Actualités :: A propos de "Me Gilbert n’a pas mon soutien"

Depuis la désignation de Me Gilbert N. Ouédraogo comme chef de file de l’opposition, beaucoup d’encre et de salive font leur bout de chemin. Des critiques partisanes sont proférées çà et là. C’est ainsi que dans la parution de l’Observateur Paalga n° 6169 du 23 juin 2004, un certain Aristide Ouédraogo, se disant citoyen et élément du peuple du Burkina Faso, s’insurge contre la personne du président Gilbert N. Ouédraogo, au motif qu’il ne serait pas crédible et par conséquent, ne peut être le candidat de l’opposition aux futures élections présidentielles.

Cette réaction pour le moins insensée, fait suite à l’invite du comité de soutien au président Gilbert Ouédraogo à se présenter pour la course à la magistrature suprême de notre pays.

En tant que comité de soutien au président Gilbert Ouédraogo responsable, et par respect pour sa personne et pour l’opinion nationale nous ne voulions pas répondre à cet abruti politique, mais dans un souci d’établir la vérité et de dire qui est réellement le sieur Aristide, nous nous voyons dans l’obligation de réagir. Le sieur Aristide, opportuniste de son état, a, à la veille du congrès extraordinaire de l’ADF-RDA, des 28 et 29 juin 2003, tenté par tous les moyens d’intégrer le Bureau exécutif national du parti, par l’intermédiaire du député Cyril Goungounga. Le problème posé, le président Gilbert a estimé qu’il était tard pour tripatouiller les listes qui avaient déjà été convenues de façon unanime, par les membres de la direction du parti et les congressistes, a donc opposé une fin de non recevoir à la requête de notre "ami" Aristide.

Non content de cela, cet opportuniste qui s’est suffisamment illustré par une haine sans précédent contre le parti, a décidé de quitter le PARI (aujourd’hui phagocyté par l’ADF-RDA) et de jouer désormais au trouble-fête, semant la zizanie au sein des leaders du parti. C’est ainsi qu’il s’est mis au service du député Hermann Yaméogo, lequel le nourrit et l’entretient quotidiennement afin qu’il puisse accomplir la sale mission qui lui a été confiée et qui consiste à divertir l’opinion. Que ce mercenaire de la plume, payé pour écrire des chiffons, sache qu’il aura toujours le comité de soutien au président Gilbert sur sa route.

Il est très mal fondé à donner son avis sur la vie de notre parti, lui qui dit qu’à l’ADF-RDA, la guerre des clans a commencé. Nous voulons tout simplement lui dire que c’est plutôt dans son esprit que cette guerre a commencé, puisqu’il semble avoir déjà oublié tout ce dont il a pu bénéficier des responsables de l’ADF-RDA. Du cellulaire, en passant par les multiples prêts, jusqu’à l’emploi, ce politicien aux ambitions bassement matérielles ne s’en souvient certainement pas ! A-t-il déjà avalé le fait qu’il est redevable à notre parti de tout ce qu’il est aujourd’hui ? Sait-il seulement que c’est grâce à ce même parti qu’il a l’honneur ou le malheur de faire tout ce tapage médiatique aujourd’hui puisqu’il a fallu qu’il soit renvoyé de ce parti pour se rallier derrière ceux qui sont prêts à lui donner tout, pour peu qu’il aboie dans les journaux !

Cet ancien militant du PARI dit ne pas vouer une haine viscérale au président Ouédraogo, pourtant c’est bien cela car qui s’excuse, s’accuse. Il faut qu’il sache qu’autant il ne soutient pas notre président, autant le parti n’a pas besoin de son soutien.

Comment le soutien d’un seul individu (très mal intentionné d’ailleurs) se réclamant citoyen du peuple, peut manquer à un président aussi populaire et aussi avisé que le nôtre ? Nous n’en n’avons cure !

En tout état de cause, que ce monsieur Aristide sache qu’au niveau du comité, nous avons autre chose à faire. Nous nous attelons plus à la mobilisation de nos militants qu’à une agitation subversive dans les journaux. Les fausses informations fournies par lui et faisant état d’une guerre de clans à l’ADF-RDA pourraient l’amener devant les tribunaux pour diffamation. Mais à l’ADF/RDA, la direction est assez mûre et ne lui fera pas cet honneur.

Qu’il sache aussi que le jeu dangereux qu’il est en train de faire entre Hermann et Cyril, se retournera bientôt contre lui. Qu’il se le prenne pour dit. Aussi, et pour terminer, nous voulons informer le sieur Aristide que c’est la dernière fois que nous lui répondons. Toute autre réaction de sa part tendant à vilipender le nom de notre président ou de son comité, se traduira par un silence méprisant à son endroit et à tous ceux de son espèce.

Vive le président Gilbert Ouédraogo

Vive le chef de file de l’opposition

Pour le Comité,
Ibn TRAORE (Tél. : 70 29 07 39)

Mini saison de tracts au Faso : les sous-entendus de ce (...)
Opposition Burkinabé : Le vrai problème et le faux (...)
Présidentielle de 2005 : Blaise Compaoré comme programme (...)
Article 37 de la Constitution : trois applications (...)
"Que Blaise reste au pouvoir !"
MEBA : Des chiffres complaisants ?
Débat sur la candidature de Blaise Compaoré : Si vous (...)
Burkina Faso : "Grand petit pays ouvert sur le (...)
Candidatiture de Blaise Compaoré en 2005 : Arguments et (...)
"Les fuites en avant d’une opposition en déroute"
A propos de la "Négrologie" : « SMITH »... OMANIE ! ! (...)
Blaise Compaoré candidat à sa succession : Une chance (...)
Qualité de l’huile : "Arrêtez de semer la psychose (...)
Présidentielle de 2005 : "Blaise Compaoré doit (...)
« Presse Dimanche » : Retour sur une forfaiture (...)
Hermann Yaméogo, président de l’UNDD :"2004, année de (...)
Affaire Norbert Zongo : Un "vrai-faux" rebondissement
Sécheresse de coeur ou pauvreté matérielle
Situation nationale : le projet trans-idéologique de (...)
Tentative présumée de putsch : "Ce n’est pas surprenant"
Autosuufisance alimentaire : Les prédateurs sont (...)

Pages : 0 | ... | 4935 | 4956 | 4977 | 4998 | 5019 | 5040 | 5061 | 5082 | 5103 | 5124



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés