Actualités :: Rentrée gouvernementale : Le gouvernement a compté les vaches
Adama Fofana, porte-
parole
du gouvernement

Après les vacances, le travail a repris avec entrain au sein du gouvernement, qui est allé à la rencontre de l’opinion le vendredi 17 septembre 2004 à partir de 16h dans la salle de conférences du ministère des Infrastructures, des Transports et de l’Habitat.

C’était à travers son 18e point de presse, dirigé par le convalescent ministre Adama Fofana, assisté de trois de ses collègues.

Deux points issus du Conseil des ministres étaient à l’ordre du jour, à savoir la révision des conditions de délivrance et de retrait de l’agrément technique pour l’exécution des études, contrôle et travaux d’entretien routier et d’aménagement de pistes, et le résultat de la 2e Enquête nationale sur les effectifs du cheptel (ENEC).

Touchant le premier point, le porte-parole du gouvernement, Adama Fofana, a relevé que la révision du système d’agrément actuellement en vigueur participe de la volonté du gouvernement de tenir compte des enjeux importants à relever en matière de sauvegarde et de développement du réseau routier, dans le cadre du 2e Programme sectoriel des transports (PST2).

Cette mesure prend, selon lui, en compte la spécificité des travaux d’aménagement des pistes rurales et se conforme aux dispositions portant sur la réglementation des achats publics, pour prendre en compte le secteur privé. Interpellé sur la question, le ministre des Infrastructures, des Transports et de l’Habitat, Hyppolite Lingani, a fait remarquer que sur 1334 PME agréées dans l’entretien routier, seulement 30 participent régulièrement aux consultations ; toute chose qui pose un problème d’harmonisation des actions, d’où la nécessité d’assainir le secteur.

Pour le ministre Lingani, une commission qui regroupe les différentes sensibilités du secteur s’attellera à la lumière des nouvelles conditionnalités, à attribuer les agréments aux PME qualifiées, viables et compétitives. Concernant l’exécution de la 2e Enquête nationale sur les effectifs du cheptel (ENEC II), le ministre chargé des Relations avec le parlement a souligné qu’en terme d’objectifs spécifiques, cette enquête, conjointement financée par le Royaume des Pays-Bas et notre gouvernement, fournit des informations chiffrées sur les effectifs du cheptel et par sexe, sa répartition géographique et par système d’élevage, la propriété du cheptel selon l’ethnie et le genre.

Cette étude est pleine d’enjeux d’autant plus qu’elle permet, selon les membres de l’exécutif, d’effectuer d’importants travaux de recherches et d’études sur la détermination des potentiels de productions animales, la contribution de l’élevage à l’augmentation des revenus, la lutte contre la pauvreté, l’adéquation entre l’effectif des troupeaux et la protection des ressources naturelles et enfin sur l’identification des pôles de développement régionaux et les activités prioritaires à promouvoir.

Un secteur en évolution

Selon le ministre des Ressources animales, Alphonse Bonou, les résultats de l’enquête démontrent que notre pays demeure un pays d’élevage par excellence, avec une augmentation du nombre d’éleveurs et des effectifs des différentes espèces animales. A titre d’illustration, le nombre de porcs est passé de 600 000, selon l’ENEC I de 1996, à 1 800 000 en 2003, et les bovins, de 5 millions à plus de 7 millions. Ces données sont-elles fiables quand on sait qu’en règle générale, la population est peu encline à déclarer le nombre exact de son cheptel ?

Pour le ministre Bonou, en prélude à l’enquête qui s’est déroulée du 1er au 30 juin 2003, des actions de sensibilisation ont été menées tout au long de l’année 2002. A cela s’ajoute le fait que les équipes sont passées à plusieurs reprises pour recouper les données. Pour un élevage porteur, le ministre a relevé que son département s’attelle à l’amélioration génétique par l’introduction de races étrangères, l’alimentation et des soins appropriés. Salif Diallo absent, c’est son collègue des Ressources animales qui a fait le point de la campagne agricole en cours.

A en croire Alphonse Bonou, le déroulement de la campagne, au regard de la répartition spatio-temporelle des pluies, est satisfaisant même si on déplore un déficit à Dori. Dans bien des régions, les céréales sont en épiaison, le maïs et les arachides en récoltes. Quant à l’invasion acridienne, effective dans l’Oudalan et le Soum, 5000 ha sur 21 000 infestés ont été traités. Avec la mobilisation des 750 millions de FCFA et l’arrivée de nouveaux matériels, le ministre s’est dit optimiste quant à une issue heureuse de la lutte anti-acridienne, surtout avec la perspective d’un traitement conjoint avec les équipes du Mali.

Du 9 au 12 octobre 2004, aura lieu la 10e édition des journées nationales de vaccination contre la poliomyélite, pour les enfants de 0 à 59 mois. Interpellé sur la question, le ministre de la Santé, Alain B. Yoda, a tenu à relever l’enjeu de cette campagne au regard de la resurgence du polio-virus sauvage dans la sous-région. Au cours de cette campagne qui concerne 23 pays africains, plus de 3 millions d’enfants burkinabè seront vaccinés, d’où l’optimisme de nos autorités sanitaires. Le vaccin contre la rougeole, et la vitamine A seront conjointement administrés aux enfants. "Le vaccin ne boit pas le sang des enfants", a dit le ministre, pour démentir certaines considérations qui relèvent selon lui de l’obscurantisme.

Un appel à la mobilisation sociale a enfin été lancé par le ministre pour la réussite desdites journées. Il a invité les populations à s’inscrire dans la dynamique du Programme élargi de vaccination, qui protège les enfants grâce à 7 antigènes. Le gouvernement est rentré au grand complet avec le retour de Salif Diallo et d’Adama Fofana, qui semble-t-il, respirent maintenant la grande forme.

Abdou Karim Sawadogo

Observateur Paalga

Eddie Komboïgo, nouveau Chef de file de l‘opposition : « (...)
Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré a échangé avec (...)
Adhésion du MPS à la majorité présidentielle : Le bonheur (...)
Burkina : Le nouveau chef de file de l’opposition (...)
Burkina : La majorité présidentielle appelle à (...)
Réconciliation nationale : Zéphirin Diabré explique les (...)
Suspension du stade du 4-Août : "Nous n’avons pas de (...)
Majorité présidentielle : « Nous n’acceptons pas n’importe (...)
Burkina : Le MPS de Yacouba Isaac Zida et du Pr (...)
Vie politique : Les Forces nouvelles du Burkina ( FNB) (...)
Burkina : L’OPA-BF de Me Ambroise Farama déclare son (...)
Politique : Le Parti indépendant du Burkina (PIB) (...)
Politique : L’UFP déclare son appartenance à l’opposition (...)
Assemblée nationale : C’est parti pour la 1re session (...)
Vie politique : La Marche pour la Patrie (L.M.P) adhère (...)
Burkina : L’APP/Burkindi opte pour l’opposition (...)
Vie politique : Le Faso Autrement dans l’opposition
Burkina : « Le gouvernement n’est pas en train de (...)
Politique : Le parti « Soleil d’avenir » déclare son (...)
Décès de la députée Claudine Ouédraogo : L’Assemblée (...)
Déclaration d’appartenance : Le parti politique (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10857


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés