Actualités :: Informatisation du fichier électoral : Lettre ouverte à Issa Tiendrébéogo

Nous avons reçu de M. Jean Somé la lettre ouverte dont teneur suit sur l’informatisation du fichier électoral en 10 points, adressée à M. Issa Tiendrébéogo, président du comité de suivi de l’opposition sur cette question. En substance, il se demande si toutes les procédures de fraudes possibles ont été prises en compte dans la conception du logiciel.

Monsieur le Président,

Excusez-moi d’abord de la voie suivie pour vous écrire, mais c’est parce que ce que j’ai à vous dire concerne tous les militants de l’opposition. Au cours d’une rencontre à la CGP, des partis de l’opposition ont échangé et décidé de travailler pour une plate-forme, un code de conduite et un canevas pour la transparence. Une décision qui a agréablement surpris d’innombrables Burkinabè et surtout ceux qui sont de l’opposition, comme moi.

Ce qui nous a encore plus contentés, c’est la décision de présenter trois candidats au maximum à l’élection présidentielle ; cette manière de faire est vraiment nouvelle quand on pense au passé avec tous les tiraillements de l’opposition, qui naviguait à vue. Même si à la CGP, vous n’avez pas parlé de l’urgence des sorties sur le terrain, on a senti quand même un désir de nouveauté, donc de l’espoir. Les discours ne feront pas bouger le chef de l’Etat, mais l’organisation et l’action de l’opposition. Seulement, pour agir, il faut décider ce qu’il faut faire et mobiliser les militants pour le faire. Il faut des objectifs clairs avant l’action.

Pour moi, le premier objectif pour assurer la victoire, c’est la transparence, et cette transparence, l’informatisation correcte du fichier électoral n’en est qu’un moyen. Avec ce pouvoir, qui est spécialiste de la fraude, on ne pourra pas gagner avec une informatisation mal faite. Moi, j’ai un peu suivi ce qui s’est passé. Je me suis renseigné à gauche et à droite. J’ai un ami informaticien à qui j’ai posé des questions ; lui non plus n’est pas très sûr que les choses se passent de la bonne façon, il est inquiet comme moi, et en m’expliquant pourquoi, il a augmenté mes inquiétudes. Il m’a dit que si je veux être rassuré, et le rassurer lui aussi, de vous poser ces questions :

- Est-ce que l’opposition a vérifié que les fiches de recensement sont fiables alors que le bruit court que la date de naissance des électeurs sur certaines fiches est de 200X ?

- L’opposition a-t-elle vraiment suivi l’opération quand on sait que des documents d’identification inconnus au Burkina se retrouvent dans les fiches ?

- Dites-moi, Monsieur le Président, le logiciel peut-il être fiable avec la saisie de telles fiches ?

- Etes-vous sûr que par ce moyen, on ne va pas parvenir à cibler et à écarter certains électeurs potentiels ?

- Avez-vous pris des dispositions pour vous assurer que les vérificateurs font correctement leur travail ?

- Monsieur le Président, après la vérification, voyons le contrôle. Avec la multitude des pièces présentées, est-ce qu’une personne ne peut pas s’inscrire avec deux pièces différentes ?

- Monsieur Tiendrébéogo, dites-moi aussi, quels sont les contrôles qui sont effectués pour détecter les inscriptions multiples ? Pouvez-vous nous assurer que ces contrôles ont été testés ?

- Enfin, Monsieur le Président, est-ce que toutes les procédures de fraudes possibles ont été passées en revue et prises en compte dans la conception du logiciel ? Je ne sais pas si toutes ces questions correspondent à des choses qui se sont réellement passées, mais si c’est le cas, c’est mieux de se mobiliser dès maintenant pour tout recommencer, car le temps presse.

Mais peut-être que nous nous inquiétons pour rien : s’il y a eu une informatisation du fichier électoral, ce n’est pas un cadeau du pouvoir, c’est parce que l’opposition s’est battue pour l’obtenir. Je fais aussi confiance à votre expérience, à celle de tous les leaders de l’opposition et à votre promesse à tous de donner l’alternance au peuple. Alors, rassurez-nous et répondez à ces questions avant de nous lancer en connaissance de cause, sur le terrain. En attendant votre réponse, je vous assure de ma militante mobilisation pour le succès de tous les mots d’ordre à venir concernant les autres aspects de la transparence comme pour tout ce qui sera décidé pour la victoire de l’opposition vraie.

Ouagadougou, le 5 août 2004

Lierhi Jean Somé

37 ans du décès de Cheikh Anta Diop : « Ses écrits (...)
Interview télé du capitaine Ibrahim Traoré du 3 février (...)
Burkina : La famille de Thomas Sankara désapprouve (...)
Grande interview du président de la transition : Retour (...)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré assure que les (...)
Appel au meurtre du journaliste Newton Ahmed Barry : (...)
Continent africain : La gouvernance globale stagne (...)
Burkina : « Il est aussi urgent de mettre fin à ce plan (...)
Vie des partis politiques : La composante « Autres (...)
Burkina/Justice : « Il y a un problème ; il n’y a que les (...)
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme (...)
Gestion des aires protégées : L’ONG AGN et le ministère (...)
Ministère de l’Agriculture : Le Conseil d’administration (...)
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni (...)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes (...)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre (...)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois (...)
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute (...)
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12138



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés