Actualités :: Situation nationale : L’UNDD affûte ses armes à Koudougou
H. Yaméogo

Deux actes ont marqué la sortie de l’Union nationale pour la
démocratie et le développement (UNDD) à Koudougou. Un
meeting avec les militants au palais Maurice Yaméogo et une
rencontre avec la presse à l’hôtel Toulourou. A toutes ces
rencontres, les questions brûlantes de la vie politique nationale
ont été abordées.

Accord de Marcoussis, le vote dans la sous-région, le
terrorisme, la candidature de Blaise Compaoré aux
présidentielles de 2005, la tentative présumée de putsch, la
révision du Code électoral, l’opposition etc. ont été les sujets
évoqués au cours de cette sortie politique.

Pour la question sur Marcoussis, le président Hermann
Yaméogo a dit être beaucoup préoccupé par le volet
économique de l’accord. En effet, selon Hermann Yaméogo, dans l’accord de
Marcoussis, il avait été prévu la promotion des pôles
économiques dans la sous-région. Ceci dans le but de limiter
les flux migratoires vers la Côte-d’Ivoire. Cette politique
économique devrait être financée par la communauté des
bailleurs de fonds.

Si cette politique économique des accords de Marcoussis
venait à être réalisée, le Burkina Faso bénéficiera de fonds
nécessaires pour le développement de certains secteurs
économiques du pays, créer de l’emploi et du coup lutter contre
la pauvreté. Cette politique selon le président de l’UNDD sera la
solution pour limiter le départ des Burkinabè vers les terres
ivoiriennes.

Me Hermann dit ne pas comprendre que depuis l’application
des accords de Marcoussis, on ne s’intéresse uniquement que
du volet résolution du conflit en oubliant le domaine
économique.
Pour attirer donc l’attention de certaines personnes sur cet
aspect, Me Hermann Yaméogo dit avoir entrepris une tournée
dans les chancelleries. Son objectif, parvient la convocation
d’une conférence sous-régionale sur le sujet.

Pour les présidentielles de 2005, le président de l’UNDD pense
que Blaise Compaoré ne peut pas se présenter. La raison
selon lui est que depuis toujours le Burkina Faso a opté pour la
limitation des mandats. Et c’est l’esprit selon lui qui a prévalu à
l’écriture de la constitution de la IVe République.

Il n ’y a donc pas de raison selon Hermann Yaméogo que les
députés CDP fassent changer l’article et veuillent que le
président Blaise Compaoré se présente une troisième fois. Me
Yaméogo a dit être confiant parce que pour une fois au moins
les partis de l’opposition pourront mettre en place une stratégie
pour les batailles de 2005.

Depuis un certain temps, on parle beaucoup d’insécurité au
Burkina Faso. Le fautif selon Me Hermann Yaméogo, c’est le
régime en place. C’est lui qui a entraîné le pays dans de
nombreux conflits dans la sous-région. Ce qui a entraîné la
prolifération des armes au Burkina et la conséquence est ce à
quoi que nous assistons aujourd’hui.
La solution réside dans l’instauration d’une police de proximité
et d’une politique de sécurité interrégionale.

En ce qui concerne la gestion de la commune de Koudougou
par son parti, les hommes de presse lui ont dit qu’on ne le sent
pas dans cette gestion. Et Hermann Yaméogo de répondre "Je
n’ai pas à m’impliquer dans la gestion du conseil municipal . J’ai
un maire et des conseillers qui peuvent bien faire le travail et j’ai
confiance en eux. Il faut, a-t-il ajouté, encourager les partis de
l’opposition qui ont en charge, la gestion des communes parce
que ce n’est pas facile pour eux à cause des hostilités.

La solution d’ailleurs des communes, dit-il, réside dans la vraie
décentralisation avec réellement un transfert de fonds. La
contribution des hommes politiques peut venir en apport sur la
réflexion des grands problèmes de la région.

Sur le putsch manqué, Me Hermann Yaméogo pense que cela
est dû à la crise que vit l’armée burkinabè. Il faut régler les vrais
problèmes que vit l’armée (inégalité et injustice chez certains
hommes) et tout rentrera dans l’ordre.

Noraggo Paul HIRY
Le Pays

Situation nationale : Yeli Monique Kam invite les (...)
Résidence surveillée de Roch Kaboré : « Nous qualifions la (...)
Burkina : « Nous n’allons pas surfer sur la détresse des (...)
Burkina : « Depuis le 24 janvier 2022, nous avons reculé (...)
100 jours du président Damiba : « La transition n’aura (...)
Roch Kaboré en résidence surveillée : « Le MPP s’élève (...)
Succès Masra, leader politique tchadien : « Plus jamais, (...)
Insécurité au Burkina : « Juger le MPSR en l’espace de 100 (...)
Transition au Burkina : Le chef de l’Etat demande (...)
Politique : Démissionnaire de l’UPC, Rabi Yaméogo dépose (...)
Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la (...)
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le (...)
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin (...)
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo (...)
Burkina Faso : Le président Damiba s’oppose à un (...)
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri (...)
Rémunération des ministres au Burkina : Quand la mauvaise (...)
Immersion au sein des forces de défense et de sécurité : (...)
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri (...)
Libération de Roch Kaboré : Le MPP ne lâche pas le (...)
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11697

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés