Actualités :: 2022 au Burkina : Le président Roch Kaboré priorise le nettoyage des zones (...)

Tradition respectée pour le président Roch Kaboré qui a, à cette veille de nouvel An, 2022, adressé un message à la nation. Un discours de retrospection, mais aussi et surtout de perspectives, orientées vers une amélioration de la situation sécuritaire. Nous vous proposons, ci-dessous, le discours en intégralité.

Peuple du Burkina Faso
Chers Compatriotes de la diaspora

Dans quelques heures, 2021 fera place à la nouvelle année 2022.

Cette année qui s’achève a été marquée par les douloureuses épreuves imposées à notre peuple, du fait de la double crise sécuritaire et sanitaire, avec son cortège de pertes en vies humaines, de blessés, de malades, de personnes déplacées et vulnérables, et de destruction de biens publics et privés.

J’exprime ma compassion et ma solidarité à toutes les personnes affectées par cette situation.

Tout en intensifiant la lutte, multiplions les prières pour nos héros disparus, pour la paix et la sécurité au Burkina Faso.

Peuple du Burkina Faso
Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur

Au cours de l’année 2021, en dépit de contraintes endogènes et exogènes, l’économie burkinabè s’est bien comportée, grâce à l’engagement de tous. Elle a affiché un taux de croissance de 2%, un des meilleurs des Etats membres de l’Union économique et monétaire Ouest-africaine.

Nous devons cette performance à la résilience de nos populations et à la maîtrise des équilibres macro-économiques.

Sur ce registre de notre gestion financière et économique, le défi reste sans conteste la soutenabilité de la masse salariale, et l’équité dans le traitement des salaires des agents de l’Etat, si nous voulons consacrer plus de ressources à l’investissement structurant, en vue d’améliorer les conditions de vie de nos populations.
La conférence nationale des forces vives de la Nation sur le système de rémunération organisée en juin 2018 a préconisé l’adoption d’une loi organique portant principes fondamentaux applicables à l’ensemble des agents publics.
Je saisirai l’Assemblée nationale à cet effet, afin que cette matière soit désormais portée par une loi organique.

Au plan judiciaire, l’année en cours aura été celle de l’accélération des procédures pour le jugement des affaires emblématiques comme les dossiers Thomas SANKARA et Norbert ZONGO.

Si pour le dossier Thomas SANKARA, le jugement est en cours et se poursuit normalement, celui de Norbert ZONGO connaitra sans doute son épilogue après la décision de la Cour européenne des droits de l’homme.
Je réaffirme ici mon engagement déterminé à garantir à tous, le droit à un procès équitable.

Peuple du Burkina Faso
Compatriotes de l’intérieur et de l’extérieur

L’animation de la vie politique nationale a connu des fortunes diverses, en raison notamment de la suspension du recensement pour la révision exceptionnelle des listes électorales, et du bouleversement du calendrier normal des élections municipales.
Conformément aux nobles traditions de concertation que notre peuple et ses dirigeants ont toujours su préserver et promouvoir, j’ai convoqué une session du dialogue politique pour échanger sur les questions préoccupantes de la situation nationale, notamment celles relatives à l’insécurité et aux élections municipales de 2022.

Les propositions consensuelles nous ont permis de soumettre des modifications au Code électoral à l’Assemblée nationale, qui les a adoptées.
Cependant, la décision de l’Opposition politique, portée par le Chef de file de l’Opposition, de suspendre sa participation à ce cadre de concertation et au processus de réconciliation nationale est regrettable. J’ai bon espoir qu’elle reviendra sur sa décision, dans l’intérêt supérieur de la Nation.

En tout état de cause, l’Assemblée nationale est, et restera, le lieu par excellence du débat politique démocratique et républicain entre la majorité et l’opposition.
Toujours au plan législatif, l’Assemblée nationale sera saisie d’un projet de loi modificatif de la loi relative aux pupilles de la Nation, dans un souci d’efficacité et de solidarité envers les enfants mineurs de nos combattants tombés sur le champ d’honneur.

Au plan sécuritaire, l’année qui s’achève a connu une multiplication des attaques terroristes sur le sol national. Le point culminant a été atteint ces dernières semaines, inscrivant ainsi de facto, à l’ordre du jour, l’urgence de renforcer les capacités, tactiques et opérationnelles de nos unités.

Nos forces combattantes doivent avoir le dessus sur les groupes armés terroristes.
C’est le lieu pour moi de saluer et d’encourager nos Forces de Défense et de Sécurité ainsi que nos Volontaires pour la Défense de la Patrie pour leur engagement exemplaire sur le théâtre des opérations.

Au plan social, d’importants efforts ont été consentis, notamment pour :
- soutenir les personnes déplacées internes sur tous les sites de regroupement ;
- poursuivre la gratuité des soins pour les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes, élargie au dépistage des cancers féminins, aux prestations d’urgence et à la planification familiale ;

- adopter les textes et amorcer l’opérationnalisation du Service d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU) depuis octobre dernier ;

- achever les travaux, équiper et inaugurer le 9 avril passé le tout premier Centre de radiothérapie pour les cancers au CHU de Bogodogo, et démarrer la construction de celui de Bobo-Dioulasso ;

- démarrer les travaux de construction de l’hôpital de référence de Bobo-Dioulasso ;

- maintenir le fil du dialogue permanent entre le Gouvernement et les partenaires sociaux.

L’occasion doit être saisie pour renouveler ma gratitude aux partenaires et aux ONG qui se battent sur le terrain, dans des conditions difficiles, et aux côtés du Gouvernement, pour apporter l’aide à nos populations confrontées aux dures réalités de la situation actuelle.

Je note que c’est en conjuguant nos efforts, que nous viendrons à bout de toutes les adversités qui hypothèquent l’avenir de nos laborieuses populations, déjà confrontées aux multiples défis du développement durable de notre pays.
Je réitère mon appel à l’union sacrée autour des Forces de Défense et de Sécurité, et de nos Volontaires pour la Défense de la Patrie, dans notre combat quotidien contre le terrorisme.

Peuple du Burkina Faso
Chers Compatriotes

Tous les acquis engrangés au cours de l’année qui s’achève, notamment, aux plans des infrastructures, de l’énergie, de l’eau, de la santé, de l’éducation et de la production agro-sylvo pastorale, peuvent et doivent être renforcés et améliorés, si nous intensifions la lutte contre l’insécurité, avec des victoires décisives sur les groupes armés terroristes.
C’est pourquoi, dans la lettre de mission que j’ai adressée au nouveau Gouvernement, le nettoyage des zones infestées par les terroristes, le retour des déplacés dans leurs localités d’origine, la question de la réconciliation nationale et la lutte contre l’impunité et la corruption demeurent, entre autres, nos priorités majeures.

Peuple du Burkina Faso
Compatriotes de l’intérieur et de l’extérieur

Le Plan National de Développement Economique et Social (PNDES II) qui a été récemment adopté pour la période 2021-2025, nous permettra de renforcer les acquis sur les quatre axes stratégiques de développement que sont :
- la consolidation de la résilience, la sécurité, la cohésion sociale et la paix ;
- l’approfondissement des réformes institutionnelles et la modernisation de l’administration publique ;

- le développement du capital humain et la solidarité nationale ;

- la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie et les emplois.
Le Burkina Faso entend œuvrer inlassablement afin d’être au rendez-vous des grands enjeux contemporains, pour un avenir radieux et une prospérité partagée.
C’est pourquoi, j’en appelle, à la responsabilité et à l’implication de tous les Burkinabè d’ici et de la diaspora pour réussir ce pari d’une paix durable, d’un développement économique et social harmonieux.

L’avenir désirable et légitime auquel aspire notre Peuple ne peut se construire que dans l’unité nationale et dans un état d’esprit patriotique qui transcendent nos divergences.
J’exhorte nos compatriotes des villes et des campagnes, travailleurs des secteurs public et privé, acteurs de la société civile, partis politiques, responsables religieux et coutumiers, partenaires et amis du Burkina Faso, à œuvrer pour l’approfondissement des valeurs fondatrices de notre dignité, et pour la consolidation d’une Nation démocratique, forte, unie et solidaire.

Peuple du Burkina Faso
Compatriotes de l’intérieur et de l’extérieur

Nous aborderons la nouvelle année 2022 avec des chantiers importants pour la gouvernance politique, économique, sécuritaire et administrative tout en poursuivant la mobilisation générale autour de la mise en œuvre du PNDES II.
C’est pourquoi, elle est porteuse de défis majeurs et d’espoirs pour chacune et chacun de nous. Aussi, le Gouvernement ne ménagera-t-il aucun effort pour veiller au bien-être de nos populations.

A l’orée de cette nouvelle année, j’adresse ma gratitude et la reconnaissance de la Nation, aux personnels mobilisés et sous astreinte, pour assurer la quiétude de nos populations, et la continuité du service public.

Je fais une mention spéciale aux Forces de Défense et de Sécurité, ainsi qu’aux Volontaires pour la Défense de la Patrie, qui sont au front.

Je souhaite à tous mes compatriotes au Burkina Faso comme à l’étranger, une bonne et heureuse année 2022.

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !
Je vous remercie.

Burkina : « Nous n’allons pas surfer sur la détresse des (...)
Burkina : « Depuis le 24 janvier 2022, nous avons reculé (...)
100 jours du président Damiba : « La transition n’aura (...)
Roch Kaboré en résidence surveillée : « Le MPP s’élève (...)
Succès Masra, leader politique tchadien : « Plus jamais, (...)
Insécurité au Burkina : « Juger le MPSR en l’espace de 100 (...)
Transition au Burkina : Le chef de l’Etat demande (...)
Politique : Démissionnaire de l’UPC, Rabi Yaméogo dépose (...)
Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la (...)
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le (...)
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin (...)
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo (...)
Burkina Faso : Le président Damiba s’oppose à un (...)
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri (...)
Rémunération des ministres au Burkina : Quand la mauvaise (...)
Immersion au sein des forces de défense et de sécurité : (...)
Bobo-Dioulasso : Le président du Faso, Paul-Henri (...)
Libération de Roch Kaboré : Le MPP ne lâche pas le (...)
Burkina/Politique : « Nous ne sommes pas insensibles à (...)
Burkina : L’Assemblée législative de transition "cuisine" (...)
Burkina : « On doit tous revoir nos attitudes des temps (...)

Pages : 0 | 21 | 42 | 63 | 84 | 105 | 126 | 147 | 168 | ... | 11634



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés