Actualités :: VIE DES PARTIS : l’UDPI après Dongo Longo

L’Union des démocrates et progressistes indépendants (UDPI),
après avoir fait le deuil de son président revient sur le devant de la scène à travers cette déclaration et la mise en place d’un nouveau bureau.

C’est presque une lapalissade aujourd’hui d’affirmer que le
monde traverse une zone de haute turbulence socio-politique.
Guerres, charniers, coups d’Etat, attentats, assassinats,
meurtres, constituent les maîtres mots du vocabulaire macabre des médias nationaux et internationaux.

Au plan national, trois événements majeurs défrayent la
chronique et se disputent l’extrême gravité : il s’agit, par ordre chronologique, de la tentative présumée de putsch révélée par le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, le 7 octobre 2003, de l’assassinat dans son bureau le 17 octobre de Paré Bibagui Tidiane et de la présumée tentative d’agression du directeur de publication de l’Indépendant.

En vertu de son attachement aux principes démocratiques et à
la république, l’Union des démocrates et progressistes
indépendants rejette toute idée de prise de pouvoir autrement que par la voie des urnes, voie du peuple et expression par excellence de la volonté populaire. Par conséquent, notre parti déplore et condamne cette tentative de remise en cause de notre processus démocratique, certes encore perfectible, mais comportant des acquis indéniables. C’est bien aussi l’occasion de rappeler au pouvoir en place, au regard de la liste des présumés putschistes qui comporte d’anciens loyaux serviteurs du Conseil, la nécessité de recaserner tous les militaires de ce lieu mille fois sinistre dont les occupants sortent presque
toujours conditionnés et frustrés.

C’est surtout le moment d’appeler le pouvoir de la quatrième
république à une véritable démocratisation de la vie politique en lieu et place de la démocratie - accordéon qu’on nous a servie jusqu’à présent : on avance d’un pas et on recule de deux.
Comment comprendre autrement cette proposition de loi du
CDP pour la révision du code électoral présent qui attend tout au moins de faire les preuves de son inefficacité et qui est surtout un acquis important de la lutte du peuple déclenchée après le drame de Sapouy ?

Enfin, notre parti attend que les présumés coupables soient
jugés, conformément à la loi et que seulement le droit soit dit.
L’assassinat de Paré Bibagui Tidiane, un haut cadre de l’Etat, le 17 octobre 2003, vient nous rappeler s’il en était besoin, la précarité de notre situation sécuritaire nationale. L’UDPI condamne énergiquement cette ignominie criminelle et exige du pouvoir que les assassins et leurs commanditaires soient retrouvés et sanctionnés à la hauteur de leur forfait.
L’UDPI tient à adresser son soutien et ses encouragements au
directeur de publication de l’Indépendant qui, dans la nuit du 23 au 24 octobre 2003, a été la cible d’une tentative d’agression, voire d’assassinat par un individu non identifié.

Pour l’UDPI, les faits sont suffisamment graves et notre parti tient le pouvoir responsable de toute catastrophe qui
surviendrait au journal l’Indépendant, ce qui, signifierait une recrudescence de la crise latente avec une issue incertaine pour notre pays.
Par ailleurs, le parti attire l’attention du gouvernement sur la paupérisation croissante des masses populaires, l’exacerbation des fléaux sociaux (SIDA, criminalité, drogues, délabrement du système éducatif, etc.) et l’absence ou l’inadaptation de la riposte gouvernementale. Pour le gouvernement de Ernest Paramanga Yonli, le terme "Lutte contre la pauvreté’ n’est que la mode et les actions sur le terrain ne sont rien d’autre que du spectacle : les producteurs de coton attendent des pistes pour transporter leur récolte, les patients atteints de Sida attendent
encore des médicaments pour leurs soins, les nouveaux-nés
des maternités attendent des vaccins prévus à cet âge, les
nombreux diplômés du pays sont encore en vaine quête
d’emploi..., et la ménagère attend les fruits de la croissance dans son panier.

Au niveau international, la situation en Côte d’Ivoire reste
préoccupante et l’assassinat de Jean Hélène, correspondant
permanent de Radio France Internationale (RFI) le 20 octobre
2003, met à nu une fois de plus la nature hideuse et xénophobe du pouvoir en place dans ce pays voisin. Pour ce qui nous concerne, notre parti rappelle au gouvernement burkinabè, son devoir de protéger, partout où ils se trouvent, et en particulier en Côte d’Ivoire, les Burkinabè et leurs intérêts. Nous lançons un appel à la communauté internationale et particulièrement à la France, afin que toutes les dispositions soient prises pour permettre l’application effective des accords de Linas-Marcoussis qui, à notre avis, constituent une porte de sortie de crise et pour le retour de la paix en Côte d’Ivoire.

L’Union des Démocrates et Progressistes Indépendants
constate l’embourbement des forces de la coalition
Américano-britannique en Irak et découvre, chaque jour avec
horreur, les pertes humaines et matérielles qu’occasionne cette guerre décidée en dépit de l’opposition de la communauté internationale représentée par l’ONU. Il est une constante aujourd’hui qu’une guerre ne se gagne pas seulement par la supériorité militaire d’un des belligérants. Notre parti réaffirme son attachement à la paix dans le monde et sa confiance en la négociation et aux compromis diplomatiques comme le meilleure moyen pour y parvenir. L’UDPI condamne toute décision de frappe préventive en dehors des instances internationales et appelle les Etats Unis à se retirer sans délai de l’Irak et de placer ce pays sous la tutelle des Nations Unies pour assurer une transition rapide vers l’autodétermination du peuple irakien.

Fait à Ouagadougou, le 6 octobre 2003


Le nouveau bureau de l’UDPI

A l’issue d’un congrès extraordinaire tenu le 6 novembre au
domicile de son défunt président, l’UDPI a mis en place un
nouveau bureau que voici :

Secrétaire général : Somda Manoubome Joseph

Secrétaire général adjoint : Sia Koudougou P.

Secrétaire aux affaires politiques : Ouéna Timbono

Secrétaire aux affaires politiques adjoint : Korabié Nahiré

Secrétaire à l’Organisation : Sanfo Ousmane

Secrétaire adjoint à l’organisation : Ouéna Ouinzouré

Secrétaire aux Finances : Nana Pierre

Secrétaire adjoint aux Finances : Somda Bertrand

Secrétaire aux relations extérieures : Sia Zoubiré Patrice

Secrétaire adjoint aux relations extérieures : Nikiéma Soanga

Secrétaire à la mobilisation féminine : Ganou Rasmata

Secrétaire adjointe à la mobilisation féminine : Dera Asséta

Secrétaire à la jeunesse : Ouédraogo Assane

Secrétaire adjoint à la jeunesse : Somé D. Alfred

Secrétaire aux droits humains : Abavri Akodianga

Secrétaire adjoint aux droits humains : Boua Stéphane

Secrétaire à l’Environnement : Somda Urbain

Secrétaire adjoint à l’Environnement : Tapsoba Issouf

Secrétaire aux questions paysannes et ouvrières : Ido N. Nader

Secrétaire adjoint aux questions paysannes et ouvrières : Ouéna Douko

Secrétaire aux Sports et loisirs : Sabo Mamadou

Secrétaire adjoint aux sports et loisirs : Somé Y. Roland

Secrétaire aux affaires coutumières et religieuses : Compaoré D. Mathurin

Secrétaire adjoint aux affaires coutumières et religieuses :
Compaoré Georges

Secrétaire à la Communication : Somda Florentin

Secrétaire adjoint à la Communication : Ouédraogo Ousséni

Secrétaire à l’Action sociale : Longo Augustine

Secrétaire adjoint à l’Action sociale : Sia Yamga

Conseil des ministres : La convocation du corps (...)
Arrestation de Jean-Claude Bouda : Le RENLAC exprime sa (...)
Journée mondiale de l’Afrique : « Personne ne viendra unir (...)
Situation sécuritaire dans le Centre-Nord : L’UPC tire la (...)
Burkina : L’ex- ministre de l’énergie, Alfa Oumar Dissa, (...)
Politique : La création d’un parti politique par le Dima (...)
Politique : Le parti « Notre cause commune » déclare son (...)
Situation nationale : « La tension est à son comble », (...)
Situation de la nation : Tous face à la réalité de (...)
Politisation de l’administration : L’opposition exige le (...)
Burkina : Voici l’intégralité du discours du Premier (...)
Situation nationale : « Le peuple a remporté des (...)
Assemblée nationale : Le Premier ministre Christophe (...)
Eddie Komboïgo et le CDP à l’épreuve de la démocratie
Candidature du CDP à la présidentielle : Mahamadi Kouanda (...)
Législatives de 2020 : « Nous inviterons les jeunes à (...)
Education : Si rien n’est fait, « nous allons droit vers (...)
Burkina Faso : Pourquoi ces tâtonnements au sommet de (...)
Présidentielle de 2020 : Des Ouagalais se prononcent sur (...)
CDP : Eddie Komboïgo élu candidat du parti à la (...)
Ministère de l’intégration : Le CASEM dresse le bilan du (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10374



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés