Actualités :: Charte de la Transition : L’institut Free Afrik pointe des "déséquilibres (...)

L’institut Free Afrik pointe, à travers les lignes qui suivent, certains déséquilibres contenus dans la charte de la Transition signée dans la nuit du 1er au 2 mars 2022 qui pourraient menacer le bon déroulement de la Transition politique qui commence au Burkina Faso.

FREE Afrik a pris connaissance, dans la nuit du 1er au 2 mars, de la Charte de la Transition. En attendant une évaluation systématique assortie de propositions éventuelles, FREE Afrik s’inquiète de déséquilibres majeurs. Qu’il suffisent d’en évoquer sommairement que deux.

1. L’hyper-dominance militaire sur les institutions de la Transition, sans exception, crée un déséquilibre qui marginalise la participation de certains acteurs stratégiques de la société et affaiblit leur engagement dans la Transition. Ce déséquilibre de pouvoir est source de toutes les dérives. Il ne permettra pas un engagement de tous pour défendre les institutions de la Transition dans les secousses immanquables à venir. Si les acteurs sont de bonne foi, cela est rattrapable.

2. En particulier, la porte laissée ouverte au Premier ministre et aux membres du gouvernement pour participer aux élections de sortie de Transition, minera dangereusement la confiance. Le PM et son gouvernement n’auront pas dans ces conditions le grand soutien requis pour affronter le terrorisme et les défis de la gouvernance. Un PM et des ministres candidats putatifs seront combattus, surtout dans leurs meilleures actions, car leur succès évincera leurs concurrents aux élections.

En conséquence, ceux-ci s’assureront qu’ils échouent. Dieu sait que beaucoup ont les moyens de faire échouer, sans avoir l’éthique de s’en priver. Les engagements de non candidature, fussent-ils publics, ne rassureront pas assez. Si les acteurs sont de bonne foi, des solutions, certes délicates, peuvent être trouvées.

La Charte de la Transition doit poser un socle fondateur solide sur lequel s’appuyer pour lutter contre le terrorisme, redresser la gouvernance et bâtir notre Nation. Ce socle fragilisé ne servira que l’instabilité du pays.

Soyons généreux avec notre beau pays. Entendons la souffrance des populations dont près 1/10 est déplacé loin de sa demeure et 1/7 en détresse alimentaire.

Dr Ra-Sablga Seydou OUÉDRAOGO
Directeur exécutif FREE Afrik

Transition au Burkina : « Réconciliation, refondation et (...)
Transition au Burkina : « Nul ne peut se prévaloir du (...)
Burkina : Le Premier ministre évoque une éventuelle (...)
Burkina : L’ex majorité présidentielle déplore d’avoir été (...)
Paix et réconciliation nationale : Le Président du Faso (...)
Burkina/Politique : Une alliance de partis rejette (...)
Burkina Faso : Les futures élections vont se tenir en (...)
Crise au sein du CDP : « Pour nous direction politique, (...)
Burkina/Politique : Eddie Komboïgo convoque son bureau (...)
Commune de Bobo-Dioulasso : Les membres de la délégation (...)
Centre-ouest : Les femmes du CDP plus que jamais (...)
Insécurité au Burkina : Roch Kaboré et Paul-Henri Damiba (...)
Détention de Roch Kaboré : Une marche-meeting le 2 (...)
Grand prix Manéga de la paix : Des personnalités (...)
Bobo-Dioulasso : Des OSC demandent la démission du (...)
Commune de Dapélogo (Plateau central) : La délégation (...)
Opération mana mana : « Si nous pouvons nous mettre (...)
Opération Mana-mana : Le Premier ministre se réjouit de (...)
Burkina/politique : Eddie Komboïgo répond à la lettre de (...)
Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) : Un (...)
Enquête de perception des 100 jours du MPSR

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11697

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés