Actualités :: Burkina Faso : Les propositions du parti politique RSEEP pour réussir la (...)

Dans cette tribune, Joël Aimé Ouédraogo, président du Rassemblement des Sentinelles pour l’Epanouissement Economique et Politique (RSEEP) formule des propositions pour réussir la lutte contre l’insécurité au Burkina. Il appelle notamment à l’union sacrée de la Nation. Lisez !

PROPOSITIONS POUR LA SECURITE NATIONALE

La situation sécuritaire du Burkina Faso est des plus préoccupantes qui soient, malgré cette situation, l’impression qui se dégage est des plus désolantes et des plus tristes. A cette même heure où des soldats et des civils se meurent, un autre côté du pays se retrouve dans des festivités, un autre côté dans des guerres politiques. Tous ces constats nous laissent interrogateurs ? Où est la nation burkinabé ? Où est l’intégrité ? Où est le patriotisme ?

Nous, Rassemblement des Sentinelles pour l’Epanouissement Economique et Politique (RSEEP) avec le peuple souverain, refusons la fatalité et pour cela, nous venons à travers des propositions contribuer à une sortie de cette crise sécuritaire.

UNION SACREE DES FORCES DE DEFENSE ET DE SECURITE

Les forces de défense et de sécurité doivent impérativement aller à une union sacrée qui passe nécessairement par la dépolitisation de l’armée et une auto critique sincère du monde des FDS. Chacun doit connaitre son rôle et le jouer franchement, car une armée divisée ne peut réussir. S’unir ou périr c’est le dilemme des burkinabè.

UNION SACREE DE LA NATION

Pour arriver à l’union sacrée des forces vives de la nation, nous devons nécessairement court-circuiter les intérêts partisans pour permettre l’expression de l’intérêt collectif. Afin de gagner cette guerre contre le mal, Il y’a aussi une impérieuse nécessité pour tous les burkinabè d’aller vers une union sacrée des fils et filles dignes de la Nation. Les syndicats, les organisations de la société civile et les partis politiques doivent pouvoir s’unir. Ce n’est pas l’heure des disputes, c’est l’heure de la discussion ; ce n’est pas l’heure des accusions, c’est l’heure de la réconciliation. Ce n’est pas l’heure de l’histoire, c’est l’heure de l’avenir. Nous avons en ce jour une raison valable de nous unir, nous devons par conséquent nous départir de tout ce qui peut nous désunir. Les hommes comme les textes doivent se soumettre à l’urgence de l’heure.

Décréter l’état d’urgence pour 90 jours sur toute l’étendue du territoire nationale. Cette mesure va contraindre toutes les sensibilités de la nation à avoir une pensée commune, un intérêt commun et à partager un tant soit peu la douleur des soldats sur le terrain, des VDP et des populations déplacées.

Dans le même sens que la première mesure, il y a une impérieuse nécessité de changer les programmes des médias en interdisant tout le long de l’Etat d’urgence toute autre émission qui n’a pas attrait à la sécurité et à la cohésion sociale.

La population doit pouvoir à travers les médias s’imprégner des informations fiables sur la notion de terrorisme et des modes opératoires de ces derniers. Les secrets de nos ennemis doivent être mis à nu.

Aussi à travers les mêmes médias, les populations doivent pouvoir apprendre les béabats de la sécurité, des systèmes d’espionnages et de contre-espionnage, et les tactiques préliminaires que les populations peuvent faire pour se protéger, de même que le secourisme pour s’entraider.

3) Les médias, radios comme télévisions doivent essentiellement mise au service des acteurs qui prônent la réconciliation, le pardon. Les prestations artistiques doivent s’inscrire dans la même logique. Il y a une nécessité absolue de rétablir l’amour fraternel et le patriotisme. Les leaders religieux authentiques, les chefs coutumiers de toutes les contrées doivent pouvoir se désengager de la politique pour ne parler que d’une seule voix, la voix de la réconciliation.

Aussi, un usage stratégique des médias et des panneaux publicitaires pour une propagande patriotique et anti-terroriste doit être pensé. Pour tout couronner, il sied que cette propagande ne se limite pas aux villes mais s’entende aussi dans les villages les plus reculés à travers le territoire national. Pour ce faire, nous suggérons le projet : « un village une télévision géante et une grande plaque publicitaire ». Un message de galvanisation nationale apolitique au tempo révolutionnaire sera prononcé par le chef de l’Etat ou le chef d’Etat-major des armées à l’endroit du peuple. Ce discours sera traduit dans les principales langues du pays. Tout le pays sera ainsi informé et instruit en temps réel.

La suspension temporaire de toutes activités de parti politique et d’OSC. On n’a pas besoin d’être magicien pour savoir que ces deux types d’organisations divisent la nation burkinabé. Il y a donc une absolue nécessité de supprimer tout ce qui nous divise pour contraindre le peuple à parler d’une seule voix. Les intérêts partisanes n’ont aucun droit de citer dans un contexte d’urgence.

Une salubrité nationale doit être nécessairement fait, des espaces doivent être aménagés pour accueillir tous les mendiants, les malades mentaux, il faudrait supprimer la présence de toutes ces personnes dans les rues ; car le mal profite bien de ces gens pour infiltrer des armes et armer ainsi nos ennemis. Au type de personnes qui doivent être dans les camps doivent aussi figurer tous ceux qui ne respecteront pas le mot d’ordre du couvre-feu sans motif valable.

Mise en place d’églises de mosquée et de temple témoins. Suivant des critères bien définis, il faut 3 à 4 semaines fermer un certain nombre de mosquées d’églises et de temples pour ne garder que ceux qui ont une capacité d’accueil grande, et ainsi amener les sensibilités spirituelles à se réunir et à pouvoir dans ce sens porter un message de paix, d’amour à leurs fidèles. Les stades peuvent être utilisés pour des cultes de dimanche et des prières de vendredi. Il faut dans ce sens, un évangile étatique, une prêche coranique étatique à chaque fin de priere jusque à la fin du terrorisme etc.

Décréter un jeune et prière national, suivant les sensibilités religieuses, un programme doit être établi.

Au plan militaire, l’opération arche de Noé, suivi de l’opération déluge et l’opération balai du peuple doit être mise en place. Il s’agit ici de délimiter un espace donné 1000 HA par exemple dans les zones d’insécurité pour accueillir toute la population de la zone et tous les animaux.... A cet effet, une annonce doit être faite à la population pour les inviter à rejoindre le camp ou l’arche dans un délai de 10 jours. Une seule porte d’entrée avec des détecteurs d’armes. Ce camp doit être sous haute sécurité et entouré de grands grillages, les populations seront nourris pendant au moins deux semaines à 3 semaines.

La 2ème, l’opération déluge, qui est la sanctification par le feu où l’armée de l’air pourront sans état d’âme faire des interventions depuis les airs et tuer même si c’est une sourie qu’il rencontre. La 3ème opération le balai du peuple est une opération de ratissage par l’armée de terre. Il s’agit de fouille tous les coins et recoin de la brousse, les routes jusqu’au domicile et lieu de culte.

À défaut de démineurs ou de véhicules anti-mines, nous pouvons réduire les pertes en vies humaines en utilisant des troupeaux de bœuf comme bouclier anti-mine. Cela va consister à créer dans les zones à risque des routes déblayées vers des destinations précises. De façon pratique, les bœufs pourront déminer les forêts et les pistes désertiques risquées en marchant sur les éventuelles mines enterrées sur les routes.

De par leur poids et leur quadrupédie, leur nombre, toute mine enterrée ne peut qu’exploser frayant ainsi un chemin pour nos soldats. Par cette opération, les terroristes eux-mêmes pour se sauver se verront dans l’obligation de se désarmer pour avoir accès à l’arche. Quant aux populations pris entre le marteau et l’enclume, c’est-à-dire entre l’arme du terroriste et l’arme de nos FDS. Ils se verront obligés d’intégrer l’arche. Tous ceux qui ne seront pas dans l’arche comme ordonné seront considérer comme des ennemis où les complices des ennemis et traité comme tel.

9) La technique de défense triangulaire et populaire : il s’agit ici de réunir les populations des villages en proie à l’insécurité à trois/trois de manière à former des triangles. Le centre du triangle servira de champ communautaire ou des endroits recréatifs. Chaque point du triangle verra armer sa population selon des critères bien définis, on pourrait par exemple pour 02 familles, 01 sentinelle armée qui pourront se relayer, un système d’alerte doit pouvoir être trouver pour permettre aux populations d’unir leurs forces pour une éventuelle riposte contre le mal en attendant l’intervention des forces de défense.

La réduction du schéma de communication. De l’espionnage au contre-espionnage, nous sommes convaincus que nos forces de défense et de sécurité ne manquent pas de méthodes pour anticiper les actions des terroristes. Cependant nous souhaitons que le schéma de communication soit rendu plus efficace avec moins de protocoles afin de permettre une intervention plus rapide et efficace de nos forces de défense et de sécurité sur le terrain.

La création d’un corps djihadiste fictif : c’est-à-dire un corps d’infiltration des présumés djihadistes qui se livrent au terrorisme. Si les djihadistes peuvent se cacher pour faire le mal, il va de soi que nous puissions aussi avoir des hommes capables de se cacher pour leur faire mal. La meilleure manière d’atteindre les djihadiste, c’est d’employer les méthodes propres aux djihadistes. Il convient de noter que nous sommes face à une guerre stratégique qu’il convient de ne pas confondre à une guerre ouverte.

Conclusion

Nous n’avons qu’un seul pays, nous avons le devoir de le protéger contre tout envahisseur. Que les peuples utilisent leurs langues pour distiller l’amour et encourager les soldats sur le champ de bataille. Que le griot chante nos éloges et nous rappellent notre histoire afin que notre armée, arme à la main nous donne l’avenir. Que le Dieu tout puissant se souviennent du Burkina Faso et rende possible notre paix et notre sécurité.

DIEU PROTEGE LE BURKINA FASO

Pour le Bureau Exécutif du R.S.E.E.P. Le Camarade Président Joël Aimé OUEDRAOGO Vigilance-Prudence-Prévoyance TEL : (00226) 70485505 Wattsapp : 76708923

Continent africain : La gouvernance globale stagne (...)
Burkina : « Il est aussi urgent de mettre fin à ce plan (...)
Vie des partis politiques : La composante « Autres (...)
Burkina/Justice : « Il y a un problème ; il n’y a que les (...)
Transition politique au Burkina Faso : Le chronogramme (...)
Gestion des aires protégées : L’ONG AGN et le ministère (...)
Ministère de l’Agriculture : Le Conseil d’administration (...)
Burkina :« Nous ne sommes ni dans une guerre ethnique ni (...)
Burkina : « Ce pays-là a toujours su faire face à toutes (...)
Burkina Faso : Zéphirin Diabré porte plainte contre (...)
Réformes politiques au Burkina : « En démocratie, il est (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Une session extraordinaire (...)
Arrondissement 3 de Bobo-Dioulasso : Après six mois (...)
Politique au Burkina : Zephirin Diabré nie toute (...)
Corruption au sein de l’armée : « A ce jour, aucun de ces (...)
Burkina : « La première déclaration du chef du MPSR 2 (...)
Politique : « Nous ne sommes pas un parti électoraliste, (...)
Relecture du Code du travail au Burkina : L’UAS indignée (...)
Transition au Burkina Faso : Le président de l’ALT (...)
Burkina : Le Docteur Brice Bicaba nommé directeur (...)
Burkina : Pas nécessaire de limiter les partis (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12138



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés