Actualités :: Éducation des jeunes au Burkina : Mme Handsome/Yiogo Yvette invite le MPSR à (...)

Dans ce message, Mme Handsome/Yiogo Yvette, présidente et conseillère de l’Association Burkinabè pour l’Emploi et la Formation Technique et Professionnelle (ABEF/TP) invite le Président du Faso à mettre l’accent sur l’enseignement technique des jeunes afin de faciliter leur employabilité. Lisez l’intégralité du texte.

A
Monsieur le Président du Faso, Président du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR) Monsieur le Président du Faso,

Ce mercredi 16 Février 2022 marque un tournant décisif dans notre histoire commune, un tournant décisif dans l’histoire du Burkina Faso. L’avènement du MPSR au pouvoir apporte un espoir de changement dans la gouvernance, un espoir de changement sur le plan sécuritaire, économique et social.

Monsieur le Président,

la population Burkinabè de façon générale, les jeunes et femmes en particulier font face à des difficultés liées à l’éducation, à la formation technique et professionnelle et à l’emploi. Notre éducation est toujours tournée vers un enseignement général qui continue de produire des chômeurs. La vague de chômeurs produit par notre système éducatif avec pour corollaires la pauvreté, l’oisiveté, le découragement, le banditisme, la corruption et la recherche du gain facile est selon notre constat l’une des causes pour ne pas dire la première cause de l’engagement des jeunes hommes et femmes dans les groupes terroristes.

Monsieur le Président,

l’emploi et la formation technique et professionnelle n’ont pas été mis au rang des questions importantes en vue du développement du pays. En démontre la faiblesse du budget accordé au secteur, des attributions perdues souvent dans certains ministères, des changements de ministre à chaque remaniement...Au dernier remaniement ministériel, l’emploi et la formation professionnelle ont été greffé au ministère des Sports et des loisirs, ce qui, selon nous acteur/trice(e) du domaine rendra difficile les actions de promotion de l’emploi et de la formation professionnelle. Il est nécessaire de relever que la majeure partie des politiques, programmes et projets ont été mis en œuvre avec l’aide des Partenaires Techniques et Financiers. Ces actions ont produit des résultats certes, mais ces résultats restent en dessous des attentes des populations.
Monsieur le Président,

l’Association Burkinabè pour l’Emploi et la Formation Technique et Professionnelle vous invite à faire des questions d’emploi et de formation professionnelle des jeunes et des femmes, une des priorités à court moyen et long terme. En rappelle certaines régions du Burkina Faso connaissent un taux de chômage de près de 40% et un taux de sous-emploi de plus de 30%. Moins de 5% des jeunes ont reçu une formation technique et professionnelle leur permettant de pouvoir vendre leur force de travail et seulement 1% de ces jeunes ont reçu une formation dans le domaine agrosylvopastoral, qui est pourtant le plus grand pourvoyeur d’emplois au Burkina Faso.

Monsieur le président,

la lutte contre l’insécurité n’est pas seulement que militaire comme vous l’aviez si bien dit dans votre discours d’investiture. Il faudra donc refonder une nation juste, une nation où les jeunes ont l’amour du travail, une nation où la jeunesse est occupée utilement et participe au développement. Ce sera une arme forte qui permettra d’éradiquer la radicalisation et l’extrémisme violent.

Monsieur le Président,

le Développement des Compétences Techniques et Professionnelles (DCTP), l’industrialisation de notre économie, l’accompagnement à la création d’entreprises sont des nécessités absolues afin que la frange jeune puisse avoir des occupations, des emplois décents, une autonomie financière. Si les jeunes ont des emplois, il n’y aura plus de candidat à l’extrémisme, à la radicalisation. Nous comptons sur votre sens d’écoute et de discernement afin que vivement, des solutions pérennes soient trouvées pour l’emploi et la formation professionnelle des populations du Burkina Faso à travers notamment une réforme institutionnelle et des actions fortes de lutte contre le chômage et le sous-emploi des populations cibles.

La patrie ou la mort, nous vaincrons !

Madame Handsome/Yiogo Yvette, Conseillère en emploi et en formation professionnelle Présidente de l’ABEF/TP
Contact:74111310

M.DRABO Issa Mohamed, Conseiller en emploi et en formation professionnelle Secrétaire Général de l’ABEF/TP
Contact:70022148

Contre les miracles en politique : Pourquoi pas des (...)
Relations internationales : Relever les défis et bâtir (...)
Mauvais ou Monnaie ? : Le buzz de ces soi-disant (...)
Burkina Faso / Secteur du tabac : Trop d’usines pour un (...)
Tiémoko Meyliet Koné, Vice-président de la République de (...)
Ministère du Genre et de la famille : On ne réinvente pas (...)
Journées de prières pour le retour de la paix au Burkina (...)
Afrique : Pourquoi la croyance à la sorcellerie reste (...)
« Les Burkinabè ne doivent-ils pas enfin se parler (...)
Les valeurs humaines : Vers une société en déliquescence (...)
Partis politiques et terrorisme : Deux cancers dont (...)
Djihadisme au Sahel : Mamadou Diallo propose ’une (...)
Burkina/Sécurité : Newton Ahmed Barry alerte sur une (...)
Burkina : Faut-il rémunérer les députés et les membres du (...)
Lutte contre le terrorisme au Burkina : Un citoyen (...)
Nombre de partis et formations politiques : Et si on (...)
Transition au Burkina Faso : Les balbutiements d’un (...)
Prise en charge des accouchements au Burkina : La (...)
Terrorisme : Nommons les choses !
Bipolarisation du monde : L’Afrique face à la compétition (...)
Burkina : Nos champions, nos héros

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5124



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés