Actualités :: Burkina : 1er octobre 2022, une journée d’angoisses à Ouagadougou

Alors que la plupart des Burkinabè pensaient que le plus difficile était derrière eux, avec la déclaration la veille du groupe du capitaine Ibrahim Traoré, la situation s’est "subitement" crispée ce samedi 1er octobre à partir de la mi-journée. Coups de feu à nouveau, mouvements de soldats par endroits et dispositif sécuritaire renforcé dans certains « axes stratégiques » de la capitale.

Les populations (qui avaient commencé à vaquer sereinement à leurs occupations, synonyme d’un retour à la vie normale, et ce, après la journée de confusion de la veille, vendredi, 30 septembre 2022) ont été vite replongées dans le doute et des interrogations. Le centre-ville, où la position de militaires "lourdement" armés est visible à travers certains axes, est « déconseillé aux civils ».

« Vraiment, il faut que les militaires-là arrêtent ça. Le problème, c’est qu’on ne peut même plus se concentrer pour travailler, l’esprit se balade, on ne sait plus ce qui se passe. Le vrai combat, c’est au front ; les populations ont besoin de la protection de ces armes dans les zones qui sont occupées par les terroristes », s’énerve un marchand ambulant.

Il explique que, comme lui, de nombreux jeunes vivent au jour le jour des petits commerces.

D’où son souhait que la vie recouvre rapidement son cours normal pour permettre à chacun de vaquer tranquillement à ses occupations.

« Dans tout ça là, le perdant, c’est le pays. Quel que soit le camp qui va l’emporter, il faut d’abord recoller les morceaux au niveau de l’armée avant de voir la sécurisation du pays. Tout ce temps qu’on va perdre. Personne ne va gagner dans cette histoire. On imagine qu’actuellement, les fidèles de chaque au front ont soit replié à Ouaga pour prêter main forte ou ne sont plus concentrés », se désole un citadin dans la rue. Néanmoins dit-il « espérer qu’ils (les protagonistes, ndlr) puissent faire prévaloir le dialogue entre eux ».

Lefaso.net

Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion (...)
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé (...)
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu (...)
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le (...)
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est (...)
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)
Manifestations « anti-françaises » à Ouaga : « Nos valeurs (...)
Burkina : « Il ne sera pas question de nous laisser (...)
Tensions foncières et de logements au Burkina : Une (...)
🔴Burkina : Déclaration de politique générale du Premier (...)
Burkina - MPSR 2 : Bien communiquer fait partie de la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12054



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés