Actualités :: Café politique de l’ARGA : La première édition se penche sur la place des (...)

L’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA), section Burkina Faso, a initié, le vendredi 29 juillet 2022 à Ouagadougou, un café politique. Ce cadre inclusif multi-acteurs d’échanges, de réflexion collective et de propositions sur la gouvernance démocratique a réuni des hommes politiques, des leaders de la société civile, etc.

Les échanges à l’occasion de cette première édition du café politique de l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA), section Burkina, ont porté sur le thème « Crise sécuritaire, humanitaire et institutionnelle au Burkina Faso : quelles contributions des partis politiques et des OSC ? ».

Selon les initiateurs, il s’agit de créer un espace inclusif multi-acteurs d’échanges, de réflexion collective et de propositions sur la gouvernance démocratique. De l’avis de Boureima Ouédraogo, l’un des panélistes, cela permettra aux différents acteurs de se parler et de s’écouter, car le constat est qu’au Burkina, ce n’est pas la chose la mieux partagée. « Donc on a créé ce cadre de différents acteurs de différentes obédiences politiques pour qu’ils puissent donner leur point de vue sur ces questions de l’heure », a-t-il déclaré.

Deux autres éditions du café politique auront lieu en septembre et fin octobre, a informé Boureima Ouédraogo.

De la présence massive de l’ethnie peule dans les groupes terroristes

Pour Boubacar Sanou du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le problème du Burkina, c’est le manque de leadership. « On rejette tout sur les autres. Aucun Burkinabè n’est responsable de quelque chose. Quand tu prends l’homme politique, sa préoccupation principale, c’est de conquérir le pourvoir et de le conserver », a-t-il dénoncé.

La conséquence de cela, a-t-il poursuivi, est que les acteurs politiques sont prêts à s’allier à n’importe quel diable pour atteindre leurs objectifs. Prenant l’exemple du Niger, M. Sanou a soutenu que lorsque la question touarègue s’est posée, le peuple nigérien l’a affronté frontalement. « Cela devrait être le cas au Burkina avec la question peule. S’il y a un problème peul, il faut qu’on en parle pour trouver la solution. La solution, ce n’est pas de mettre ce problème sous le tapis », préconise le partisan du CDP.

Boubacar Sanou du CDP a dénoncé le manque de leadership au Burkina Faso.

Qu’est-ce qui explique la présence massive des Peuls au sein des groupes armés ? A cette question, l’homme politique propose de rencontrer la communauté en question pour en parler et trouver des solutions. Il en est de même pour les leaders musulmans. Car pratiquement tous les groupes armés se réclament de la religion musulmane.

Selon Aziz Diallo du Parti pour la démocratie et le socialisme (PDS), membre-fondateur de l’Alliance ensemble pour le Faso, il n’y a pas de problème peul au Burkina, mais plutôt un problème communautaire. Car, a-t-il estimé, dans les zones à fort défi sécuritaire, l’Etat, dans sa forme compassionnelle, n’a jamais existé. « Ayons le courage de le dire ; c’est pour cela que nous subissons cette situation. Ceux qui ont pris les armes contre la République n’ont jamais vu la République venir vers eux. Je ne conçois pas cette façon de réagir mais c’est l’opportunité qu’ils ont choisie », analyse l’ancien député-maire de Dori.

« Il n’y a pas de problème peul de façon spécifique, mais un problème communautaire », a défendu Aziz Diallo.

Tous responsables mais pas tous coupables

Thomas Ouédraogo du Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) s’est refusé de faire un jugement de valeurs sur une catégorie de la société civile. S’exprimant sur le rôle des OSC, il a laissé entendre que c’est de bonne guerre que certaines OSC soient utilisées par les hommes politiques. « Parce que cela participe à leur stratégie de redéploiement. Mais les OSC convaincues et acquises à des causes vont toujours travailler dans le sens de l’interface, dans le sens de la contre-balance, dans le sens de la promotion des valeurs », a-t-il relativisé. Avant de conclure qu’on est tous responsables mais pas tous coupables.

Après les échanges, Boureima Ouédraogo a informé qu’une synthèse sera faite. En plus de cela, d’autres éditions seront organisées avec une thématique similaire d’ici septembre prochain, en tenant compte de l’évolution du contexte. Une troisième édition sera ensuite initiée en fin octobre. Cette édition fera également la synthèse de l’ensemble des éditions passées.

Ce café politique a réuni des hommes politiques, des leaders d’OSC, etc.

« Mon coup de cœur pour cette première édition, ce sont les regards croisés des politiciens, notamment Aziz Diallo et Boubacar Sanou, sur les manifestations de cette crise que nous vivons. Mon coup de cœur se situe également au niveau de la capacité qu’ils ont eu à surmonter les divergences pour aller à un appel à un retour aux valeurs qui font de nous des Burkinabè », a-t-il apprécié. Selon son entendement, c’est la principale voie de retour à une situation institutionnelle stable. Car le problème du Burkina, c’est avant tout la crise de valeurs, la crise de gouvernance.

Obissa Juste MIEN
LeFaso.net

Politique au Burkina : Le front patriotique mobilisé (...)
Situation confuse à Ouagadougou : « Libérez Zoungrana ! » (...)
Confusion au Burkina Faso : Le LCL Damiba invite au (...)
Burkina Faso. : Situation toujours confuse à Ouagadougou (...)
Burkina Faso : Situation confuse à Ouagadougou ce 30 (...)
Burkina/ MPP : Roch Kaboré et Simon Compaoré instruisent (...)
Burkina : L’Unité d’action syndicale échange avec le (...)
Université Jean Moulin de Lyon : Blaise Compaoré risque (...)
77e AG des Nations unies : Le président Damiba demande (...)
Burkina : Alpha Barry, Bachir Ismaël Ouédraogo, Alpha (...)
77e AG des Nations unies : le Président du Faso est (...)
Burkina : « On a vu ces conférences de presse des OSC (...)
Affaire Boukary Dabo : Séni Kouanda, ancien président de (...)
Burkina/Politique : Nestor Batio Bassière « acte (...)
Impasse politico sécuritaire au Burkina : Le Front (...)
Burkina/Transition : La Génération de veille citoyenne (...)
Burkina Faso : Le parti « Rassemblement mains blanches » (...)
Journée internationale de la démocratie : Les élections, (...)
Burkina : Rumeurs sur une motion de destitution du (...)
Burkina, la défense perd sa tête : Le général Aimé (...)
Remaniement ministériel : Voici la nouvelle composition (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11844



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés