Actualités :: Burkina Faso : Environ 63,9% des enfants travaillent sur décision de leurs (…)

À l’occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, célébrée chaque 12 juin, il est essentiel de mettre en lumière les défis persistants et croissants liés à cette problématique mondiale. Le rapport récemment publié par la coalition Joining Forces Alliance (JOFA) sur la situation du travail des enfants au Burkina Faso, dans les régions du Centre-nord et du Centre apporte une contribution significative à cette discussion. Les résultats de cette étude, menée en août 2023, révèlent des données préoccupantes et offrent des pistes de réflexion et d’action pour améliorer les conditions de vie des enfants dans ces régions.

L’étude de la coalition Joining Forces Alliance réalisée dans le cadre de la mise en œuvre du projet Joining Forces for Africa : Agir contre le travail des enfants (JOFA-ACTE), souligne que la prévalence du travail des enfants reste élevée dans les régions ciblées au Burkina Faso.

Selon le rapport de l’étude, 51,4% des enfants âgés de 5 à 17 ans y sont engagés dans des activités de travail. Cette situation est particulièrement critique dans la région du Centre-nord, où 50,6% des enfants travaillent, avec une légère majorité de filles (52,4%). La région du Centre quant à elle, affiche des chiffres similaires, avec 52,2% des enfants impliqués dans le travail, répartis de manière presque égale entre les sexes (49,3% de filles et 50,7% de garçons). Ces statistiques montrent que plus de la moitié des enfants de ces régions sont privés de leur enfance et des opportunités de se développer dans un environnement sûr et éducatif.

Les causes sous-jacentes

Les raisons qui poussent ces enfants à travailler sont multiples et souvent liées. La pauvreté extrême et l’insécurité constituent les principaux moteurs de ce phénomène. Les conditions économiques précaires des familles forcent souvent les enfants à entrer sur le marché du travail à un âge très jeune. L’étude révèle qu’environ 63,9% des enfants travaillent sur décision de leurs parents, tandis que 37,9% le font pour aider directement leur famille. Ces chiffres mettent en évidence la nécessité cruciale d’interventions économiques ciblées pour soutenir les familles vulnérables et améliorer les conditions de vie dans ces régions.

La pauvreté et l’insécurité ne sont pas seulement des déclencheurs du travail des enfants mais aussi des obstacles à leur éducation. En l’absence de moyens financiers suffisants, les familles ne peuvent souvent pas se permettre de scolariser leurs enfants, les obligeant à choisir entre survie immédiate et éducation à long terme. Cela crée un cercle vicieux où la pauvreté engendre le travail des enfants qui, à son tour, perpétue la pauvreté en privant les enfants d’une éducation adéquate.

Graphique montrant les principales raisons du travail des enfants

Les conditions de travail des enfants

Pour ce qui est des conditions de travail, les enfants ont très peu de temps de repos sur leurs lieux de travail. En effet, le temps moyen de travail est de 10 heures par jour. Les enfants ont souvent juste le temps de s’alimenter. Les enfants travailleurs sont aussi exposés à plusieurs dangers et violences : 276 enfants enquêtés déclarent la fatigue comme étant le premier danger ou la première violence qu’ils subissent dans le cadre du travail. Les blessures sont en second plan après la fatigue, car 202 enfants l’identifient avec 43% des enquêtés contre 11% au Centre-nord. D’autres causes comme la maltraitance, les violences corporelles, les maladies, le non-paiement des salaires ou marchandises existent mais faiblement évoquées.

L’accès à l’éducation : un défi majeur

L’accès limité à l’éducation et à la formation professionnelle aggrave la situation. Si l’étude montre que seulement 28,1% des filles des régions du Centre-nord et du Centre ont un meilleur accès à l’éducation, elle souligne particulièrement une situation légèrement meilleure dans le Centre-nord avec un taux de 37,2%. En revanche, le taux global d’accès à l’éducation pour les garçons est de 23,6%. Ces données révèlent des disparités significatives qui nécessitent des interventions pour garantir que tous les enfants, indépendamment de leur sexe, puissent bénéficier d’une éducation de qualité.

Renforcer l’accès à l’éducation est essentiel pour réduire le taux de travail des enfants. Des initiatives telles que la construction de nouvelles écoles, l’amélioration des infrastructures existantes et la fourniture de matériel pédagogique peuvent jouer un rôle crucial. De plus, des programmes de soutien financier pour les familles les plus démunies peuvent encourager les parents à envoyer leurs enfants à l’école plutôt que de les faire travailler.

Recommandations et pistes d’amélioration

Le rapport de la coalition Joining Forces Alliance propose plusieurs recommandations pour améliorer la situation des enfants dans ces régions. Tout d’abord, il interpelle sur la nécessité de renforcer les infrastructures éducatives pour garantir un accès équitable et de qualité à l’éducation pour tous les enfants. Cela inclut la construction de nouvelles écoles, la réhabilitation des établissements existants, et l’amélioration des conditions d’enseignement.

Ensuite, il suggère de sensibiliser les communautés sur les droits des enfants et les conséquences néfastes du travail de ceux-ci. Des campagnes de sensibilisation peuvent ainsi aider à changer les mentalités et à encourager les familles à prioriser l’éducation de leurs enfants.

Le présent rapport relève aussi que des interventions économiques ciblées sont nécessaires pour soutenir les familles vulnérables. Ce qui pourrait réduire la pauvreté, et par conséquent, le besoin pour les enfants de travailler.
Enfin, il indique être essentiel de renforcer la législation et de veiller à son application rigoureuse. Des lois plus strictes sur le travail des enfants, accompagnées de mécanismes de surveillance efficaces, peuvent contribuer à réduire le taux de travail des enfants.

Le rapport de la coalition Joining Forces Alliance met en lumière la gravité de la situation du travail des enfants dans les régions du Centre-nord et du Centre du Burkina Faso. À travers ces résultats, il appelle à des actions concertées pour améliorer les conditions socio-économiques des familles, renforcer les infrastructures éducatives et sensibiliser les communautés sur les droits des enfants.

En cette Journée mondiale contre le travail des enfants, il est crucial de rappeler que chaque enfant a droit à une enfance libre de travail, remplie d’apprentissages et de jeu. Les efforts pour éradiquer le travail des enfants doivent être intensifiés, car ils sont essentiels pour construire un avenir où chaque enfant peut réaliser son plein potentiel.

Hamed Nanéma
Lefaso.net

𝗣𝗿𝗲𝗺𝗶è𝗿𝗲 𝘀𝗲𝘀𝘀𝗶𝗼𝗻 𝗱𝘂 𝗖𝗦𝗠 : L𝗲 𝗽𝗿é𝘀𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁 𝗲𝘁 𝗹𝗲 𝘃𝗶𝗰𝗲-𝗽𝗿é𝘀𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁
Éducation : Le Collège Privé Protestant de Ouagadougou (…)
Dédougou : Des kits de production offerts à des (…)
Mutation des parcelles : « Les citoyens qui ne sont pas (…)
Burkina/Justice : Les membres du Conseil supérieur de la (…)
Burkina/Chirurgie cardiaque : 100 millions de FCFA de (…)
Burkina Faso : Jeannine Nafissatou Nignan, l’ingénieure (…)
Burkina : « Les femmes et les filles doivent s’impliquer (…)
Burkina/ Santé : La Chine fait un don d’une valeur de 34 (…)
Burkina/Journée mondiale de la migration des poissons : (…)
Burkina/8e journée africaine de la lutte contre la (…)
Indice de développement humain : Le PNUD appelle à (…)
Burkina/Promotion du vivre-ensemble : Des jeunes et des (…)
ASCE-LC/Journée africaine de lutte contre la corruption (…)
Burkina/Lutte contre la rage : « La sensibilisation à (…)
Burkina/8e journée africaine de la lutte contre la (…)
Santé/CHR de Dori et de Gaoua : Qui sont les nouveaux (…)
Protection des enfants : Le comité de pilotage du projet (…)
Grand rattrapage vaccinal : « Un enfant protégé, c’est (…)
Conseil régional du Centre-ouest : La délégation (…)
Burkina/Justice : Me Guy Hervé Kam finalement libre

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés