Actualités :: Opposition du Mouhoun : "Evitez de dévoyer le R14 à travers une compromission (...)

L’auteur de l’écrit ci-après réagit à une interview parue chez notre confrère Le Pays dans son édition n°3140 du 7 juin 2004 et relative à l’organisation de l’opposition politique dans le Mouhoun. Lisez plutôt.

C’est avec grand intérêt que nous avons pris connaissance de l’interview accordée au quotidien « Le Pays » par monsieur Pierre BONZI, représentant des partis politiques de l’opposition du Mouhoun, parue dans sa livraison n°3140 du lundi 07/06/04.

Cet entretien portait essentiellement sur la définition d’un code de conduite par un regroupement de partis politiques de la province du Mouhoun.

A dire vrai, à la vue du titre, nous avons été ragaillardi, mais après avoir parcouru plusieurs fois le contenu de cet entretien, nous avons failli tomber à la renverse. Et pour cause, la composition des partis membres du regroupement.

Monsieur BONZI affirme que celui-ci est composé des partis qualifiés souvent de partis d’opposition radicale, présents dans la province du Mouhoun.

Qu’est-ce qui pourrait justifier la qualification des trois (03 ) partis dudit regroupement à savoir l’ADF/RDA, le PAREN, et le MPS/PF de partis d’opposition radicale à même de pouvoir susciter leur rapprochement au sein du R14 (regroupement des 14 partis de l’opposition) ? N’est-ce pas l’OBU qui a osé annoncer publiquement et de la façon la plus défiante la suspension de sa participation au R14 lors de sa conférence de presse du 5 mai 2004 ? et a qualifié du même coup celui-ci d’infantiliste et, pire, a éhontement donné la caution à Son Excellence Monsieur le Premier ministre de le mater, au sens propre du terme ?

Comment le R14 pourrait-il faire effectivement partie d’un regroupement dont l’OBU et l’ADF/RDA sont aussi membres ? L’OBU a-t-elle déjà fini de réparer l’opprobre et l’anathème qu’elle a jetés sur le R14 ?

Que dire de l’ADF/RDA ? Où était- elle lorsque les partis politiques de notre opposition radicale signaient le mémorandum historique du 23/02/04, la déclaration du 14/04/04 sur les crimes impunis du régime COMPAORE et ses multiples ingérences extérieures ou encore lors du grand meeting unitaire historique du 15/05/04 à la maison du Peuple de Ouagadougou ?

En résumé, nous retenons que l’OBU et l’ADF/RDA se sont exactement comportées comme Briez sous la Révolution française de 1789. En effet, en septembre 1793, la Convention voulait nommer Briez membre du Comité de salut public, mais Maximilien de ROBESPIERRE fit repousser la proposition au motif que Briez avait signé la capitulation de Valenciennes.

Les politiciens incolores

A cet effet, il prononça un discours hautement patriotique . Et pour rafraîchir la mémoire de nos pitoyables politiciens incolores, nous leur livrons en intégralité ledit discours : « Briez n’a pas encore réparé la honte dont il s’est couvert en revenant d’une place confiée à sa défense après l’avoir rendue aux Autrichiens… Pour sauver la patrie il faut un grand caractère. De grandes vertus, il faut des hommes qui aient le courage de proposer des mesures fortes… Je vous ai promis la vérité tout entière, je vais vous la dire ; dans cette discussion la convention n’a pas montré toute l’énergie qu’elle aurait dû… eh bien ! je vous le déclare, celui qui était à Valenciennes lorsque l’ennemi y est entré n’est pas fait pour être membre du comité de salut public. Je ne serai point d’un comité dont un tel homme ferait partie » .

La présente prise de position vis-à-vis du regroupement dont monsieur BONZI a fait cas n’a nullement la prétention de susciter un débat stérile. Cependant, nous ne pourrons nous empêcher de nous interroger sur la connaissance du vécu quotidien de notre Peuple par les initiateurs dudit regroupement. Autrement dit nous sommes en droit de nous demander si ses auteurs sont au Burkina Faso.

C’est pourquoi, nous recommandons la plus haute prudence et la plus grande vigilance aux dirigeants du R14 en général et à ceux du FFS, du PDP/PS et de l’UNIR/MS dans la province du Mouhoun en particulier, face à l’OBU et à l’ADF/RDA.

En d’autres termes, nous avons l’intime conviction que celles-ci ne sont pas dignes de faire partie du R14. De grâce ! Evitez de dévoyer le R14 par la cohabitation avec des partis champions dans la pratique de la politique de l’eau boueuse. Ce sont justement de tels partis qui noyautent toujours les organisations réellement radicales aux fins de les discréditer et finissent par les liquider à jamais.

Alors, que le R14 se départisse dignement de tels partis pour continuer à mériter la confiance légitime et entière de notre peuple. Car aujourd’hui, le peuple burkinabè, le vaillant peuple du Burkina Faso, a véritablement foi en la capacité d’unité du R14. C’est pourquoi, il l’a effectivement soutenu à la maison du Peuple de Ouagadougou le 15/05/04 en y assistant massivement à sa rencontre historique.

C’est toujours dans cette perspective que des voix sincères se sont déjà élevées, que d’autres s’élèvent encore et que certaines s’élèveront toujours pour le soutenir et l’orienter.

Aujourd’hui, les faits ont fini de prouver que le R14 dans sa composition actuelle est capable de poser les bases objectives à même de créer une véritable unité de l’opposition radicale.

Que les simples d’esprit se détrompent . Nous ne sommes point contre l’unité de l’opposition radicale, au contraire nous sommes foncièrement contre les prétendus opposants qui s’opposent des pieds et des mains à une véritable unité de l’opposition radicale (cf. "Opposition burkinabè : quelle stratégie pour être porteuse d’espoir d’une véritable alternance démocratique" dans l’Observateur Paalga des lundis 31/05/04 et 07/06/04 et dans Le Pays du mercredi 02/06/04 et du jeudi 10/06/04).

A la lumière de ce qui précède, nous voudrions lancer solennellement un vibrant appel à tous les militants sincères du R14 à se départir de toute attitude et de tout acte susceptibles de compromettre les chances de succès d’une véritable unité de notre opposition véritable pour une réelle humanisation de notre société. Et nous invitons le R14 à faire désormais sien le discours hautement patriotique de Maximilien de ROBESPIERRE de septembre 1793 à la Convention française.

NABALOUM Bruno Bauer (nabaloum_bruno@yahoo.fr)
Sidwaya

Newton Ahmed Barry : « Si je devrais être un mort de (...)
Sécurité au Burkina : Me Hermann Yaméogo rappelle le délai (...)
Violences basées sur le genre : Elles peuvent prendre (...)
Pillage du magasin de la SONAGESS à Arbinda : Le (...)
Néo-Sankarisme et panafricanisme : Des défis majeurs au (...)
Renaissance africaine : L’écrivain Hassane Baadhio rend (...)
Burkina Faso :L’ex-députée ALT Adja Zarata Zoungrana (...)
Le Mouvement M30 Naaba Wobgo à l’Union européenne : « (...)
Mobilisation et contribution citoyennes : Faisons (...)
Sauvegarde et restauration du territoire burkinabè : (...)
Propos du Premier ministre sur l’insuffisance de (...)
Rencontre du président de la transition avec la classe (...)
Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : En toute conscience
Burkina : Pour « un peuple de convaincus et non un (...)
Tribune : Face à l’insécurité alimentaire mondiale, la (...)
Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un (...)
La CCP/BF au capitaine Ibrahim Traoré : « Pour éteindre (...)
Burkina : La place de la réconciliation nationale et de (...)
Burkina Faso : « Une justice à deux putschs deux mesures (...)
Burkina : Le président Ibrahim Traoré invité à s’attaquer (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5166



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés