Actualités :: Burkina-conseil des ministres : Cachez ces révocations avec effet immédiat (...)

Le lendemain d’une conférence de presse du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le conseil des ministres qui a suivi le mercredi 25 mai 2022 a démis de leurs fonctions les directeurs généraux de la Caisse nationale de sécurité nationale et de la Banque agricole du Faso avec effet immédiat.

Ces deux responsables sont tous des dirigeants des partis de la majorité présidentielle du président déchu Roch Marc Christian Kaboré que les militaires ont renversé le 24 janvier 2022. On avait mis cette réaction sur le compte de l’énervement, et espéré que le conseil des ministres soit le lieu de prise de décisions mûries dont on a pesé le pour et le contre. Mais notre espoir semble déçu puisque la révocation tapageuse des fonctionnaires est devenue un joujou apprécié du conseil des ministres.

C’est même devenu une rubrique à part entière, qui figure en bonne place dans le compte rendu du conseil des ministres. C’est sans aucun doute un moyen d’affirmer son pouvoir sur les hommes, mais on aimerait que le gouvernement nous explique comment ce procédé améliore la gestion du pays, en coupant les têtes et en créant de multiples intérimaires sans pouvoir de décision, comme s’il voulait augmenter le désordre général du pays.

Qu’est-ce qu’un conseil des ministres ? Il est censé être une réunion collégiale des ministres en totalité ou en partie sur des sujets de portée générale pour le pays c’est-à-dire des projets de lois, ordonnances décrets ou des nominations dans les hautes fonctions administratives. L’ordre du jour du conseil des ministres est établi par le chef du gouvernement. Si le conseil des ministres nomme dans les hautes fonctions, c’est donc lui qui renvoie, licencie les hauts fonctionnaires.

Mais est-ce politiquement correct pour un gouvernement de se présenter en père fouettard qui chaque mercredi apporte son lot de malheurs et de mécontents dans le pays ? Est-ce vraiment futé de faire le mal en battant des mains en criant et en sautant de joie, dans un pays confronté à des défis immenses avec chaque jour son lot de victimes du terrorisme (personnes mortes, blessées, déplacées) ?

Dans tous les pays du monde, chaque semaine il y a des conseils des ministres qui nomment des personnalités dans les hautes fonctions. Si l’institution ne vient pas d’être créée, cela veut dire que les personnalités nommées remplacent des dirigeants précédemment choisis. A notre connaissance il n’y a pas de publicité sur les personnes qui perdent leurs fonctions. Notre pays s’illustre négativement par la propagande sur les responsables qu’on chasse.

Ce n’est pas par amabilité que le gouvernement fait cas de ses personnes démis de leurs fonctions. La portée de cette information n’est pas générale (seul le service et l’intéressé sont concernés par cette information), par contre un décret qui augmente les émoluments des membres du gouvernement intéresse davantage de personnes et le compte rendu du conseil des ministres n’en parle pas. La méchanceté, dit quelqu’un, consiste à mal faire.

Si la publicité sur les nominations est bien accueillie, par contre on ne voit pas le motif de crier sur les toits et les antennes de radio et télévisions etc. que le directeur de tel service est démis de ses fonctions avec effet immédiat. Quel est l’objectif recherché et le résultat attendu de la part du gouvernement d’une telle démarche ? Il y a un tort, un préjudice manifeste qui est fait à la personne si elle n’a commis aucune faute, Le gouvernement veut-il donner du plaisir aux pervers qui rient du malheur des autres ?

Quel peut être l’intérêt de la publicité sur la fin de mission des personnalités si celles-ci ne sont pas en faute ? Car si elles sont en faute, on peut considérer que la campagne sur les destitutions avec exposé des motifs peut aider à sensibiliser et à lutter contre ces agissements délictueux ou criminels. Le gouvernement de transition devrait améliorer sa communication sur le compte rendu du conseil des ministres.

Sana Guy
Lefaso.net

Burkina Faso : Roch Kaboré attendu ce jeudi aux Émirats (...)
Burkina /Politique : Le Front patriotique demande la (...)
39e anniversaire de la révolution burkinabè : Le (...)
62e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : (...)
Conduite de la Transition : Le Président du Faso échange (...)
Situation nationale : La « Mobilisation des intelligences
Burkina : Un Front patriotique est lancé pour « oeuvrer (...)
Burkina Faso : L’ALT définit le rôle du Conseil (...)
Rumeurs sur l’enterrement des restes de Sankara et (...)
Burkina : L’UNIR/MPS en congrès extraordinaire, (...)
Montée des couleurs à la Primature : Pas de vacances pour (...)
Burkina : Le mouvement BUTS appelle à la mobilisation (...)
Café politique de l’ARGA : La première édition se penche (...)
Burkina : Une activité demandant le départ de l’ambassadeur
Elections législatives au Sénégal :Kadré Désiré Ouédraogo à (...)
Situation nationale : L’ancien ministre, Rosine (...)
Burkina : Le mouvement BUTS au chevet d’un pays en quête (...)
Burkina : L’Etat joue au grand prêtre de la réconciliation en
Demande de pardon de Blaise Compaoré : « J’aimerais que le (...)
Burkina Faso : Blaise Compaoré demande pardon à la (...)
Réconciliation au Burkina : « Blaise Compaoré doit se (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11781

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés