Actualités :: Manifestations de commerçants : "conspiration" pour le pouvoir, "répression" (...)

Deux partis d’opposition ont "condamné avec fermeté" lundi les violents heurts qui ont opposé la semaine dernière à Ouagadougou des commerçants et la police. "L’UNDD (Union nationale pour la démocratie et le développement) condamne ces méthodes barbares que le pouvoir a choisi d’adopter pour régler les différends politiques et sociaux" et "exprime sa solidarité active avec des commerçants victimes de cette agression injustifiée", déclare ce parti dans un communiqué.

"Les excès constatés sont la conséquence de la politique d’accaparement qui a toujours conduit le pouvoir à investir les secteurs jugés +juteux+, à des fins électoralistes", poursuit l’UNDD, dont un des militants, Nama Louis, soupçonné d’être un complice des manifestants, a été arrêté dimanche par la police.

"Il est malheureux de constater qu’une assemblée d’explication ait été réprimée avec une violence inouïe", regrette de son côté le Rassemblement des écologistes du Burkina (RDEB), demandant "au président (Blaise) Compaoré d’expérimenter désormais les vertus du dialogue" à la place de "la violence".

Mais le parti au pouvoir, la Convention pour la démocratie et le progrès (CDP), a dénoncé quant à lui dans un virulent communiqué "une tentative de déstabilisation de la république décidée par des politiciens apatrides".

"Pendant que les pouvoirs publics cherchaient des solutions, des politiciens sans scrupules tentaient de tirer profit de la situation", déclare le CDP, qui accuse ces "politiciens apatrides" d’avoir "monté dans l’ombre grâce à des financements occultes une conspiration politique en infiltrant le milieu commerçant".

La Chambre de commerce du Burkina a condamné "les actes de vandalisme" enregistrés lors des manifestations de vendredi et "invite l’ensemble des opérateurs économiques à se démarquer de tels mouvements anarchiques".

Selon la police, 75 personnes, dont cinq dirigeants des commerçants et un opposant, ont été arrêtées et sont détenues dans ses locaux .

Deux policiers ont été blessés lors des manifestations qui ont touché vendredi différents quartiers de Ouagadougou.

Les heurts ont fait "plusieurs dizaines de blessés" côté manifestants, selon de source hospitalière contactée par l’AFP depuis vendredi et "six dont un amputé du pied gauche", d’après la télévision publique.

Lundi, le calme est revenu à Ouagadougou où aucun incident n’était signalé.

AFP

Assemblée nationale : La 7e Législature rend hommage à (...)
Burkina Faso : « Il faut une réconciliation au niveau de (...)
« Roch Kaboré a réhabilité Thomas Sankara sur tous les (...)
Législatives 2020 : Le tribunal administratif invalide (...)
Politique : L’Alliance pour la défense de la patrie veut (...)
Promesse de réconciliation nationale de Roch Kaboré : « (...)
Affaire Sankara : Ça avance au Burkina, ça traine en (...)
Volonté du président Roch Kabore à aller à la réconciliation :
Législatives de 2020 au Burkina : Le tribunal (...)
Elections législatives 2020 au Burkina : Le NDI coache (...)
Elections couplées de 2020 au Burkina : L’UPC forme ses (...)
Recours contre des articles modificatifs du code (...)
Elections de 2020 au Burkina : Des journalistes à (...)
Réconciliation nationale : « Nous allons régler la (...)
Intention du président Kaboré sur l’éventuel retour de (...)
Code électoral 2020 : Le Conseil constitutionnel examine (...)
Assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons : Le (...)
Thomas Sankara : Le président Kaboré évoque un « espoir (...)
Législatives de 2020 au Burkina : Des femmes candidates (...)
Burkina : « Je n’ai aucune haine contre Zephirin Diabré (...)
Bobo-Dioulasso : Le mouvement "The Roch label" lance sa (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 10668

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés