Actualités :: Avènement du MPSR 2 : L’ex-députée Adja Zarata Zoungrana exprime son soutien au (...)

L’ex-députée de l’Assemblée législative de transition Adja Zarata Zoungrana, ne s’est pas faite prier pour exprimer son soutien aux nouvelles autorités du Burkina, arrivées au pouvoir à la faveur du coup d’Etat du 30 septembre 2022. C’était au cours d’une conférence de presse tenue ce lundi 03 octobre 2022. Adja Zarata Zoungrana a invité le capitaine Ibrahim Traoré, à écouter la voix du peuple, car dit-elle, il représente l’espoir de la nation entière.

Après avoir dépeint une situation sécuritaire des moins reluisantes, marquée par l’occupation d’une bonne partie du territoire national par les terroristes, Adja Zarata Zoungrana soumet ses attentes au "nouvel homme fort" du Burkina. « Nous attendons que vous vous mettiez déjà au combat avec toutes les personnes qui sont aptes, qui sont prêtes, sans distinction, à apporter leur contribution dans cette lutte contre le terrorisme...Nous fondons beaucoup d’espoir en lui et à son équipe pour que le Burkina Faso retrouve sa paix, sa quiétude d’antan », laisse-t-elle entendre.

Déjà, la coordinatrice du Mouvement des associations pour le développement et la protection des orphelins et des enfants démunis (MADPOED) relève que la déclaration du capitaine Ibrahim Traoré, sonne comme « une bouffée d’oxygène » pour les citoyens. C’est pourquoi elle dit prendre acte de ses engagements, sans manquer de lui témoigner son soutien et son accompagnement dans la mission de sécurisation et de libération du territoire.

Le présidium

« Il faudra rompre avec ces mauvaises habitudes et tisser des relations militaires gagnantes-gagnantes avec des puissances qui peuvent nous sortir de cette crise qui n’a que trop duré et qui continue d’endeuiller les familles », a-t-elle lancé en guise de conseils aux nouveaux tenants du pouvoir.

La conférencière du jour a aussi invité les Burkinabè dans leur ensemble, à l’unité pour la survie de la nation. « Il est plus que nécessaire d’unir les forces, mettons de côté les égos, actuellement il n’est point question de partis politiques, il n’est pas question d’organisation de la société civile. Il est aujourd’hui question de la survie de notre nation. Ce qui nous unit doit être plus fort que ce qui nous sépare », a-t-elle fait savoir.

Armelle Ouédraogo/Yaméogo
Lefaso.net

Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette (...)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion (...)
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé (...)
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu (...)
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le (...)
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est (...)
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)
Manifestations « anti-françaises » à Ouaga : « Nos valeurs (...)
Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser (...)
Tensions foncières et de logements au Burkina : Une (...)
🔴Burkina : Déclaration de politique générale du Premier (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12054



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés