Actualités :: Le président du Faso en Allemagne : une coopération plus dynamique et (...)

Du 9 au 13 mars 2004, le président du Faso, Blaise Compaoré - à la tête d’une forte délégation - était en visite officielle en République fédérale d’Allemagne. Avec ce pays, le Burkina Faso entretient des relations d’amitié et de coopération vieilles de plus de quatre décennies. Cette coopération embrasse divers domaines de la vie politique, économique et sociale. C’est dans la perspective de donner une dynamique continue, exemplaire et fructueuse à cette amitié et à cette coopération germano-burkinabè que se situe la visite du président du Faso en Allemagne.

Entre la République fédérale d’Allemagne et le Burkina Faso, il existe une estime réciproque à même de maintenir et d’entretenir une coopération institutionnelle et décentralisée toujours dynamique et bénéfique, dans l’intérêt des deux pays. C’est la conviction que nous avons, au regard de l’accueil et de la sympathie réservés au président du Faso et à sa délégation en République fédérale d’Allemagne et surtout de la pertinence et de la convergence des vues sur les domaines prioritaires des performances de la coopération bilatérale et sur les grandes questions internationales.

Le programme de la visite officielle n’était pas de tout repos. Et cela en valait bien la peine !

A Berlin où le président du Faso a débuté sa visite officielle (du 10 au 11 mars 2004), il a eu des rencontres et des entretiens avec des autorités et personnalités politiques. Avec le président fédéral de la République allemande, Johannes Rau, le président du Faso s’est entretenu au château de Bellevue sur les grandes orientations à donner à la coopération germano-burkinabè aussi bien au plan institutionnel que décentralisé, afin d’améliorer ses performances et ses mérites.

Pour son invitation en Allemagne, le président du Faso a témoigné toute sa reconnaissance et sa gratitude au président Rau et formulé ses souhaits ardents pour une Allemagne toujours plus grande et ouverte sur l’Afrique.

Au Bundestag (parlement allemand) où il s’est rendu, le président du Faso a eu un entretien avec le président de cette institution, Wolfgang Thierse. Entre le Bundestag et le parlement burkinabè, il existe une expérience de relations et d’amitié qui se manifestent à travers des visites d’échanges et de travail entre parlementaires allemands et burkinabè, des appuis en équipements informatiques, des opportunités de formation... Au parlement burkinabè, le Groupe d’amitié avec l’Allemagne sous la conduite du député Moussa Boly est très actif. Ce Groupe d’amitié, de concert avec les autres groupes d’amitié avec l’Allemagne du continent et d’Europe a en projet l’organisation d’une grande rencontre pour discuter des conflits en Afrique et surtout des solutions appropriées pour les éviter. L’existence du Groupe d’amitié Burkina-Allemagne a permis d’intéresser des municipalités allemandes à celles burkinabè. Ce qui a abouti à la construction d’écoles, de forages, de barrages, de centres de santé, à la dotation de structures sanitaires en médicaments, en énergie solaire...

La visite du président du Faso au Bundestag a été l’occasion pour Blaise Compaoré et Wolfgang Thierse d’échanger sur les expériences que les parlements burkinabè et allemand peuvent s’offrir en partage.

Au Cercle parlementaire allemand, le président du Faso s’est entretenu avec des représentants de la Fondation allemande pour l’Afrique. Là, il a été surtout question des grandes interrogations et préoccupations qui se posent à l’Afrique ou que l’Afrique pose (les conflits, les démocraties au rabais, les famines, les gouvernances sous perfusion, les unions et autres fusions ratées...).

Ont été également évoqués, les énergies et les efforts sans cesse consentis pour un devenir plus radieux du continent africain. La vision du partenariat exemplaire et fructueux que la Fondation allemande pour l’Afrique nourrit pour le continent est largement partagée par le président du Faso : "L’Afrique n’a pas besoin de bienfaiteurs mais de partenaires".

Toujours dans la série des entretiens, le président du Faso a reçu à son hôtel le ministre fédéral des Affaires étrangères, Joschka Fischer, député au Bundestag. Du Burkina Faso, le diplomate allemand a une appréciation positive : "Les relations entre l’Allemagne et le Burkina sont très bonnes. Depuis de nombreuses années, nous nous sentons très proche du Burkina Faso. Dans le cadre des possibilités qui sont les nôtres, nous allons essayer de développer davantage nos liens de coopération".

Pour ce qui est de la lutte engagée par la coalition Burkina-Mali-Niger-Tchad pour la suppression des subventions aux producteurs de coton du Nord, Joschka Fischer a réaffirmé la volonté et la détermination de son pays à chercher au sein de l’Europe et dans les meilleurs délais les solutions appropriées.

La Coopération économique étant un volet essentiel des relations entre la République fédérale d’Allemagne et le Burkina, le président Compaoré a eu un entretien avec le ministre fédéral de la Coopération économique et du développement, Heidemarie Wieczorek, députée au Bundestag. Ensemble, ils ont procédé à l’examen des relations entre le Burkina et l’Allemagne au plan économique et surtout dégagé les pistes pour une coopération plus dynamique pour la fierté des deux peuples et des gouvernements. Dans sa coopération avec le Burkina, l’Allemagne privilégie trois pôles d’intervention : la promotion de la démocratie, de la société civile, de l’administration publique ; l’agriculture, la gestion de l’eau et de l’assainissement ; la lutte contre la pauvreté, la promotion de la participation des femmes et des jeunes au développement et la lutte contre le Sida. L’aide bilatérale totale depuis une quarantaine d’années de coopération se chiffrait en fin 2003 à plus de 425 milliards de FCFA.

Avant de se rendre à Brême, deuxième étape de sa visite officielle en République fédérale d’Allemagne, le président du Faso a eu également des entretiens avec le ministre de la Justice et des Affaires européennes, Barbara Richstein, avec le Bourgmestre, chef du gouvernement du Land de Berlin, Klaus Wowereit, avec Norbert Lammert, vice-président de la Fondation Konrad Adenauer. Il a également rencontré la communauté burkinabè en Allemagne et animé des conférences à l’intention de la presse allemande et des correspondants de la presse étrangère en Allemagne. Sur ces différents points, nous y reviendrons dans nos prochaines éditions ainsi que sur l’étape de Brême, cette ville commerciale d’Allemagne.

Sita TARBAGDO
Sidwaya

Burkina/MPP : Le devoir de reconnaissance des militants (...)
Burkina/vie politique : « Celui qui veut partir au MPP (...)
Burkina : Lever de rideau sur le deuxième congrès (...)
Processus de réconciliation au Burkina : La coordinatrice-rés
MPP-UNIR/PS : « Ce n’est pas parce que nous sommes des (...)
Burkina/CDP : Une conférence de presse des jeunes dans (...)
Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas (...)
IIe congrès extraordinaire du MPP : La succession à Roch (...)
Situations en Guinée et au Mali : Le groupe parlementaire
Burkina : « Celui qui prend le pouvoir en ce moment-là (...)
Simon Compaoré au sujet du président Roch Kaboré : « Pas (...)
Burkina/sécurité : Le parti au pouvoir exhorte à éviter (...)
Burkina/vie politique : Le MPP a enregistré 1 964 (...)
Crise au Mouvement Agir ensemble pour le Burkina : (...)
Commune de Kouka (Boucle du Mouhoun) : Les militants du (...)
Organisation des élections au Burkina : Les membres de (...)
Burkina/Rencontre Etat-ONG-AD et fondations : L’équation (...)
Burkina/politique : Des militants du "Mouvement agir (...)
Burkina/CDP : L’ancien Premier ministre Luc Adolphe Tiao (...)
Assemblée nationale du Burkina Faso : Une nouvelle (...)
Politique au Burkina : Bluff de l’opposition ou (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11298



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés