Actualités :: Sanctions de l’UEMOA et de la CEDEAO contre le Mali : Le Mouvement SENS (...)

Le Mouvement SENS, dans la présente déclaration, condamne « l’attitude irresponsable » de l’UEMOA et de la CEDEAO. Le mouvement exprime sa solidarité au peuple malien et réitère sa foi à une Afrique libre.

DECLARATION DE SOUTIEN ET DE SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE FRERE DU MALI

Le 4esommet extraordinaire des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Economique Ouest Africaine (CEDEAO) ainsi que la session extraordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) réunis à Accra le 9 janvier 2022 ont unanimement décidé d’infliger une série de sanctions économiques, financières et politiques au Mali, avec effet immédiat, au motif que ce pays ne montre aucune volonté ni aucun progrès « dans le processus de restauration d’un ordre constitutionnel et démocratique normal ».

Les deux organisations sous-régionales reprochent en outre aux autorités politiques de la Transition, le report des élections présidentielles initialement prévues pour le 27 Février 2022. Pour ces motifs, elles appellent l’Union Africaine (UA), l’Organisation des Nations Unies (ONU) ainsi que tous les autres partenaires du Mali à endosser et renforcer ces sanctions collectives contre le peuple du Mali.

En tant qu’organisation politique panafricaniste attachée au respect du droit des peuples à la liberté, le Mouvement SENS tient à exprimer tout d’abord sa solidarité avec le peuple frère du Mali aussi bien dans cette épreuve que dans toutes celles auxquelles il a été exposé ces dernières années, sans aucun soutien actif de ces organisations (CEDEAO, UEMOA…)

Il appelle ensuite l’ensemble des peuples d’Afrique à faire bloc pour soutenir le peuple frère du Mali et faire échec aux sanctions scélérates et irresponsables de la CEDEAO et de l’UEMOA.

Enfin, le Mouvement SENS condamne l’attitude irresponsable de ces deux organisations sous-régionales aussi bien pour leur collusion habituelle avec la mal gouvernance et les modifications constitutionnelles antidémocratiques que pour leur manque d’empathie et de solidarité avec les peuples d’Afrique.

Il réitère pour finir sa foi en une Afrique libre, véritablement indépendante et unie pour le bonheur et la prospérité de ses filles et fils.

La Coordination Nationale

Pouvoir judiciaire : Le Chef de l’Etat échange avec le (...)
Lutte contre l’insécurité au Burkina : Un regroupement de (...)
Reformes démocratiques au Burkina Faso : La participation
Conduite de la Transition : Le Président du Faso échange (...)
Protocole d’Etat au Burkina : L’ambassadeur Robert (...)
Ministère en charge de l’éducation : Ibrahima Sanon, (...)
Burkina/Refondation : « On ne peut pas préparer la vertu (...)
Pâques au Burkina : Le Parti Panafricain pour le Salut (...)
Crise sécuritaire au Burkina : Le CDP appelle à l’union (...)
Crise sécuritaire : Tahirou Barry appelle les Burkinabè (...)
Transition au Burkina : La NETH estime qu’il est temps (...)
Situation sécuritaire : La chambre des mines expose ses (...)
Procès destruction de biens : L’ex maire Rigobert Nassa (...)
Dialogue social : Le patronat burkinabè attend de l’Etat (...)
Promotion du dialogue social : Le Premier ministre (...)
Burkina : L’état d’urgence bientôt déclaré sur toute (...)
Libération de Roch Kaboré : « Vous allez le rencontrer au (...)
Produits de grande consommation au Burkina : Le (...)
Extradition de Blaise Compaoré : « L’Etat ivoirien a (...)
Assemblée législative de transition : Les députés formés (...)
Burkina : « Le Mouvement le Faso, Ma Patrie » encourage (...)

Pages : 0 | ... | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | 189 | ... | 11697

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés