Actualités :: Burkina : "Il nous faut des leaders qui ne s’improvisent pas, mais qui (...)

Le congrès unitaire de fusion des partis progressistes, tenu les 30, 31 octobre et le 1er novembre 2021 à Ouagadougou a accouché de l’Union pour la renaissance/Mouvement patriotique sankariste (UNIR/MPS). Cette nouvelle organisation politique, qui se réclame de l’idéal sankariste, est chapeautée par une direction (appelée secrétariat exécutif national) de 121 membres.

Outre le président Me Bénéwendé Stanislas Sankara, l’on retrouve de nombreuses autres figures plus ou moins connues de la scène politique et/ou du monde intellectuel, à l’image de Pr Agustin Loada (vice-président, jusque là président du MPS) ; Dr Salifou Dembélé (ministre de la jeunesse sous la transition) ; Pr Jacques Guéda Ouédraogo, ministre chargé de Mission auprès du président du Faso chargé de l’analyse et de la prospective sous Blaise Compaoré ; l’ambassadeur Mousbila Sankara ou d’Athanase Boudo, ambassadeur du Burkina au Canada (voir composition au bas de page).

L’un des moments-phares de la cérémonie de clôture a été le discours du nouveau président, Me Bénéwendé Stanislas Sankara, dont nous vous proposons, ci-après, l’intégralité.

Chers congressistes,
Chers camarades, distingués invités,

Selon un penseur, « le premier pour avoir ce que vous voulez c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus »
En effet, vingt et un (21) ans jour pour jour à la tête d’un parti politique sankariste, je ne veux plus être en tête de rien. Je veux être à la tête d’un grand mouvement, d’un grand parti fort qui mobilise notre peuple pour des victoires certaines. Et ainsi naquit l’UNIR/MPS !

De mes deux (2) décennies de luttes qui ont connu des fortunes diverses dans un parti politique, ma seule et unique ambition c’est de faire chaque pas avec le peuple et tous les pas avec vous et avancer plus surement avec le peuple qui a choisit son chemin et sa destination. Comme nous l’enseigne Anthony Fernando, ne confondons pas notre chemin avec notre destination.

Ce n’est pas parce que c’est orageux aujourd’hui que nous ne nous dirigeons pas vers le soleil.
C’est là notre destination commune. Quelqu’en soit le chemin parsemé d’embuches et de toutes les difficultés.
Ce chemin tracé depuis le 04 aout 1983 par le camarade Président Thomas SANKARA, désormais nous l’emprunterons tous ensemble en proclamant à l’unissons notre fidélité à son idéal.

C’est pourquoi, je voudrais ici réitérer solennellement notre engagement pris le 15 octobre 2000 ( il y’a de cela 21 ans ) à appeler à une alliance de tous ce qui partagent des valeurs de vérité, de liberté, d’intégrité, de solidarité, de justice et de paix défendues au prix de sa vie par Thomas SANKARA et qui ont fondé le Sankarisme. Notre chemin parcouru a aguerris en nous conduisant vers une maturité incontestable.

A ce propos, Jacqueline Kelen écrit : « la maturité commence lorsqu’un individu se sent auteur et responsable de son existence, lorsqu’il ne demande pas aux autres de le rendre heureux, lorsqu’il n’accuse pas systématiquement les autres de ses propres faiblesses et insuffisances ».
Aujourd’hui les sankaristes et les progressistes ne peuvent accuser personne de leurs faiblesses, de leurs insuffisances, de leurs mésententes infantiles et leur inorganisation.

En effet, notre histoire commune depuis 34 ans que le camarade Thomas SANKARA a été assassiné.
Si, elle est faite au départ d’indignation, de révolte puis de résistance et d’action, elle nous enseigne qu’ensemble nous triomphons toujours dans la liberté comme ce fut le cas des 30 et 31 octobre 2014.
Quand le peuple se met débout, l’impérialisme tremble !

Camarades congressistes,
Chers invités,

On ne le dira jamais assez que l’unité fait la force.
En choisissant les dates historiques des 30 et 31 octobre pour créer cette dynamique unitaire , l’UNIR/MPS veut au de la du symbolisme montrer que la fibre patriotique des sankaristes et des progressistes ne sait point émoussée malgré le contexte national très difficile marqué par l’insécurité, la maladie à Covid19 aggravée par la récession économique et exacerbé par un monde en délitement.
Cette grave situation justifie urgence et la nécessité impérieuse d’une véritable union des peuples africains pour faire face au défi mondial.
C’est pourquoi nous saluons la naissance de PPA-CI sous la houlette du Président K GBAGBO.

Toutefois l’arbre ne doit pas cacher la forêt, car cette théorie de l’absence des idéologies comme l’expliquait hier le Professeur BARRO Abdoulaye traduit une triste réalité qui est celle de la mort des idéologies et des valeurs sans lesquelles il n’y a point de gouvernance possible avec nos Etats qui assistent impuissants à l’agonie de leurs peuples.

Et faute de pouvoir éduquer et conscientiser nos populations et les préparer à l’exercice du pouvoir d’Etat la classe politique semble avoir failli à sa mission laissant le numériques et les médias contrôler l’esprit des masses c’est pour paraphraser Malcom X.

C’est dans ce contexte ambigüe et plein de paradoxes qu’il faut poser l’équation du changement générationnelle où notre société à plus que besoin d’un leadership avisé et éclairé avec le sens aigu de la responsabilité et d’une conscience inébranlable du sacrifice qu’il faut faire pour le peuple à l’image de nos Forces de Défenses et de Sécurité (FDS) et des VDP que vous demande d’ovationner.

Camarades congressistes,

Il nous faut donc des leaders !
Des leaders qui ne s’improvisent pas mais qui s’imposent et s’assument à l’image de Thomas SANKARA, Julius NYERERE, Laurent GBAGBO, NELSON Mandela, HAMANI Diori etc...

Et à la jeunesse qui prend exemple, je dirai simplement qu’aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années.
C’est justement cette jeunesse aux âmes bien nées que nous attendons avec impatience pour prendre la relève et s’assumer pour la postérité.
Cette jeunesse appelée fer de lance bras séculier, bras armé... a toujours jouer ce rôle tout comme les femmes ont toujours été mobilisées pour voter un nom et non un programme ou un projet de société.
Comment pouvons-nous les attendre à un changement alternatif et structurel dans ces conditions ?

Alors changeons de méthodes mobilisant conséquemment avec notre peuple pour recréer un élan patriotique fondé sur les idéologies et des valeurs qui sont les nôtres et défendues au pris de sa vie par Thomas SANKARA.
C’est à ce prix que nous pourrions relever le défi du changement qualitatif et structurel en faisant chaque pas avec le peuple.

Camarades congressistes,

Le Mouvement Patriotique Sankariste qui voit le jour se donne cette mission et se veut être un véritable creuset pour fédérer tous les sankaristes, tous les progressistes, tous les patriotes et les démocrates afin que d’un même élan nous prenions en main notre destin pour nous assumer.

Composition du Secrétariat exécutif national de l’UNIR/MPS

PDP/PS : Est-ce enfin le départ "du vieux" ?
Situation nationale : Les préoccupations de l’UNDD
Compte rendu du Conseil des ministres du 11/02/2004
Opposition burkinabè : La culture de « l’anti-démocratisme (...)
Affaire PAI : L’épisode de trop
Marie Thérèse Drabo : "La corruption continuera (...)
Violation de l’espace aérien : Que disent les textes (...)
Sécurité aérienne : Un avion de touristes "détourné" sur (...)
Education : la Suède accorde plus de 2 milliards et demi (...)
Politique : Le regain de vitalité de la diplomatie (...)
Burkina-Centrafrique : Le président Bozizé lance un appel (...)
Burkina-Centrafrique : Blaise Compaoré bientôt à Bangui (...)
Le président de Centrafrique à Bobo-Dioulasso : "Je (...)
Bozizé et le « modèle » burkinabé
Respect du patrimoine national : Le médiateur du Faso (...)
Séjour du président Bozizé au Burkina : Des contacts au (...)
François Bozizé au Burkina : s’inspirer de l’expérience de (...)
Conseil des ministres du 4/02/2004
Présidentielle 2005 : De la légitimité des révisions de (...)
RECONSTRUCTION DU LIBERIA :Le Burkina sollicité pour un (...)
Le ministre burkinabè de la Sécurité reçu par le président (...)

Pages : 0 | ... | 11298 | 11319 | 11340 | 11361 | 11382 | 11403 | 11424 | 11445 | 11466 | ... | 11613



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés