Actualités :: Insertion socioprofessionnelle : WACCLASS veut outiller les jeunes pour une (…)

Les WACCLASS sont un concept d’événement prévu pour se dérouler le dimanche 11 juin 2023 à Ouagadougou. L’événement est placé sous le thème « Réussir son innovation ». Il s’agit d’une plateforme dynamique et inspirante visant à promouvoir l’esprit d’innovation chez les jeunes talents du Burkina Faso. Dr Cyriaque Paré, fondateur du journal en ligne Lefaso.net, sera le speaker de l’événement. Odilon Sankara, associé et gérant de l’agence WAC, donne de plus amples informations sur les WACCLASS.

Lefaso.net : Le 11 juin 2023, vous organisez un événement appelé les WACCLASS. De quoi s’agit-il ?

Odilon Sankara : Les WACCLASS, c’est un concept d’événements qui vise d’une part à inspirer les jeunes à développer leurs potentialités et à croire en leurs capacités à développer notre pays. Et dans un second temps, ce concept vise à mettre en lumière des personnes que nous qualifions de champions nationaux. Les champions nationaux sont des personnes dont le parcours professionnel ou entrepreneurial a marqué le Burkina Faso. Ce qui est changeant dans les conférences des WACCLASS, c’est que c’est avant tout un partage d’expériences avec des speakers d’une certaine qualité et d’une certaine renommée. Mais surtout qui savent de quoi ils parlent. Parce que nos thèmes résument une partie ou l’entièreté de leurs carrières professionnelles.

Comment l’idée des WACCLASS est née ?

Nous organisons les WACCLASS en collaboration avec le cabinet d’accompagnement en développement personnel et vie sociale dénommée ODG3C, qui est un client de l’agence WAC. C’est une structure qui intervient par ricochet dans le coaching mais qui refuse que l’on communique pour dire qu’ils font du coaching. Parce que le terme coaching a perdu de sa valeur dans notre pays. Parce que beaucoup de gens aujourd’hui se prétendent coachs sans une réelle qualification. J’ai été surpris de savoir qu’il faut un diplôme pour être coach. Aujourd’hui, beaucoup de gens se lèvent et prennent la parole sur Internet sans une certaine légitimité. Il suffit de lire quelques livres de développement personnel, on vient bombarder les oreilles des gens de tout ce qu’ils pensent. Du coup, l’idée est venue de là. Nous voulons mettre au centre des personnes qui ont la légitimité pour conseiller et partager une bonne expérience aux jeunes. Parce que si on laisse des gens sans légitimité parler, ils vont induire beaucoup de personnes en erreur.

Quel est votre public cible ?

Le public cible, c’est idéalement les jeunes. On va dire la tranche d’âge de 20 à 30 ans qui sont en train de se construire une carrière professionnelle ou entrepreneuriale.

La participation aux WACCLASS est payante ou gratuite ?

La participation est payante. Nous avons deux types d’accès. Nous avons l’accès standard qui donne accès à la conférence et à toute l’immersion qu’on organise pour tous nos participants. C’est-à-dire que vous participez aux partages d’expériences et aux échanges. Vous pourrez poser les questions. Après, nous incluons ces personnes dans des communautés pour qu’elles puissent réseauter entre elles et créer de nouvelles opportunités de business, amicales, entrepreneuriales et professionnelles.

Odilon Sankara, associé et gérant de l’agence WAC

Le second pass, c’est un pass premium qui donne accès à une soirée de réseautage après la conférence et qui est limitée à 20 personnes. Le pass standard, quant à lui, est limité à 100 personnes. Avec le pass premium, vous avez tous les avantages du pass standard mais au-delà, vous assistez à la soirée de réseautage où vous pouvez présenter votre business et discuter en « one to one » un peu plus longtemps avec le Dr Paré. Et après nous créons une communauté pour les participants. Pour après créer ce qu’on appelle les événements privés, des afterwork avec des personnes qu’on pourra connecter.

Il faut payer combien pour les pass ?

Le pass standard coûte 10 000 F CFA, et le pass premium 25 000 F CFA.

Pourquoi avez-vous choisi Dr Paré comme votre speaker ?

Le Dr Paré intervient sur un thème qui est assez important pour nous, qui est le thème « Réussir son innovation ». Aujourd’hui, il faut dire que dans le contexte d’internet et de la concurrence mondiale, innover est devenu primordial pour tous les pays qui veulent se développer. Du coup, nous avons pensé au Dr Paré parce que d’abord pour nous, il est l’un des pionniers de la presse en ligne. Nous nous sommes demandé comment 20 ans en arrière il a eu l’idée de créer une presse en ligne en se disant que ça va marcher. Cela s’est passé dans une période où les gens se connectaient avec les ordinateurs. Il n’y avait pas de smartphone. Et il a tenu dans le temps jusqu’à avoir un business qui soit rentable aujourd’hui. C’est sa vie professionnelle qui a retenu votre attention. Il faut qu’il parle de cela aux jeunes. Il faut qu’il explique aux jeunes quelles ont été ses méthodes et ses valeurs qui lui ont permis de réussir. Ce sont ses raisons qui ont fait que nous avons porté notre choix sur lui.

Après les activités du 11 juin, quelle sera la suite ?

Nous avons réalisé une interview avec Dr Paré qui sera diffusée. Nous allons créer les communautés WACCLASD sur les réseaux sociaux et sur les services de messagerie notamment WhatsApp et Télégram pour avoir des canaux de connexion entre les gens. Et après on va créer d’autres événements parce que c’est une série d’événements. Les WACCLASS, ce n’est pas un seul événement. Après le Dr Paré, on aura un autre speaker qui va intervenir sur un autre thème.

Quel message avez-vous pour les jeunes diplômés et non diplômés ?

Je vais répéter ce que quelqu’un m’a dit un jour. Quand vous arrivez à l’université, vous êtes 300 dans l’amphithéâtre. Il y a 300 personnes qui font la même filière mais il y a 300 carrières différentes. Ce qui est important pour un étudiant ou un jeune qui se débrouille, ce n’est pas ce qu’il a fait à l’école mais c’est ce qu’il fait au-delà de l’école. Les WACCLASS sont vraiment une occasion pour eux de pouvoir s’inspirer des personnes inspirantes. Parce qu’on dit que quand tu veux aller quelque part, il est mieux de trouver quelqu’un qui s’y est déjà rendu et il va vous montrer le chemin. Même si vous allez trouver des raccourcis après, au moins vous savez par où commencer. Donc il faut vraiment s’inspirer des personnes qui ont réalisé de bonnes choses. Et après travailler. Même si c’est difficile, il ne faut pas abandonner. Il faut croire en ses rêves jusqu’au bout.

Interview réalisée par Rama Diallo
Lefaso.net

Vacances scolaires : Entre activités ludiques et (…)
Crash du vol AH 5017 : « Il faut faire en sorte que (…)
Burkina/Religion : « J’invite tous les citoyens à donner (…)
TGI de Dédougou : Six ans d’emprisonnement ferme requis (…)
Petits métiers : La vente d’œufs à la sauvette, un (…)
Bobo-Dioulasso : Les acteurs du projet « Yèrètali » (…)
Fonctionnement de l’administration publique : Le (…)
Burkina : L’ex maire de l’arrondissement 5, Jean-Paul (…)
Burkina : Le commandant de la 1re légion de la (…)
Conférence Tree for Africa : « L’édition 2024 fait (…)
Lutte contre le terrorisme : « Le Burkina vaincra (…)
Justice : Boureima Sanga démissionne du syndicat des (…)
Burkina/Prévention et gestion des crises liées aux (…)
Burkina/Education : Le personnel du post-primaire et du (…)
𝐈𝐧𝐭𝐞𝐫𝐜𝐨𝐧𝐧𝐞𝐱𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐞𝐬 𝐬𝐲𝐬𝐭è𝐦𝐞𝐬 𝐢𝐧𝐟𝐨𝐫𝐦𝐚𝐭𝐢𝐪𝐮𝐞𝐬 𝐝𝐨𝐮𝐚𝐧𝐢𝐞𝐫𝐬 𝐝𝐞 (…)
Crash du vol AH 5017 : 10 ans après, l’AFAVIC se (…)
Burkina/ Éducation : L’université Aube nouvelle ouvre (…)
Burkina : Les acteurs du WASH se familiarisent avec la (…)
Burkina/Action humanitaire : L’ONG CRS, pour la « (…)
Burkina/Assemblée législative de transition : Séance (…)
Burkina : Un ouvrage de franchissement de 75 mètres (…)

Pages :



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés