Actualités :: Lutte contre le terrorisme au Burkina : Sibila Ouédraogo interpelle sur le (...)

Tête de liste du mouvement SENS aux législatives de 2020, Sibila Samiratou Ouédraogo reste engagée dans les actions de promotion civique et de défense des plus faibles. Partie pour soutenir une rencontre d’échanges sur la situation sécuritaire de la province du Soum, elle raconte sa déception de s’être retrouvée exclue des débats. Son cri du cœur lancé ce 24 février 2022 sur sa page Facebook.

Bonjour très chers,

J’espère que vous allez bien et que vos activités vont bon train.

Je m’excuse d’avance car le sujet sur lequel je souhaite communiquer aujourd’hui pourrait être assez sensible. Cependant, je pense qu’il est nécessaire d’en parler, et je voudrais vous demander de bien vouloir me lire jusqu’à la fin de ce récit. J’ai un message à passer.

Le mercredi 23 février 2022, jai vu sur les réseaux sociaux cette image qui appelait les fils du Soum à un rencontre, afin de proposer des solutions crédibles et concrètes, par rapport à la situation sécuritaire actuelle de la zone.

Dès que je l’ai vu, je l’ai tout de suite partagé avec des camarades engagés et demandé l’avis du secrétariat en charge de la jeunesse du mouvement SENS, pour une éventuelle participation. L’idée fut bien accueillie car pour nous, nous avons un devoir de solidarité envers nos frères du Soum. Nous avons l’obligation de porter cette croix avec eux, parce que le territoire du Burkina Faso est unique et indivisible ; si le Soum venait à tomber, ce sont tous les Burkinabè qui auraient perdu. Et la même chose risque de se répéter dans d’autres provinces ...

Cette lutte alors, nous devons la mener ensemble. Par conséquent, on est tous concernés par la rencontre et il faut y aller !

Vite, je contacte l’un des numéros sur l’affiche, lui explique que nous ne sommes pas du Soum mais voulons participer à cette activité, car touchés par ce qui s’y passe. Il m’indique alors le lieu de la rencontre.

Jeudi 24 février à 15h comme convenu, nous sommes à la salle de conférence de l’école madrassa de Hamdalaye. Une trentaine de minutes plus tard, le premier modérateur prend la parole.

Le problème, la langue parlée est le fulfudé et nous ne comprenons rien. Fort heureusement, le second modérateur (celui que j’avais contacté) demande s’il y a des personnes dans la salle qui ne comprennent pas fulfudé, nous répondons "oui" en levant les mains , et il traduit l’introduction pour nous.

Les discussions commencent. Première, deuxième, troisième, quatrième intervention, toujours fulfudé, cette fois-ci sans traduction. Nous commençons à murmurer après l’intervention du maire de Tongomael et le modérateur prend la parole pour traduire en une phrase ce que Monsieur le maire et ses prédécesseurs ont eu à dire. Nous commençons à nous regarder les uns les autres... On se demandait "le pourquoi" de ce qui venait de se passer.

Déterminés quand même à comprendre ce qui se dit et à participer aux débats, puisque nous souhaitions intervenir, nous nous tournons vers nos voisins les plus proches pour demander la traduction.

Les discussions vont de plus plus bel et nous, nous sommes de plus en plus "bleus" ! À chaque intervention, nous répétons le même geste auprès de nos voisins parce que nous avions la volonté de participer à cet échange. Je pris même l’initiative d’écrire au modérateur "s’il vous plaît monsieur, pourrait-on avoir une traduction de ce qui se dit ? Nous ne comprenons pas". Pas de réponse, peut-être n’a-t-il pas vu le message ? Possible !

Entre temps, l’un de nos voisins nous dit : "vous dérangez. Vous nous dérangez... Depuis longtemps, vous ne faites que parler et vous retourner". Une de nous essaie de lui expliquer qu’en fait, on ne comprend pas fulfudé et qu’on se retourne pour demander la traduction. Silence, il nous regarde et continue à suivre les débats, sans placer un seul mot.

Nous nous disons donc que finalement, nous ne sommes peut-être pas à notre place ici et qu’on forçait trop les choses. Nous prenons donc la décision de nous en aller, retenant douloureusement dans nos gorges les modestes contributions que nous nous étions apprêtés à partager lors de cette rencontre.

Une fois dehors, un de nos voisins qui était allé payer de l’eau nous interpelle : "pourquoi partez-vous ?" L’une de nous répond : "Vous ne parlez que fulfudé, nous ne comprenons rien". Le voisin répond :"Non, mais il fallait attendre la fin. On fera une synthèse en français pour vous"...
Je m’arrête là.

Ce jour, 24 février 2022, j’ai compris que nous avons un problème. Il est d’ailleurs très profond. Au Burkina Faso, nous ne sommes pas burkinabè. Nous sommes dagara, mossi, peuhl, samo, etc. Et cela, ce sont des clivages qui ne nous avancent en rien dans cette lutte contre le terrorisme.

Pour sauver le Soum, et le pays tout entier d’ailleurs, nous avons le devoir de permettre à toutes les communautés de participer aux combats se rapportant à cette cause. Et ces communautés en retour ont l’obligation de se joindre à cette "guerre" ! Tant que nous serons communautaristes, rien ne risque de changer car "les mêmes causes dans les mêmes conditions produisent les mêmes effets" !

La division, l’exclusion, le renfermement n’ont jamais construit une nation. Prenons conscience de cela "avant qu’il ne soit trop tard, car il est déjà tard", comme le disait le Professeur Laurent Bado.

Je termine en disant que cette scène m’a assez étonnée quand même. Car je me rappelle que lors des campagnes électorales de 2020, j’ai côtoyé des soumois avec qui je ne me suis jamais sentie étrangère ! Au contraire, ils m’ont beaucoup soutenue. Merci encore à vous, le "grain DICKO", et #dickolesahelien.
Je vous souhaite de passer une très bonne fin de semaine.

#Sibila Ouédraogo

https://www.facebook.com/profile.php?id=100063660431942

Burkina : Les contributions étrangères utiles au chantier (...)
Terrorisme : Un tournant dans la lutte en vue avec la (...)
Lutte contre le terrorisme : Un citoyen propose la (...)
Lutte contre le terrorisme : La veille citoyenne doit (...)
Newton Ahmed Barry : « Si je devrais être un mort de (...)
Sécurité au Burkina : Me Hermann Yaméogo rappelle le délai (...)
Violences basées sur le genre : Elles peuvent prendre (...)
Pillage du magasin de la SONAGESS à Arbinda : Le (...)
Néo-Sankarisme et panafricanisme : Des défis majeurs au (...)
Renaissance africaine : L’écrivain Hassane Baadhio rend (...)
Burkina Faso :L’ex-députée ALT Adja Zarata Zoungrana (...)
Le Mouvement M30 Naaba Wobgo à l’Union européenne : « (...)
Mobilisation et contribution citoyennes : Faisons (...)
Sauvegarde et restauration du territoire burkinabè : (...)
Propos du Premier ministre sur l’insuffisance de (...)
Rencontre du président de la transition avec la classe (...)
Gouvernance au Burkina : Le président Traoré sur les pas (...)
L’humeur de Sayouba Traoré : En toute conscience
Burkina : Pour « un peuple de convaincus et non un (...)
Tribune : Face à l’insécurité alimentaire mondiale, la (...)
Lettre ouverte au nouveau gouvernement : Renforcer un (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5187



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés