Actualités :: Tentative de putsch présumée : "démenti catégorique" du Burkina (...)
Djibril Bassolé

Le gouvernement burkinabè a "catégoriquement démenti" vendredi les accusations selon lesquelles il aurait soutenu les auteurs de la tentative présumée de coup d’Etat annoncée le 9 août dernier en Mauritanie.

Le chef d’état-major de la gendarmerie nationale mauritanienne, le colonel Sidi Ould Riha, a mis en cause jeudi le Burkina Faso et la Libye, qu’il accuse d’avoir soutenu les auteurs de cette tentative.

"Nous sommes étonnés au comble par ces graves accusations sans fondements", a déclaré Djibrill Bassolé, le ministre burkinabè de la Sécurité lors d’une conférence de presse à Ouagadougou

Il a indiqué qu’à l’issue d’une séance de travail le 20 août dernier avec le ministre mauritanien de la Défense, le Burkina avait même fait part aux autorités mauritaniennes de "sa disponibilité et sa franche collaboration" en vue de rechercher trois officiers mauritaniens qui aurait trouvé refuge au Burkina-Faso, après avoir transité par le Mali et le Niger.

Des recherches ont été lancées pour tenter de retrouver les trois officiers, mais la police burkinabè ne dispose pas de "suffisamment de précisions sur leur identité", a indiqué M. Bassolé .

Ces militaires, les commandants Mohamed Ould Chibna, Saleh Ould Anana et le capitaine Abderhamame Ould Mini sont accusés par Nouakchott d’être impliqués dans la serie de tentatives de déstabilisation du régime.

Lors de son séjour à Ougadougou le 20 août, le ministre mauritanien de la Défense avait indiqué à ses interlocuteurs que ces trois militaires s’étaient refugiés au Burkina-Faso en compagnie de sept autres personnes, voyageant en "changeant d’identité et utilisant de faux documents", selon M. Bassolé.

Le ministre de la Défense avait remis à cette occasion un message du président mauritanien Maaouiya Ould Taya ayant trait à cette affaire au président burkinabè Blaise Compaoré .

"Il n’y a pas d’officiers mauritaniens qui résident ici et nous ne sommes en rien impliqués dans ces tentatives de coup d’Etat", a toutefois ajouté M. Bassolé.

Il a également regretté que "les autorités mauritaniennes n’aient pas suffisamment pris la mesure de la gravité de leurs accusations" relevant "les inconhérences et le mal fondé".

"Les Mauritaniens n’ont pas besoin de visas pour entrer au Burkina, il n’y a pas non plus de commando entraîné au Burkina pour déstabiliser la Mauritanie, sinon cela ne passerait pas inaperçu", a-t-il encore soutenu.

En guise d’une "bonne collaboration" policière M. Bassolé a rappelé que ses services avaient expulsé en janvier 2004 trois Mauritaniens "hostiles" à leur gouvernement. Iles étaient entrés au Burkina-Faso avec de faux papiers d’identité maliens.

Ces personnes ont ensuite été refoulées vers leur pays par le Mali, a expliqué le ministre.

"Nous avons amorcé une bonne coopération policière, mais nous sommes abasourdis car rien ne laissait présager que de telles accusations allaient être portées contre nous", a conclu M. Bassolé.

AFP


Le Burkina Faso a "planifié la déstabilisation de la Mauritanie" (ministre)

Le ministre mauritanien de la Défense, Baba Ould Sidi, a affirmé vendredi que "le Burkina Faso avait planifié son action de déstabilisation de la Mauritanie au moment où il avait commencé celle de la Côte d’Ivoire", dans une déclaration à la presse à Nouakchott.
Cette déclaration intervient au lendemain des accusations portées par Nouakchott contre le Burkina Faso et la Libye d’être impliquées dans la tentative de putsch du 9 août, accusations que les deux pays ont fermement démenties vendredi.

M. Ould Sidi a affirmé que "rien ne servait de nier l’évidence", affirmant que les putschistes du 8 juin 2003 auxquels a été attribuée la nouvelle tentative "ont été conduits au Burkina Faso après leur échec le 8 juin par Moustapha Limam Chavi, le conseiller le plus proche du président (burkinabè) Blaise Compaoré".

Le ministre de la Communication, Hammoud Ould Abdi, a également accusé vendredi M. Chavi "d’être l’homme de main de la Libye dans la région".

"C’est lui qui planifie tous les complots et tous les coups bas. Il travaille pour la déstabilisation de toute la région", a-t-il assuré sur une chaîne privée en arabe.

Le ministre de la Défense, qui s’était rendu à Ouagadougou la semaine dernière, a affirmé avoir "simplement demandé" au président du Burkina Faso "l’extradition de ces criminels".

Mais selon lui, M Compaoré "feignait de ne pas savoir de quoi nous parlions", estimant donc inutile de fournir les photos et indications sur les putschistes réclamés vendredi par le ministre de la Sécurité du Burkina Faso, Djibrill Bassolé.

"Nous n’avons pas estimé décent de dire à M. Compaoré que les insurgés n’étaient pas loin de la Présidence du Burkina Faso et qu’ils étaient encadrés, dirigés et entretenus par son conseiller le plus proche", a-t-il expliqué.

Le ministre a averti que "le Burkina n’a que deux choix : livrer les putschistes ou poursuivre son agression contre notre pays".

AFP

Conseil économique et social : Bonaventure D. Ouédraogo (...)
Mise en place des démembrements de la CENI : Bien (...)
Démissions au CDP : « Le MPP et ses partis satellites (...)
Fusion de partis sankaristes : "Avec le MPP, notre (...)
Burkina / CDP : Les langues se délient pour expliquer (...)
Congrès pour la démocratie et le Progrès : Six mois de (...)
Commune de Banfora/CDP : Plus de 150 militants rendent (...)
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le (...)
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au (...)
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les (...)
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement
Engagement politique des jeunes au Burkina : Les (...)
Burkina-Procès Sankara : Le Comité international appelle (...)
Politique : Le Groupe parlementaire MPP tient ses (...)
Burkina : C’est parti pour le "mois de justice et (...)
Bobo-Dioulasso : Etat et secteur privé échangent sur les (...)
Burkina-Assemblée nationale : « La défiance grandissante (...)
Burkina/vie politique : Congrès de fusion UNIR/PS-MPS, (...)
Burkina/Rentrée scolaire 2021-2022 : Le MPP exhorte les (...)
Burkina Faso : Des députés veulent apporter leur pierre à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11256



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés