Actualités :: Burkina : « Les assises nationales constitueront le socle fondamental à (...)

Les forces vives du Burkina ont, sous la houlette du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR), rendez-vous ce lundi 28 février 2022 à Ouagadougou pour examiner, adopter la Charte de la transition et investir le président. En prélude à ces assises, le lieutenant-colonel Daba Naon a, samedi, 26 février 2022, animé une conférence de presse au cours de laquelle, il a réagi à la situation sécuritaire.

« Ces assises nationales réuniront des représentants de toutes les forces vives de la Nation et notamment des représentants de personnes déplacées internes. Les travaux des assises nationales consisteront en l’examen et l’adoption de la charte de la transition, l’examen et l’adoption de l’agenda de la transition, l’examen et l’adoption de la charte des valeurs, la désignation du président de la transition et l’investiture du président de la transition. Ce processus consensuel de validation, voulu par le chef de l’État, s’inscrit dans la logique de prendre en compte les aspirations profondes du peuple et d’impliquer tous les acteurs du processus pour que l’œuvre de refondation soit collective », a présenté le lieutenant-colonel Daba Naon, animateur de la conférence de presse.

Réagissant à des questions des journalistes sur les modalités de mise en place de la Charte et la démarche du MPSR face à l’urgence sécuritaire, le lieutenant-colonel Naon a insisté sur la nécessité de travailler à l’inclusivité, dans l’esprit de la refondation prônée par le président du MPSR, président du Faso, et pour se donner la chance d’un retour à la paix.

« Nous sommes dans un processus inclusif, qui vise à permettre à tous les Burkinabè de toutes les sensibilités possibles, d’adhérer au projet qui est en cours, afin que nous ne puissions plus partir en rangs dispersés, pour recouvrer l’intégrité du territoire national. La lutte contre le terrorisme est assez complexe, elle a besoin de tous les acteurs ; nous devons nous associer, nous entendre sur l’essentiel pour pouvoir gagner cette guerre. Si nous ne nous entendons pas, si nous partons en rangs dispersés, nous assurons la garantie de ne jamais gagner cette guerre.

Donc, procéder comme nous sommes en train de faire, participe de tous les préalables qu’il faut prendre en compte pour, in fine, aboutir à ce qui a amené le MPSR dans sa posture actuelle, c’est-à-dire une mission claire de reconquérir le territoire total et de permettre aux Burkinabè (qui ont été obligés par cette situation de se retrouver comme des étrangers dans leur pays) de regagner leur territoire », détaille le conférencier.
Les assises, poursuit-il, permettront donc de prendre en compte des recommandations supplémentaires afin de garantir que le document est inclusif.

Quid du délai à impartir à la transition ?

Au cours de cette sortie, le lieutenant-colonel Daba Naon n’a contrebalancé aucune question ; qu’elles soient en lien direct avec son sujet du jour ou non, le conférencier a apporté des réponses aux préoccupations, l’air serein et dans un ton policé. Ainsi, sur le délai raisonnable de la transition, il a relevé la nécessité de tenir compte des objectifs que le MPSR s’est assignés aux côtés du peuple pour surmonter les défis de l’heure.

« Dans le processus d’élaboration de la Charte, au niveau de la commission technique, nous avons identifié les actions et les missions essentielles que la transition devrait mettre en œuvre, et c’est à partir de cela que le processus de détermination d’un délai a été lancé. Du coup, toutes les actions importantes de réformes, de sécurité, ont été consignées dans l’agenda de la transition. (…). La durée de la transition sera en débats lors des assises et c’est ensemble qu’une durée raisonnable, à même de permettre de réaliser les missions de la transition dans un climat apaisé pour le pays, sera arrêtée. (…).

*********************************************************************

Lire aussi LCL Daba NAON : « Le MPSR invite tous les Burkinabè à s’impliquer sans réserve dans le processus en cours pour une restauration de notre intégrité »

*********************************************************************

Nous pensons que le calendrier qui part d’un raisonnement assez précis, lorsque nous avons consulté la hiérarchie des forces de défense et de sécurité, lors des travaux, pour savoir combien de temps elles (les Forces de défense et de sécurité) pensent que la mission de lutte contre le terrorisme peut prendre pour un retour progressif des personnes déplacés internes, elles ont dit qu’il nous faut environ deux ans. Et selon nous, deux ans, ce n’est pas une durée figée. Deux ans requièrent un certain nombre de préalables. Nous ne débutons pas la lutte contre le terrorisme à partir du 24 janvier 2022, bien entendu, nous sommes dans cette lutte bien longtemps.

Les acquis, nous allons les renforcer, les lacunes et les gaps, nous allons les combler. Mais, avec toutes les forces vives. Et quand nous aurons progressivement atteint une certaine montée en puissance, nous pourrons garantir que les pans de notre territoire qui sont occupés par l’adversaire seront donc reconquis afin de permettre aux populations déplacées de revenir sur leur terrain », a expliqué le conférencier.

La dégradation continue de la sécurité n’échappe pas au MPSR

Interpellées également sur l’insécurité persistante qui prévaut, les autorités du MPSR se disent, selon le lieutenant-colonel Naon, conscientes des fortes attentes des Burkinabè pour que le pays puisse recouvrer la sécurité. « Oui, nous entendons le cri de cœur de Djibo. Oui, nous savons ce qui se passe sur le territoire national. Qu’est-ce que nous faisons ? Nous faisons beaucoup de choses. Mais vous n’êtes pas sans savoir ce que c’est que ce type de guerre qui nous est imposée. L’avènement du MPSR le 24 janvier 2022 ne signifie pas la fin du terrorisme le 25 janvier 2022. C’est un processus et c’est avec tout le monde. Et c’est en cela que les assises nationales constitueront le socle fondamental à partir duquel, nous garantirons la victoire. (…).

Le Chef de l’Etat lui-même vient du terrain, depuis longtemps. Il est reparti sur le terrain à plusieurs reprises depuis le 24 janvier. Nous avons fait un choix, qui est celui de ne pas faire la guerre de communication seulement. Il y a du résultat sur le terrain, il y a des efforts qui sont déployés çà et là. Le but, c’est de partir soudés, et l’organisation des assises participent de cela », rassure le porte-parole du MPSR à la conférence, en réponse à une question sur la situation qui prévaut à Djibo et dans bien d’autres localités.

Ces assises nationales, qui s’ouvrent dans quelques heures, sont importantes pour l’ensemble du Burkina Faso, met en exergue le lieutenant-colonel Daba Naon. « Il y aura certainement des attentes non-comblées pour certaines composantes de la nation.

Mais, nous avons besoin de nous entendre sur l’essentiel pour qu’enfin, nous puissions rebondir et gagner la guerre de la sécurité afin que notre pays puisse repartir sur de nouvelles bases. Nous avons une occasion de repartir (sur de bonnes bases) en nous appuyant sur ce qui nous unit, sur ce qui compte le plus pour notre nation, plutôt que ce qui nous divise. Que ces assises soient le lieu de la véritable refondation de notre peuple », lance-t-il à l’ensemble du peuple et des populations burkinabè.

Les forces vives elles-mêmes seront le garant de ce qu’elles auront décidé, et le président de la transition en sera le garant, en termes d’autorité ou d’organe qui veillera à sa mise en œuvre, explicite le lieutenant-colonel Daba Naon, parlant du suivi du contrat social qui sera arrêté à travers la Charte.

O.L. O
Lefaso.net

Ouagadougou : Une manifestation contre le néocolonialisme
Burkina Faso : Roch Kaboré attendu ce jeudi aux Émirats (...)
Burkina /Politique : Le Front patriotique demande la (...)
39e anniversaire de la révolution burkinabè : Le (...)
62e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso : (...)
Conduite de la Transition : Le Président du Faso échange (...)
Situation nationale : La « Mobilisation des intelligences
Burkina : Un Front patriotique est lancé pour « oeuvrer (...)
Burkina Faso : L’ALT définit le rôle du Conseil (...)
Rumeurs sur l’enterrement des restes de Sankara et (...)
Burkina : L’UNIR/MPS en congrès extraordinaire, (...)
Montée des couleurs à la Primature : Pas de vacances pour (...)
Burkina : Le mouvement BUTS appelle à la mobilisation (...)
Café politique de l’ARGA : La première édition se penche (...)
Burkina : Une activité demandant le départ de l’ambassadeur
Elections législatives au Sénégal :Kadré Désiré Ouédraogo à (...)
Situation nationale : L’ancien ministre, Rosine (...)
Burkina : Le mouvement BUTS au chevet d’un pays en quête (...)
Burkina : L’Etat joue au grand prêtre de la réconciliation en
Demande de pardon de Blaise Compaoré : « J’aimerais que le (...)
Burkina Faso : Blaise Compaoré demande pardon à la (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11781

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés