Actualités :: Conseil d’orientation et de suivi de la transition : Portrait des trois (...)

Parmi les 40 membres du Conseil d’orientation et de suivi de la Transition (COST), nommés par décret le 25 août 2022, certains sont des visages familiers alors que d’autres sont plus ou moins des revenants sur la scène sociopolitique du Burkina. Dans cet article, nous vous proposons la biographie express des trois figures de proue du COST. Il s’agit du lieutenant-colonel Naon Daba et du diplomate à la retraite Jean-Baptiste Ilboudo, respectivement vice-président et deuxième vice-président du COST et de l’économiste Issa Larba Kobyagda qui occupe le poste de secrétaire permanent.

Lieutenant-colonel Naon Daba, vice-président du COST : Cet officier militaire, nommé Commandant de la Brigade nationale de Sapeur-pompiers, n’est jamais bien loin du président Paul Henri Damiba qui n’est autre que son promotionnaire du Prytanée militaire de Kadiogo. La fameuse promotion 92 ! Le baccalauréat série A4 en poche, il intègre l’école militaire interarmes de Kolikoro au Mali d’où il sort avec deux diplômes : celui de chef de section d’infanterie et le brevet de parachutiste.

Le lieutenant colonel Naon Daba est un promotionnaire du président du Faso, Paul Henri Damiba

Deux missions au Darfour

Après un tour en France, pour la formation initiale d’Officier Sapeur-pompier à la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris (BSPP), il rentre au bercail avec le Certificat de chef de garde d’incendie (CCGI) et le Certificat de prévention.

Commence alors une carrière professionnelle riche avec les soldats du feu. Commandant adjoint la première Compagnie d’incendie et de secours de la BNSP à Ouagadougou entre 2003 et 2004, il dirige de 2005 à 2010 l’Ecole nationale de Sapeurs-pompiers (ENASAP).

Durant cette période, il effectue sa première mission au Darfour, de décembre 2009 à décembre 2010, en tant qu’Officier chargé des opérations du détachement du 1er bataillon burkinabè au sein de la mission hybride de l’Union africaine et de l’Organisation des Nations-Unies.

Ancien coordonnateur du renseignement intérieur

De retour de mission, il occupe de février 2011 à avril 2013 les postes de Commandant de la Compagnie de commandement et des services de la BNSP et de Commandant de la deuxième Compagnie d’incendie et de secours de la BNSP à Bobo Dioulasso. Le devoir l’appelle de nouveau au Darfour, cette fois-ci en tant qu’Officier chargé des actions civilo-militaires (CIMIC) à l’état-major de la force de la mission hybride de l’UA et de l’ONU.

De retour de cette mission, il est nommé directeur général de l’Institut supérieur d’études de protection civile de Ouagadougou (ISEPC), poste qu’il occupe de mai 2013 à mars 2015, avant de rejoindre, jusqu’en aout 2017, l’Agence nationale de renseignement en tant que Coordonnateur du renseignement intérieur.

Commandant de la BNSP depuis le 1er février 2022

Titulaire d’un Brevet de l’enseignement militaire supérieur de second degré et d’un Master 2 en stratégie, sécurité, défense, gestion des conflits et des catastrophes, obtenus en juillet 2017, le lieutenant-colonel Naon Daba revient chez lui à la BNSP et en devient la boîte noire en tant que directeur des opérations. Il y passe 4 ans et 3 moisjusqu’à l’avènement du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR).

Chevalier de l’ordre national en 2015, le nouveau vice-président du Conseil d’orientation et de suivi de la transition a raflé au cours de sa carrière plusieurs médailles dont la médaille d’honneur des Sapeurs-pompiers en 2014, la médaille d’honneur militaire en 2013 et deux médailles commémoratives des Nations unies avec agrafe Soudan en 2012 et 2010.

Le lieutenant colonel Naon a passé plus qutare ans en tant que directeur des opérations de la BNSP avant sa nomination comme Commandant

Le diplomate

Jean Baptiste Ilboudo, deuxième vice-président du COST : Ministre plénipotentiaire de grade exceptionnelle à la retraite depuis décembre 2001, Jean Baptiste Ilboudo respire, dit-on, la diplomatie. Actuel président de l’Association des ambassadeurs du Burkina Faso à la retraite, ce septuagénaire natif de Lay dans la province du Kourwéogo a bourlingué dans les représentations diplomatiques en Europe.

De septembre 1995 à décembre 2001, année où il prend sa retraite, il est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Burkina Faso auprès des pays comme la République fédérale d’Allemagne, la Confédération Suisse, la Russie, l’Ukraine, le Belarus, la Pologne. Il est cumulativement jusqu’en février 1998 ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire en République d’Autriche et représentant permanent auprès de l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel (ONUDI), l’Agence internationale de l’énergie atomique et le Fonds de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Le lieutenant colonel Naon a passé plus qutare ans en tant que directeur des opérations de la BNSP avant sa nomination comme Commandant

Responsable du projet de reconstruction de Rood-Woko sous la révolution

Notons que le diplomate a commencé sa carrière professionnelle en septembre 1973 au ministère des Affaires étrangères en tant que Chef de division des Affaires culturelles et scientifiques. Il est nommé par la suite Premier conseiller à l’ambassade du Burkina Faso à Ottawa au Canada en septembre 1974. Il y passe sept ans avant de se voir confier l’ambassade du Burkina Faso à Accra, d’août 1979 à octobre 1981. De là, il dépose ses valises à Abidjan, toujours en tant qu’ambassadeur avec juridiction sur la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, Guinée Conakry, Guinée-Bissau, Sierra Léone, Libéria et Niger.

Sous la révolution de Thomas Sankara, Jean Baptiste Ilboudo occupe le poste de Chargé de mission de la présidence du Faso de mars 1984 à août 1985. Il est également coordonnateur du comité d’organisation des Festivités de l’AN II de la Révolution démocratique et populaire en 1985. Après, il se voit confier d’août 1985 à décembre 1988 le projet de reconstruction du marché central de Ouagadougou (Rood-Woko) dont le coût s’élevait à 6,5 milliards de francs CFA.

Jean Baptiste Ilboudo avec d’autres anciens ambassadeurs à l’issue d’une audence avec le Premier ministre, Joseph Dabiré, le mercredi 15 janvier 2020

Après la retraite

Puisqu’un diplomate n’est jamais à la retraite, Jean Baptiste Ilboudo a passé une dizaine d’années (Décembre 2005 à avril 2015) en tant que membre du Conseil constitutionnel du Burkina Faso. Il a été également membre du Comité consultatif près la commission d’élaboration de la politique de sécurité nationale de septembre 2019 à février 2021 et aussi membre de la Commission constitutionnelle pour la Ve République au titre de la présidence du Faso de décembre 2017 à décembre 2018.

Responsabilités sociales, culturelles et sportives

Au compte des activités sociales et culturelles, Jean Baptiste Ilboudo a, entre autres, été président du Comité d’organisation du 1er Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) en 1987, membre statutaire du Comité national d’organisation des XIIe, XIIIe, XIVe et XVe Festival panafricain de Cinéma de Ouagadougou (FESPACO). Depuis juin 2019, il est président du comité communal de jumelage de la ville de Ouagadougou, composé de douze membres et dont la mission est de redynamiser la coopération décentralisée de la capitale burkinabè.

Jean Baptiste Ilboudo a pratiqué plusieurs disciplines sportives (basket-ball, volley-ball et hand-ball) et participé à plusieurs compétitions dans sa jeunesse comme les Deuxièmes Jeux de l’Amitié à Abidjan en 1961, les Troisièmes Jeux de l’Amitié à Dakar en 1963 et les Premiers Jeux africains de Brazzaville en 1965. Il a même présidé aux destinées de la Fédération burkinabè de Basket-ball de 1986 à 1993.

Après sa retraite en 2001, Jean Baptiste Ilboudo a passé une dizaine d’années (décembre 2005 à avril 2015) en tant que membre du Conseil constitutionnel

Le plein de médailles

Le moins que l’on puisse dire est que son tableau de médailles nationales et étrangères est assez garni. Chevalier de l’Ordre national, Chevalier de l’Ordre du Mérite sportif, Officier de l’Ordre national, Commandeur de l’Ordre de L’Étalon, Commandeur de l’Ordre de Tudor Vlademenescu décerné par la Roumanie, Commandeur de l’Ordre de St Martin décerné par le Vatican, Grand Officier de l’Ordre national de Côte d’Ivoire, Grand-Croix du Mérite avec Étoile et Écharpe de la République fédérale d’Allemagne.

L’économiste planificateur : Dr Issa Larba Kobyagda, secrétaire permanent du COST

Nanti d’une douzaine d’années d’expériences dans l’élaboration et le suivi des politiques publiques, des projets et programmes de développement, l’économiste-financier, Dr Issa Larba Kobyagda occupe le poste de secrétaire permanent au sein du Conseil d’orientation et de suivi de la Transition.

Directeur général de l’économie et de la planification au ministère en charge de l’économie, depuis octobre 2018, il est également depuis octobre 2019 le responsable du programme budgétaire « pilotage de l’économie et du développement » au sein dudit ministère. Issa Larba Kobyagda a occupé le poste de coordonnateur du bureau d’analyse et des études stratégiques du ministère de l’économie, des finances et du développement.

Le Dr Issa Larba Kobyagda a une douzaine d’années d’expériences dans l’élaboration et le suivi des politiques publiques

Titulaire d’un Doctorat unique en Sciences économiques de l’université Ouaga II, il dispense des cours de Macroéconomie approfondie, de Macroéconomie avancée, d’Intelligence économique, de Finance agricole et d’Économie des organisations.

Dr Kobyagda a occupé plusieurs postes de responsabilité tant au niveau administratif que scientifique. Coordonnateur de la commission nationale de planification du développement (CNPD) du Burkina Faso, instance qui a entre autres pour but d’examiner les documents de politiques publiques, de conseiller et d’alerter sur les questions nationales de développement, il occupe depuis octobre 2018 le poste de coordonnateur de l’observatoire national du dividende démographique du Burkina Faso.

Le nouveau secrétaire permanent du Conseil d’orientation et de suivi de la transition est Chevalier de l’Ordre de l’Etalon.

L’homme est enfin membre du Conseil scientifique du Réseau africain de recherche fiscale (ATRN) qui est une plateforme de choix pour la recherche fiscale africaine qui vise à faciliter la recherche africaine en matière de politique fiscale, administration, droit et leadership. Dr Kobyagda est Chevalier de l’Ordre de l’Etalon.

A lire aussi : Burkina Faso : Composition du Conseil d’orientation et de suivi de la Transition

HFB
Lefaso.net

Burkina, MPSR2 : Attention aux dérives du MPSR1 avec les (...)
Lutte contre le terrorisme : « Un État gangrené par la (...)
Contribution à l’effort de guerre : Le Président de la (...)
Processus électoraux en Afrique : Des présidents (...)
Gouvernance au Burkina : « Les manquements de cette (...)
Processus électoraux en Afrique : Les organes de gestion (...)
Burkina : Le lieutenant-colonel Ismaël Diaouari nommé (...)
Burkina : Le Collectif des leaders panafricains va (...)
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un individu (...)
Rumeurs de tentative de coup d’État au Burkina Faso : Le (...)
Velléités de déstabilisation de la transition : « C’est (...)
Burkina Faso : Le président de l’Assemblée législative de (...)
Burkina Faso : Le capitaine Ibrahim Traoré aurait (...)
Soutien pour le renforcement de la démocratie au Burkina (...)
Accusation de déstabilisation de la transition : Le (...)
Affaire 2000 soldats étrangers au Burkina Faso : Le (...)
Burkina : Des organisations féminines choquées par les « (...)
Élections 2024 au Burkina : La CODEL propose six (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition est (...)
Burkina : Ce qu’il faut retenir de la Déclaration de (...)
Déclaration de politique générale : Les parlementaires (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 12075



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés