Actualités :: Massacre de 28 peuls à Nouna : « De la gestion d’une enquête diligente et (...)

TabitalPulaaku Burkina, la faîtière des associations culturelles peules (TPB) dit suivre particulièrement l’évolution de l’affaire sur le massacre des 28 civils peuls. Une tuerie survenue aux secteurs n°4 et n°6 de la ville de Nouna, située dans la province de la Kossi de la Boucle du Mouhoun, le vendredi 30 décembre 2022.

Selon la faîtière, de la gestion diligente et idoine de l’enquête de ce dossier, dépendra l’apaisement et le recollement du tissu social.

Dans sa déclaration de ce vendredi 6 janvier 2023, TabitalPulaaku Burkina rappelle également que depuis maintenant quatre ans, le dossier Yirgou attend toujours un dénouement judiciaire.

Les détails dans le document ci-dessous.

DECLARATION SUR LES TUERIES DE NOUNA

C’est avec une grande tristesse et une profonde indignation que Tabital Pulaaku Burkina (TPB), la faîtière des associations culturelles peules du Burkina Faso, a appris les massacres de plus de vingt-huit (28) civils peuls aux secteurs N°4 et N°6 de la ville de Nouna le vendredi 30 décembre 2022. Ces massacres seraient imputables aux dozos Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP), selon plusieurs témoins et rescapés que Tabital Pulaaku Burkina a pu joindre.

Tout serait parti d’une attaque terroriste subie par le quartier-général de la confrérie des dozos de Nouna au cours de la nuit du 29 au 30 décembre 2022. Cette attaque n’a heureusement causé aucune perte en vie humaine. C’est suite à cette attaque que les VDP-dozos ont lancé une expédition punitive contre l’ensemble de la communauté peule de Nouna dans la matinée du 30 décembre, et ce, plusieurs heures durant sans intervention des Forces de défense et de sécurité pour faire cesser ces tueries.

Ces assassinats ciblés massifs ne se justifiaient nullement car aucune présence d’extrémistes violents n’aurait été signalée dans ces secteurs où la communauté peule est majoritaire et vit en parfaite harmonie avec les autres communautés depuis des décennies. Mieux, si suspects il y avait, les autorités avaient tout le loisir de procéder à des arrestations aux fins d’investigations plutôt que de recourir à l’irréparable. Malheureusement, ces populations civiles, victimes d’amalgames et de délit de faciès, ont été passées par les armes sans autre forme de procès par leurs bourreaux.

Le mode opératoire ressemble étrangement à celui de Yirgou il y a de cela quatre (04) ans. Une pratique devenue courante depuis un certain temps sous un silence incompréhensible des autorités coutumières, religieuses, locales et nationales. Pourtant, au regard de la dégradation de la situation sécuritaire après ces tueries massives, on aurait pensé que Yirgou et plus tard Banh, Kaïn-Ouro, Arbinda, Tanwalbougou… serviraient de leçon sur le caractère contre-productif d’une telle stratégie. Mais hélas, mille fois hélas ! On continue de surfer sur le nombre de mort laissés sur le carreau et non sur le nombre de km² ou de villages récupérés.
Tabital Pulaaku Burkina s’incline devant la mémoire de tous ces morts de trop, présente ses condoléances aux familles éplorées, condamne avec force ces tragiques évènements. Ces actes ne doivent pas rester impunis.

Le Procureur du Faso près le Tribunal de grande instance de Nouna a annoncé l’ouverture d’une enquête pour élucider ce nième crime. Tabital Pulaaku Burkina suivra particulièrement l’évolution de ce dossier car de sa gestion diligente et idoine dépendra l’apaisement et le recollement du tissu social. Tabital Pulaaku Burkina rappelle que depuis quatre (04) ans, le dossier Yirgou attend toujours un dénouement judiciaire.

En tout état de cause, Tabital Pulaaku Burkina fait confiance en la justice burkinabè qu’elle invite et encourage fortement à jouer pleinement son rôle et à prendre toute sa place dans cette lutte contre le terrorisme.
Tabital Pulaaku Burkina condamne sans réserve le terrorisme sous toutes ses formes qui ne cesse d’endeuiller de manière indiscriminée nos populations des villes et des campagnes.

Tabital Pulaaku Burkina apporte son soutien aux Forces de défense et de sécurité qui mènent avec professionnalisme le combat contre le terrorisme au péril de leur vie.
Tabital Pulaaku Burkina appelle l’ensemble des organisations de défense de droits humains (MBDHP, CISC…) à une veille citoyenne permanente pour le triomphe de la vérité, de la justice et pour la préservation de la vie humaine.
Tabital Pulaaku Burkina interpelle les autorités burkinabè sur leur obligation d’assurer la sécurité de tous les citoyens sans discriminations notamment basées sur l’origine ethnique ou l’appartenance à une confession religieuse ;

Tabital Pulaaku Burkina invite les autorités burkinabè à mettre tout en œuvre pour mettre fin au discours de haine et incitant à la violence ;

Convaincue que les coutumes, cultures et religions prônent la paix et le vivre ensemble, mais jamais la haine et la violence, Tabital Pulaaku Burkina invite l’ensemble des leaders coutumiers et religieux à s’impliquer davantage dans la promotion du vivre ensemble. Elle invite chaque communauté à puiser dans ses us et coutumes les bonnes pratiques pour renforcer la cohésion sociale.

Tabital Pulaaku Burkina reste convaincu que seule l’unité des différentes communautés ethniques, religieuses et culturelles pourrait contribuer à venir à bout des forces du mal qui ne cessent d’endeuiller nos populations civiles et les forces de défense et de sécurité de notre cher patrie, le Burkina Faso.

Que Dieu Le Tout Puissant ramène la paix et la cohésion sociale dans notre chère patrie, le Burkina Faso !
Le Président


Sékou BA
Officier de l’ordre national

Colonisation de l’Afrique : Le général Tiani et le combat (...)
Sénégal / Présidentielle : Après la décision du conseil (...)
Procès des atrocités de l’Occident chrétien envers (...)
Burkina / Administration fiscale : Le long chemin de (...)
Etat fédéral d’Afrique noire : Le panafricanisme à la (...)
Sénégal / Report de la présidentielle : « Au-delà du 2 (...)
Bénédiction des couples homosexuels : La position (...)
Retrait du Burkina de la CEDEAO : Quelle valeur ajoutée (...)
CEDEAO : Histoire d’une institution qui agonise
Eclatement de la CEDEAO : Le festival du déluge et du (...)
Retrait du Mali, Burkina et Niger de la CEDEAO : « (...)
Burkina : Hommage à « Son Excellence » Frédéric-Fernand (...)
Burkina : Le conseil communal de la jeunesse de (...)
A Gaza, une solution purement militaire ne suffira pas (...)
Rôle des chefferies traditionnelles dans la création/promotion
Burkina : « Nous demandons au président de la (...)
Littérature : Pour la défense du livre
Football : La CAN de l’hospitalité en Côte d’Ivoire sera (...)
Burkina / Officialisation des langues nationales : « (...)
75 ans de la Déclaration universelle des droits de (...)
Burkina Faso : 63 ans (1960-2023) d’indépendance = 14 ans (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5376


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2023 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés