Actualités :: Burkina/Développement : Le Comité de pilotage de la politique nationale (…)

La session annuelle de la politique nationale de développement se tient ce mardi 6 juin 2023, sous le thème « Quel bilan de la mise en œuvre du plan d’action pour la stabilisation et le développement en 2022 ? »

Selon le Premier ministre burkinabè Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, cette rencontre vise à examiner et à adopter le projet de rapport de performance enregistrée en 2022 dans la mise en œuvre de la politique nationale de développement, à travers l’exécution du plan d’action pour la stabilisation et le développement.

Il s’agit pour cette session du comité national de pilotage d’identifier les difficultés majeures et de dégager les perspectives pour la période 2023-2025 ; de prendre des décisions au regard des recommandations formulées par le comité technique national, en sa session du 28 avril 2023.

Apollinaire Joachimson Kyelem de Tambela, Premier ministre burkinabè

Au titre des recommandations, le comité national de pilotage suggère de poursuivre les efforts de sécurisation du territoire, de réinstallation des populations et des services de l’État ; de renforcer la sécurisation des investissements ; d’achever la réalisation des chantiers en cours pour soutenir la relance économique et améliorer le bien-être des populations ; d’accélérer la mise en œuvre des réformes entrant dans le cadre de la refondation de l’État ; de poursuivre les efforts de renforcement du dispositif de suivi évaluation à travers un meilleur fonctionnement des groupes thématiques, l’amélioration de la production statistique, le financement des CSD et la représentativité des différents acteurs aux instances.

Le comité national de pilotage suggère également de maintenir la dynamique de dématérialisation des procédures afin d’améliorer la productivité de l’administration et la compétitivité des services ; d’améliorer le financement privé et institutionnel du plan d’action pour la stabilisation et le développement, de renforcer la contribution des collectivités territoriales dans la mise en œuvre du plan d’action pour la stabilisation et le développement à travers l’amélioration des ressources transférées pour le financement de la décentralisation et le renforcement des capacités des délégations spéciales en vue d’exécuter efficacement les investissements sous leur maîtrise d’ouvrage.

Selon le ministre de l’économie, des finances, et de la prospective, Dr Aboubakar Nacanabo, après examen des résultats engrangés en 2022, il ressort qu’il y a eu beaucoup de performances réalisées mais encore des points sur lesquels il faut travailler davantage. Il y a un taux de 63% de réalisation ce qui est appréciable et qui montre aussi que l’on peut faire mieux dans tous les domaines.

Dr Aboubakar Nacanabo, ministre de l’économie, des finances et de la prospective

« Le plan d’action repose sur quatre piliers. Le premier pilier c’est sur les questions sécuritaires. Sur ces questions, vous pouvez constater qu’il y a des progrès qui sont réalisés mais il reste quand même un travail à faire sur le terrain, ce qui nécessite la mobilisation de tout le monde pour qu’on puisse avancer sur ce pilier. Le deuxième pilier c’est sur la réponse à la crise humanitaire. Là-dessus, le gouvernement fait beaucoup d’efforts en essayant d’acheminer des vivres aux déplacées internes, en essayant d’accompagner ces personnes déplacées internes et faire en sorte qu’elles puissent regagner leurs localités d’origine », a expliqué Dr Aboubakar Nacanabo.

Le troisième pilier qui porte sur la gouvernance a connu, continue-t-il, plusieurs réalisations mais il reste beaucoup à faire notamment sur la question de la gouvernance économique. Il faut notamment travailler davantage à relancer l’économie et à faire en sorte que les entreprises puissent continuer à apporter leur contribution au développement économique et social du Burkina Faso, dit M. Nacanabo.

« Le quatrième pilier, c’est la réconciliation nationale. La réconciliation c’est le résultat de toutes les actions que nous menons. Les actions menées dans les autres piliers vont concourir à une réconciliation. Pour cette année, des efforts ont été faits à travers l’instruction budgétaire pour prendre en charge les victimes de la crise », précise-t-il.

Carine Daramkoum
Lefaso.net

Santé : Le vaccin contre la rage a « un double rôle à la (…)
Soutenance de thèse de doctorat en médecine : Guy (…)
Célébration de l’an 6261 du calendrier Kamit : L’on (…)
Burkina/Enseignement supérieur : De nouveaux bacheliers (…)
Médiateur du Faso : Après la dissolution de l’institution,
Burkina/Centre-est : L’Agence belge de développement, (…)
Développement communautaire : Sur les traces des heureux (…)
Tracasseries routières : Les acteurs du transport (…)
Burkina/Police nationale : Jean Alexandre Darga est le (…)
Burkina : Le gouvernement prend un décret portant (…)
Région cotonnière de Dédougou : La Sofitex en forum de (…)
Burkina/Multiples cas de noyades : Les sapeurs pompiers (…)
Burkina/Enseignement supérieur : Les étudiants de l’ISSP (…)
Le Management des Non-Conformités, le Défi de la (…)
Burkina/Tapoa : La ville de Diapaga ravitaillée
Burkina/Cohésion sociale : Les forces de sécurité (…)
Ouagadougou : Des acteurs des systèmes alimentaires (…)
Burkina / Journée des doctorants de l’INSS : La 4e (…)
Développement : L’Alliance Sahel place la jeunesse au (…)
Promotion de la bonne gouvernance : La Présidence du (…)
Burkina/Décentralisation : La commune de Koudougou et la (…)

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés