Un poison (...)
La vie, ce n’est pas du jeu
Burkina : Pour une meilleure année 2023 en trois (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5208



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés