Actualités :: Crise sécuritaire : L’opposition annonce des rencontres avec plusieurs (...)

Le chef de file de l’opposition politique annonce son retour à la table de discussion du Conseil National d’Orientation et de Suivi et au Comité de Suivi et de la mise en œuvre des recommandations du dialogue politique. L’opposition a également fait savoir, à travers la déclaration ci-après, qu’elle entamera des rencontres d’échanges avec plusieurs institutions dont le ministère des armées afin "d’avoir une juste appréciation des moyens mis en œuvre par le gouvernement dans la lutte contre le terrorisme et la mal gouvernance".

Le 9 novembre 2021, les partis politiques membres du cadre de concertation, réunis autour du chef de file de l’opposition politique (CFOP) avaient, après un triste constat de la grave dégradation de la sécurité avec en prime un désespoir généralisé au sein des masses populaires, invité le président Rock Marc Christian KABORE à prendre des mesures idoines et fortes pour maîtriser la situation dans un délai d’un mois.

A l’expiration du délai imparti, le constat sur le terrain pour le seul mois, reste encore plus sombre.

241 FDS tombés dont 54 rien qu’à Inata ;

Au moins 70 VDP tombés dont 42 à Titao ;

Plus de 32 FDS blessés ;

Plus de 40 personnes enlevées ou portées disparues ;

Des écoles et des commissariats fermés ;

Des Contrôles de CNIB par les terroristes sur les axes routiers ;

Des interceptions de camions destinés à ravitailler les populations en vivres et en carburant ;

Des racketages dans certaines localités ;

Des implantations de drapeau noir dans certains commissariats.

Au regard du monitoring ci-dessus, nous pouvons affirmer que le Burkina a enregistré en moins de deux (02) mois une recrudescence des attaques terroristes, avec son corollaire de massacres, de populations traumatisées, déplacées, assoiffées, affamées et parquées dans des espaces inappropriés. Des villes et villages vidés, des écoles fermées …

Ces drames ont été perpétrés sans réactions appropriées et efficaces, ce qui a fini par précipiter notre nation dans une situation infernale inacceptable. L’attaque d’Inata est venue subitement nous rappeler de graves dysfonctionnements inimaginables dans un pays censé être en guerre contre le mal terroriste depuis plus de six années.

Dans l’optique de ne pas en rajouter au désespoir du peuple et d’avoir une juste appréciation des moyens mis en œuvre par le gouvernement dans la lutte contre le terrorisme et la mal gouvernance, le cadre de concertation de l’opposition, réuni en ses séances des 10 et 22 décembre 2021, s’est engagé à rencontrer les institutions suivantes :

le ministère des armées et des anciens combattants ;

le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité ;

le ministère de l’économie, des finances et du plan ;

le ministère du développement industriel, du commerce, de l’artisanat et des petites et moyennes entreprises ;

le ministère de l’éducation nationale de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales ;

le ministère du genre, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire ;

le REN LAC ;

l’ASCE- LC ;

Free Afrik.

Par ailleurs, une sortie de terrain sera organisée en vue d’apporter un soutien moral et matériel aux déplacés internes et toucher du doigt leur réalité. La province du Sanmatenga a été désignée en vue de la sortie du CFOP.

Suite à la suspension de sa participation aux instances gouvernementales, notamment le Conseil National d’Orientation et de Suivi ( CNOS) mis en place pour la réconciliation nationale, le Comité de Suivi et de la mise en œuvre des recommandations du dialogue politique, le cadre de concertation de l’opposition et le Chef de File de l’Opposition (CFOP) ont été approchés par les autorités religieuses et coutumières, le Ministre d’Etat en charge de la Réconciliation Nationale ,et le Médiateur du Faso pour solliciter la levée de la suspension.

En considération de la qualité et de l’insistance des requérants et dans le but de donner plus de chance au processus de réconciliation nationale, le cadre de concertation de l’opposition politique, réuni en sa séance du 5 janvier 2022 a décidé de lever la suspension de sa participation au Conseil National d’Orientation et de Suivi et au Comité de Suivi et de la mise en œuvre des recommandations du dialogue politique.

Toutefois, le CFOP garde pour priorité la recherche urgente de la paix et la sécurité réclamées par les populations meurtries.

Le CFOP prend acte de la nomination de Mr Zerbo Lassina au poste de Premier Ministre et la composition du Gouvernement resserré. Il les jugera sur leur capacité à relever les multiples défis auxquels le pays fait face.

Au demeurant, le CFOP appelle les populations soucieuses de l’avenir de notre pays, à rester à l’écoute de tout mot d’ordre, qui interviendra en fonction de l’évolution de la situation nationale, après une évaluation objective et précise de la situation sécuritaire notamment.

Enfin, le cadre de concertation réuni autour du chef de file de l’opposition politique Eddie Komboïgo réitère ses vœux de bonne et heureuse année 2022 au peuple Burkinabé. Que l’année 2022 soit une année de paix, de stabilité et de cohésion pour le Burkina Faso.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Le CFOP

Eddie Komboïgo

Coopération : Le Vice-ministre chinois des Affaires, (...)
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 19 (...)
Enquête parlementaire : une occasion ratée
Processus électoraux : la CENI reprend ses enseignements
CDP : première session du Bureau politique national
Xe Assemblée mondiale d’Emmaüs International : le défi (...)
Razel sur le tronçon Boromo-Bobo : mise au point
Cour des comptes du Burkina : l’ambassadeur de France (...)
Romano Prodi au Burkina Faso:la crise ivoirienne au (...)
Présumés putschistes : 7 suggestions pour de meilleures (...)
Visite de Romano Prodi à Ziga : l’espoir à travers l’eau (...)
Me Barthélémy Kéré, bâtonnier de l’ordre des avocats : "Les (...)
Tronçon Boromo - Bobo-Dioulasso : RAZEL fait du (...)
Tentative de putsch : déclaration conjointe d’associations de
Les Burkinabé, à bon droit, ont appris à être circonspects"
Education au BUrkina : les revendications du (...)
"Au Burkina, on fait bien avec peu",Francis Blondet, (...)
Tentative présumée de coup d’Etat : sommes-nous encore ces (...)
"Le lieutenant Minoungou présentait le même tableau (...)
On murmure
"Le juge militaire m’a surpris positivement"

Pages : 0 | ... | 11508 | 11529 | 11550 | 11571 | 11592 | 11613 | 11634 | 11655 | 11676 | 11697

Les plus regardées



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés