Actualités :: Bagarre à la CPS : "Les éclairages" d’un militant sankariste

Ibrahim Sana, enseignant, donne quelques éclairages sur la
bagare des sankaristes de la CPS.

Nous avons tous suivi depuis quelques mois la très regrettable
bagarre de chiffonniers que se sont livrée les Sankaristes de la
CPS, chacun de nous cherchant avec plus ou moins d’intérêt à
en déceler les origines profondes et à situer les
responsabilités.

Aujourd’hui, au fil du temps, et des écrits, l’on peut assez
objectivement estimer vers quel camp penche la balance même
si, indubitablement, aucun des deux n’est exempt de reproches.
D’ailleurs, le premier responsable du "camp Kientéga" si l’on
peut l’appeler ainsi, camp mué depuis dimanche en parti
politique sous l’appellation de FDS a lui-même déclaré que
dans une bagarre, nul n’a jamais raison ou tort à 100%.

Quelques indices étayent notre appréciation :
1. Que la déclaration de candidature du Président Nongma à la
Présidentielle de 2005 ait fait l’objet de débats au sein du parti
ou non, l’avoir fait pendant que la CPS était partie prenante dans
la concertation de l’opposition en vue d’une ou des candidatures
consensuelles et le fait qu’aucun membre de son parti ne l’ait
accompagné aux éditions Sidwaya sont suffisamment
révélateurs de l’unilatéralité de sa candidature. D’ailleurs,
lui-même s’est un peu récusé par la suite en déclarant à Sapouy
qu’il ne s’agissait que d’une candidature à la candidature.

2. Malgré notre recherche d’objectivité et notre souci de réserve
et d’impartialité, nous notons aujourd’hui que deux des
responsables de l’organisation du Congrès des 25, 26 et 27
juin, convoqué par le Président Nongma ne semblent pas avoir
été préalablement consultés comme le dit si bien le "camp
Kientega" dans son écrit du 14 juin dernier, dénonçant la
"convocation" calamiteuse du congrès de la CPS". En effet,
Monsieur Karim Dipama de la commission organisation
matérielle (cf. circulaire n°2004-033/CPS/PN), a fait publier lundi 21 juin dans la presse, un démenti indiquant qu’il n’était plus
dans la CPS depuis quatre ou cinq mois. Ensuite Boukaré
Ouédraogo de la commission sécurité (cf. même circulaire) est
celui-là même qui scandait le poing levé les slogans
révolutionnaires lors du congrès constitutif du FDS.

Manque de courage

Mieux, il a été porté membre de la direction du nouveau parti en
qualité de Secrétaire National à la Sécurité. Enfin, Inoussa
Kaboré, ex-Secrétaire général de la CPS dont l’appartenance au
"camp Kientega" a été contestée par le Président Nongma, a
adressé depuis les Etats-Unis un message de soutien qui a été
lu à l’ouverture du congrès constitutif du FDS dont il est le
nouveau Secrétaire Général.

Dans de telles conditions, on est
en droit de se demander si d’autres noms de la circulaire du
Président Nongma ne sont pas dans le cas de Dipama ou de
Boukaré, même si tout le monde n’a pas le réflexe ou le courage
du démenti.

3. Comme l’a dit l’écrit du "camp Kientega" dans un style
humoristique le 14 juin dernier et nous citons "votre circulaire
indique Ouagadougou comme lieu du Congrès, sans autre
précision. Qu’il vous plaise de nous indiquer le sanctuaire (s’il
n’est pas secret) dans lequel vos militants et délégués doivent
retrouver leur Président pour le congrès tant attendu. Est-ce à
l’Assemblée Nationale, à la Place de la Révolution ou encore au
domicile du Président Ernest Nongma Ouédraogo ?" Force est
de reconnaître en lisant la circulaire qu’il y a quelque part
intention manifeste de camoufler quelque chose.

Quoique cela
paraisse trop gros pour un parti politique digne de ce nom, l’on
est en droit de se demander si le Congrès du Président
Nongma n’est pas une simple mise en scène, orchestrée pour
les besoins de la cause ! Assurément les deux camps se
connaissent bien ! L’on est en droit de demander, au vu du
savant échafaudage qui s’effrite, dans quel climat va se tenir un
tel congrès malgré le fort tapage médiatique qui accompagne
sa préparation !".

Ibrahima SANA, enseignant, membre d’un parti sankariste

Burkina : MPSR et chers juristes, l’essentiel est (...)
Burkina : Plaidoyer pour la mise en place d’un Conseil (...)
Burkina Faso : Les fondements de la prestation de (...)
Coup d’État au Burkina : : « Les premiers pas de la (...)
Burkina : « Au-delà des mini réacteurs nucléaires (...)
Burkina Faso : Un citoyen demande la reconduction du (...)
Décision du Conseil constitutionnel : "Acceptons de (...)
Tribune : Vers une démocratisation des organisations (...)
Burkina : « Des pistes de réflexion pour le MPSR (...)
Elèves et fléaux sociaux : Mon cri de cœur
Burkina Faso :Eric P. Zongo impute la crise actuelle du (...)
Mort de la démocratie ou démocratie de la mort : Pour le (...)
Burkina Faso : Légalisons plutôt les coups d’Etat en (...)
« France-Afrique », Démocratie, Terrorisme et coups d’Etat (...)
Coup d’Etat du MPSR : « C’est une occasion de refondation (...)
Opinion : Soutien argumenté au MPSR
Burkina Faso : « La plupart de nos dirigeants politiques (...)
Un citoyen au Lt-colonel Damiba : « Monsieur le (...)
Situation politique au Burkina Faso : comment sortir du (...)
Sauvegarder et Restaurer le Burkina Faso : La nécessité (...)
Zéphirin Diabré, cible d’attaques infondées

Pages : 0 | ... | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | ... | 5103

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés