Actualités :: Burkina : Le Syndicat du personnel de l’administration parlementaire salue (...)

Dans cette déclaration, le Syndicat autonome du personnel de l’administration parlementaire (SYNAPAP) salue l’esprit de continuité administrative affiché par les nouvelles autorités suite à la dissolution de l’Assemblée nationale après la prise du pouvoir par le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR). Il invite l’ensemble des travailleurs de l’administration parlementaire à faire montre d’exemplarité et de probité dans l’accomplissement des missions relatives à la gestion des affaires courantes de l’institution.

« Depuis le lundi 24 janvier 2022, l’ordre constitutionnel de dévolution du pouvoir d’Etat a été interrompu au Burkina Faso. En effet, dans une déclaration télévisée, un groupe de militaires se réclamant du « Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration » (MPSR) a renversé le Président élu le 22 novembre 2020. En conséquence, le Gouvernement et l’Assemblée nationale ont été dissouts. Le SYNAPAP, en tant qu’organisation démocratique et de masse, réaffirme son opposition de principe aux coups d’Etat et prône son attachement aux valeurs de liberté, de justice sociale et de bien être des travailleurs.

Il estime que ce coup de force est la conséquence logique d’une dégradation, sous le régime KABORE, du climat social marquée par une régression des libertés syndicales et démocratiques. A cela s’est ajoutée l’exacerbation de la crise sécuritaire avec ses conséquences désastreuses sur les travailleurs et les populations. La combinaison de tous ces problèmes sociaux, face auxquels aucune solution appropriée n’était apportée, laissait légitimement redouter la survenue d’actes insurrectionnels ou de coups de force.

Ce coup d’Etat a consacré une nouvelle donne politique. Le SYNAPAP, dès l’abord, salue l’esprit de continuité administrative affiché par les nouvelles autorités. En effet, l’Assemblée nationale, à l’instar du Gouvernement et des Collectivités territoriales, a une Fonction publique. Cette dernière est animée par des agents administratifs entièrement soumis, dans l’exercice de leurs missions, aux obligations du service public notamment la neutralité politique. C’est pourquoi, le SYNAPAP souscrit pleinement au maintien des droits acquis des travailleurs notamment ceux du personnel administratif de l’Assemblée nationale et appelle les nouvelles autorités au respect des libertés démocratiques et syndicales au sein de l’administration parlementaire.

Par ailleurs, le SYNAPAP salue l’esprit d’ouverture et de consensus annoncé par les nouvelles autorités dans leur annonce de refondation de la Nation burkinabè. Il nourrit le vœu que les préoccupations légitimes de la société burkinabè trouveront des réponses satisfaisantes dans le cadre d’une transition démocratique et sécurisée. Ainsi, il invite ses militant(e)s et sympathisants ainsi que l’ensemble des travailleurs de l’administration parlementaire à faire montre d’exemplarité et de probité dans l’accomplissement des missions relatives à la gestion des affaires courantes et de l’institution parlementaire de façon générale. »

Pour le Bureau exécutif

Albert B. KAMBIRE
Secrétaire général

Burkina Faso : Le président Damiba face à la raison (...)
L’humiliation de Blaise Compaoré
Burkina Faso : La Réconciliation n’est pas un spectacle (...)
Quand on se trompe volontairement
Burkina : L’arrivée de Blaise Compaoré n’est pas une (...)
Crise au sein du CDP : Un citoyen appelle les (...)
Burkina : Il faut sonner la fin de la récréation au (...)
Burkina : Sortir de la crise sécuritaire en donnant une (...)
Association des Journalistes Sportifs du Burkina : Le (...)
Libres propos : Un buzz qui ne nous fait pas (...)
CAN féminine Maroc 2022 : Le Onze de départ des Etalons (...)
CDP : "Ces lettres qui mettent à nu le complot contre (...)
Lutte contre le terrorisme dans le Sahel : "La (...)
La haine des maîtres : jusqu’où ira le délire ?
Lutte contre le terrorisme : « C’est un devoir pour (...)
Burkina : Peu importe l’ennemi il faut le détruire
Burkina : La Patrie ET la Mort, nous Vaincrons (...)
Vie sociale : « Le chef de famille n’est pas un (...)
Burkina Faso : Il faut supprimer l’armée pour sauver le (...)
Coût des imprimés au service des impôts de N’Dorola : (...)
Solhan, Madjoari, et Seytenga : Comprendre les (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 5166



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés